A quel point la distribution automatique va bouleverser l’Afrique Le marché des ambulances en Afrique centrale et de l’Ouest Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Le jour où chaque Africain aura ses lunettes de soleil

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

5 questions à Mohamed Lamine FOFANA, Ministre guinéen des Mines

Mohamed Lamine FOFANA est l’une des personnalités politiques les plus surveillées par les géants miniers actifs en Afrique. Dans cet entretien exceptionnel, le ministre guinéen des Mines nous révèle les premiers résultats du nouveau code minier adopté par son pays.

Raphaël MVOGO : Depuis l’adoption en 2011 du nouveau code minier, quels sont les résultats obtenus par la relance ce secteur économique guinéen?

Mohamed Lamine FOFANA : Le premier travail a été de faire le point de la situation et de commencer à mettre en place des réformes profondes. La première réforme porte sur les contrats et conventions qui ont été signés par les gouvernements précédents, pour essayer de voir si l’équité conventionnelle a été respectée. Ce programme a été lancé, mais le problème le plus important, c’était l’élaboration et la finalisation du nouveau code minier intervenue le 19 septembre 2011. Aujourd’hui, c’est ce nouveau code minier qui constitue l’instrument le plus important dans l’application de notre politique minière.

Raphaël MVOGO : Combien de titres ou de permis d’exploitation minière recensez-vous aujourd’hui?

Mohamed Lamine FOFANA : Avant notre arrivée, pratiquement tout le territoire de la République guinéenne était couvert par des licences et des permis. Mais très malheureusement, il n’y avait pas 5 à 6% de ces licences qui étaient opérationnelles. Qu’est-ce qui se passait ? Les compagnies prenaient et allaient revendre de par le monde ces licences et permis. Ce qui fait que nous avons connu pratiquement un gel indirect du développement des ressources minérales de notre pays. Donc, la réforme a consisté à faire un audit du cadastre minier de notre pays. L’objectif principal était de sortir avec les actes institutionnels qui sont les arrêtés d’attribution, essayer de partir sur le terrain en comparant les réalisations et les engagements pris par les détenteurs. Ce travail est en cours, ça fait quatre semaines maintenant que les équipes sillonnent le pays et d’ici fin juin, nous allons avoir le résultat. Mais quelle va être l’action après avoir reçu le résultat de cet audit ? C’est vraiment confirmer ou infirmer les différents titres. S’il y a une société qui est sur le terrain et qui ne fait rien, automatiquement son permis est résilié. Ou bien une compagnie qui a commencé et qui a disparu, ce sera la même chose. Il faudrait que l’activité du détenteur soit conforme aux engagements pris au niveau du titre qu’il a reçu.

Raphaël MVOGO : Sur quels minerais allez-vous focaliser l’attention?

Mohamed Lamine FOFANA: C’est toutes les substances confondues. On a par exemple une centaine de titres pour le minerai de fer, même ordre de grandeur pour l’or et ainsi de suite. Pratiquement, au jour d’aujourd’hui, on a trouvé qu’il y avait plus de 500 permis distribués par les gouvernements précédents. C’est l’audit de cette situation qui est en cours aujourd’hui pour essayer de dégager les zones qui sont allouées à ces compagnies qui ne travaillent pas.

Raphaël MVOGO : Quelles prévisions faites-vous pour l’apport du secteur minier à l’économie nationale?

Mohamed Lamine Fofana : C’est difficile à dire. Tout ce que je peux vous dire, notre objectif est de 40% du PIB. Actuellement, nous sommes en train de lancer les plus gros projets jamais vus en Afrique. Je prends Rio Tinto pour le ciment lourd de 3 et 4 où le niveau d’investissement est estimé à 15 milliards de dollars dont plus ou moins 9 milliards pour les infrastructures. Ce projet est en train d’évoluer positivement. Au jour d’aujourd’hui, nous sommes entre 100 et 150 millions de dépenses mensuelles pour le développement du projet.

Raphaël MVOGO : Quelle place occupent les investisseurs chinois?

Mohamed Lamine FOFANA : On a pratiquement deux compagnies chinoises qui sont en phase d’exploration dans notre pays, mais elles sont intéressées essentiellement par la bauxite et la transformation de la bauxite en alumine. Ces projets évoluent normalement. Nous leur apportons l’assistance requise pour que ces compagnies puissent commencer la transformation de la bauxite en alumine au plus tard dans les deux années à venir.

(Avec GP)

El Hadj Mohamed Lamine FOFANA est né en 1949 à Kankan ville en Guinée. Ancien du Centre Mobil Oil à Dallas (Etats-Unis), et de l’Institut Polytechnique de Conakry, il est également diplômé d’Etat en géophysique du pétrole de l’Institut national des hydrocarbures d’Alger. Durant sa longue et riche carrière, Mohamed Lamine FOFANA a notamment été responsable de projets d’investissement et de commercialisation des produits agricoles et Directeur adjoint du Département gestion des ressources naturelles à l’Agence américaine pour le développement international (USAID) en Guinée. Nommé ministre des Mines et de la Géologie le 6 janvier 2011 par le Président Alpha CONDE, Mohamed Lamine FOFANA est l’une des personnalités politiques africaines les plus surveillées par les officines et cabinets d’intelligence économique et stratégique agissant au profit des grands groupes miniers.

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire