Knowdys CMR déploie un Mécanisme d’Alerte Rapide au profit du SNJP Les entreprises européennes vont-elles rater le virage africain ? En Afrique, les drogues de synthèse ont leurs usines sur place La jeune Afrique dans la ligne de mire de l’industrie du tabac

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Commerce: Washington sort le Mali et la Guinée-Bissau de l’AGOA

[Africa Diligence] Barack Obama a décidé de retirer au Mali et à la Guinée-Bissau leur statut de partenaire commercial privilégié des Etats-Unis, sanctionnant ce qu’il estime constituer un recul de la démocratie dans ces pays africains, a annoncé la Maison Blanche le 19 décembre 2012.

M. Obama a en revanche accordé ce statut au jeune Etat du Soudan du Sud, à l’occasion de la révision annuelle de la liste du programme Agoa (Africa Growth and Opportunity Act), imposée par la loi et qui prend en considération les avancées ou les reculs démocratiques des pays africains concernés.

La version actuelle de l’Agoa a été instaurée par le Congrès américain en 2000. Ce programme établit jusqu’en 2015 une coopération économique et commerciale avec le continent africain. Il facilite les exportations africaines vers les Etats-Unis pour soutenir le développement économique, mais aussi les réformes en Afrique subsaharienne.

Tant la Guinée-Bissau que le Mali ont été le théâtre de coups d’Etat en 2012.

Le président malien Amadou Toumani Touré a été renversé en mars par des militaires qui l’accusaient « d’incompétence » dans la lutte contre la rébellion touareg et des groupes islamistes dans le Nord.

Après le putsch, « les Etats-Unis ont mis fin à certaines aides (…) en faveur du Mali, à l’exception de l’aide humanitaire et de l’aide pour l’organisation d’élections« , a expliqué le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Tommy Vietor.

« Le Mali continue à être confronté à une instabilité politique, des activités terroristes, une rébellion ethnique, de la contrebande et des problèmes de droits de l’homme« , a poursuivi M. Vietor.

Petit pays pauvre anciennement colonisé par le Portugal et dont l’histoire est jalonnée par la violence politico-militaire depuis son indépendance en 1974 après une guerre de libération, la Guinée-Bissau a de son côté été secouée par un énième coup d’Etat militaire le 12 avril, entre les deux tours d’une élection présidentielle.

« La Guinée-Bissau souffre d’une corruption systématique, constitue un centre pour le transit de drogues et d’armes légères par des gangs criminels internationaux, et sert de point de passage pour des cargaisons illicites d’Afrique du Sud vers l’Europe« , a affirmé M. Vietor.

De son côté, le Soudan du Sud a acquis son indépendance du Soudan en juillet 2011 avec le soutien actif des Etats-Unis. Ce pays, dont les relations restent très tendues avec le Soudan, est régulièrement frappé par des affrontements entre groupes ethniques.

« En août de cette année, le Congrès a amendé l’Agoa pour inclure le Soudan du Sud« , a expliqué M. Vietor. « Même s’il continue à faire face à de nombreuses difficultés (…) en 2012, le Soudan du Sud a effectué des progrès sensibles« , selon le porte-parole estimant que faire bénéficier Juba de l’Agoa « pouvait soutenir le développement de ce nouveau pays« .

La liste de l’Agoa est révisée tous les ans. En 2011, M. Obama avait réhabilité la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Niger.

(Avec AFP)

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire