Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Le Renseignement criminel au profit de l’économie africaine Africa Diligence crée FCV, le Fichier des Clients Voyous Et ces diplômés africains qui se cassent la gueule en rentrant

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

L’Europe vend son New Deal aux Somaliens

L’Europe vend son New Deal aux Somaliens

(Africa Diligence) La Commission européenne vient de s’engager à injecter 650 millions d’euros d’aide supplémentaire à la Somalie au cours des trois prochaines années. Un budget consacré à la consolidation de la paix et de l’administration pour un pays qui sort de décennies de guerre civile. Ce pacte symbolise la nouvelle méthode de collaboration entre la communauté internationale et la Somalie. Un New Deal.

Dans un billet d’opinion, le ministre danois du développement, Christian Friis Bach, écrit que le pacte représente « un contrat de responsabilité mutuelle » entre la Somalie et ses partenaires internationaux.

Dans le même esprit, le commissaire européen au développement, Andris Piebalgs, indique que l’UE souhaite lancer une nouvelle démarche envers la Somalie : « Puisque nous tentons de promouvoir l’émancipation politique de la Somalie, nous devons également soutenir ses institutions et sa population. Pour ce faire, nous devrions associer les procédures et les actions politiques afin de créer des systèmes de sécurité et de justice qui fonctionnent, ce qui permettra le développement de la croissance économique et la fourniture de services. C’est la force du New Deal. »

Près de cinquante délégations du monde entier, notamment des groupes d’aide et des institutions financières, ont participé aux discussions. Le pacte expose les grandes lignes des prochaines priorités du nouveau gouvernement somalien.

Pour la première fois après vingt ans de guerre, la Somalie est sur le chemin de la reprise. La route reste toutefois semée d’embûches dans divers domaines, dont les soins de santé, l’accès à l’eau et à l’éducation ainsi que l’emploi. Les attaques terroristes menacent toujours la stabilité. Les droits de l’homme, et des femmes en particulier, sont toujours en péril, ont fait remarquer les participants à la conférence.

Le président somalien, Hassan Sheikh Mohamud, a déclaré à l’activiste somalien Ifrah Ahmed que son gouvernement « dispose d’une politique très claire à propos de la violence à l’encontre des femmes et des viols […] Le gouvernement a pris de nombreuses mesures pour institutionnaliser les droits des femmes dans la procédure de consolidation de l’État ».

La Commission européenne souligne également l’importance de la normalisation des relations entre la Somalie et les institutions financières internationales (IFI). « Dans des situations comparables, les IFI financent une part considérable des coûts liés au rétablissement des services de base, à la relance économique et au développement. À ce stade, nous ne disposons pas de cet outil », explique le commissaire Piebalgs.

L’UE est le plus grand donateur à la Somalie. Elle a octroyé « plus de 1,2 milliard d’euros pour soutenir les besoins fondamentaux des somaliens et améliorer la sécurité du pays » depuis 2008, a précisé José Manuel Barroso, le président de la Commission.

Lors d’une conférence de presse avec son homologue somalien, le président de l’exécutif a ajouté que les 650 millions d’euros supplémentaires soutiendront « une nouvelle étape dans la vie de la Somalie ». L’UE « restera très engagée dans la stabilisation du pays » grâce aux missions de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC). La Somalie ne « sera pas seule », a conclu M. Barroso.

Réactions

La Grande-Bretagne a déboursé 50 millions de livres sterling (60 millions d’euros) pour soutenir l’économie somalienne et la relance du pays après 20 ans de guerre civile, a annoncé Justine Greening, secrétaire d’État britannique au développement international, lors de la conférence.

Ce soutien permettra de sortir 8 400 enfants de la malnutrition. Et quelque 5 300 bébés recevront des vaccins vitaux. Le Royaume-Uni s’engage également à favoriser le développement économique de la Somalie en encourageant des investissements supplémentaires et en créant des milliers d’emplois dans le pays.

Tandis que les dirigeants se réunissaient à l’occasion de la conférence sur le New Deal pour la Somalie, Amnesty International a exhorté l’UE à utiliser ces discussions pour mettre en évidence les violations perpétuelles des droits de l’Homme dans le pays.

« L’UE doit inciter les autorités somaliennes à amener tous les auteurs de violations des droits de l’Homme à rendre des comptes. L’UE est également responsable de l’utilisation de ses fonds en Somalie, affirme Nicolas Beger, directeur du bureau européen d’Amnesty International.

« Les conditions des personnes déplacées en Somalie restent désastreuses. Les droits de l’Homme sont violés à grande échelle et les citoyens sont expulsés des camps. La violence sexuelle est répandue. L’incapacité et la réticence des autorités somaliennes à enquêter sur les auteurs et à les traîner en justice contribuent à un climat d’impunité. »

(Avec Tanja Milevska)

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire