Le Sénégal a comblé un vide en créant une Ecole panafricaine d’intelligence économique et des stratégies. Telle est la conviction du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Me Madické Niang, qui a présidé hier la cérémonie de remise de diplômes à la première promotion qui a pour parrain le président de la République, Me Abdoulaye Wade.

Par Idrissa Sane

La première promotion de l’Ecole panafricaine de l’intelligence économique et des stratégies est sortie depuis hier. Elle a pour parrain le président de la République, Me Abdoulaye Wade, qui a inspiré la création de cette école qui a pour vocation de former des cadres capables de collecter et de traiter des informations pour influencer sur les prises de décisions stratégiques.

« L’intelligence économique, c’est la recherche, l’exploitation, la maîtrise et la protection de l’information stratégique qui est devenue difficile à gérer de nos jours. Aujourd’hui, il y a un flot considérable d’informations qui arrive.

Il faut saisir et cerner ces informations exploitables dans le cadre du développement économique », a expliqué le directeur de l’école, Babacar Diallo. Cette discipline est aujourd’hui utilisée par beaucoup de pays pour consolider leur influence sur les politiques ou dans la prise de décisions dans un domaine donné ou pour protéger leurs intérêts.

Les récipiendaires sont au nombre de 25 diplômés parmi lesquels des cadres de l’administration et du secteur privé et un avocat du barreau de Toulouse.

Le ministre d’Etat, Me Madické Niang, a estimé que la formation de cadres spécialisés en intelligence économique est plus qu’une nécessité dans un contexte de Mondialisation et du « tout communication » pour analyser ce flux d’informations géostratégiques afin de prendre les bonnes décisions.

« L’intelligence économique est une discipline naissante et très importante dans ce contexte de Mondialisation. C’est regrettable que peu de pays d’Afrique s’occupent de l’intelligence économique », a-t-il noté. Il a indiqué que l’absence d’une culture de renseignements économiques est « un manque à gagner pour plusieurs pays ».

Me Madické Niang a invité les récipiendaires à s’inspirer de leur parrain, Me Abdoulaye Wade, qui s’investit pour une « Afrique forte » dans ce contexte de Mondialisation.

« Le Sénégal vient de combler un vide avec la mise en place de cette école de l’intelligence économique. Je vous encourage, comme votre parrain, à oeuvrer pour l’unité africaine dans une Mondialisation de plus en plus sauvage », a ajouté le ministre d’Etat, Me Madické Niang.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici