Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Le Renseignement criminel au profit de l’économie africaine Africa Diligence crée FCV, le Fichier des Clients Voyous Et ces diplômés africains qui se cassent la gueule en rentrant

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Des mailing lists exploitées pour déstabiliser Coca-Cola

Depuis quelques semaines, des réseaux d’internautes d’Afrique centrale sont à leur tour infectés par un texte Anti-Coca-Cola (voir infra) circulant depuis le premier trimestre 2008 en Europe et dans plusieurs sites tels que MySpace. Une opération de déstabilisation par l’information tout à fait classique. Certes un peu artisanale (ce qui lui donne un air citoyen), mais plutôt bien menée. Elle rappelle l’offensive essuyée par Perrier au début des années 90. Elle rassemble les principaux facteurs clés de succès pour susciter une réaction de l’opinion publique (Baumard 2001): 1. Le risque alimentaire (ce qui entre en soi) 2. Le risque d’hygiène (ce qui touche à soi) 3. Le risque physique (ce qui peut faire mal à soi).

A l’analyse, cette opération d’infoguerre vise à miner la  réputation de Coca-Cola. L’effet final recherché (EFR) est de générer une chute brutale de la consommation de ses boissons. L’objectif tactique est, ad minima, de susciter le doute. Il faut créer un mouvement de panique chez les consommateurs. Le champ d’action est jusqu’ici virtuel. Il pourrait évoluer. La cible est l’opinion publique. Bien malgré eux, les réseaux africains servent de caisse de résonance. Quelques responsables médicaux locaux jouent le rôle d’idiots utiles. La caution morale et scientifique est garantie par « l’Institut Pasteur de Paris ». Le storytelling assure la capture émotionnelle.

Dès le titre: « Un verre d’eau ou de Coca ? » le lecteur est face à un choix pas vraiment cornélien: l’eau, source de vie et don du ciel et Coca-Cola, un breuvage fait de mains d’hommes… Pour l’instant, il est encore trop tôt pour évaluer l’impact de cette info-déstabilisation sur les ventes du géant mondial de boissons gazeuses. Une chose est sûre cependant, une infime partie de la cible africaine semble ferrée, en attendant la réaction ou non de la firme américaine. Mais attention à l’effet domino. Les tropiques sont, de par leur matrice culturelle, des cibles à fort potentiel d’info-contagion. Reste à savoir dans quelles  bouteilles d’eau on veut noyer Coca-Cola

Guy Gweth

Le texte : « En vous souhaitant bonne lecture, nous vous prions d’éclairer les autres ami(e)s à vous en Diffusant au Maxi  le présent message. Sans publicité.
Etude de l’Institut Pasteur; étude pratique et surprenante. Vous pouvez toujours appeler l’institut Pasteur de Paris pour vérifier la véracité de ce qui suit (le téléphone et le fax de l’institut sont au bas de l’article) – Une fois de plus bonne lecture.

COCA COLA
« Dans beaucoup d’états des USA les patrouilles ferroviaires chargent deux galons (~ 7,5 litres) de Coca Cola dans leur porte-bagages pour nettoyer le sang sur la route après un accident. Si on met un os dans un container avec du Coca Cola, l’os se dissoudra en 2 jours. Pour nettoyer le WC: vous versez une canette de Coca Cola et laissez ‘reposer’, ensuite tirez la chasse d’eau. L’acide citrique du Coca Cola ôte les taches sur la vaisselle.  Pour enlever des taches de rouille du pare-chocs chromé des autos frottez le pare-chocs avec un morceau de feuille d’aluminium détrempée avec du Coca Cola. Pour nettoyer des objets rongés par des pertes de liquide de batteries d’automobiles, versez une canette de Coca Cola sur la corrosion. Pour enlever des taches de gras des vêtements verser une canette de Coca Cola dans la machine à laver avec les tissus tachés et ajouter la lessive. Le Coca cola aidera à enlever les taches de gras.  Le Coca Cola aide même à nettoyer le pare-brise des automobiles. Pour notre information: le principe actif du Coca Cola est l’acide phosphorique.  Son PH est 2.8 et dissout un ongle en 4 jours environ. L’acide phosphorique en outre vole le calcium des os et est la principale cause d’augmentation de l’ostéoporose.  Il y a quelques années une étude fut réalisée en Allemagne pour connaître les raisons d’apparition de l’ostéoporose chez des enfants de 10 ans (pré – adolescents). Résultat : excès de Coca Cola, à cause du manque de contrôle des parents. Les camions qui transportent le Coca Cola sont identifiés avec une étiquette MATÉRIEL DANGEREUX.

« Les distributeurs de Coca Cola l’utilisent pour nettoyer les moteurs de leurs camions de plus de 20 ans. Encore un détail : le Coca light est considéré par les médecins et les chercheurs encore plus comme une bombe à retardement à cause du mélange Coca + Aspartame, suspecté d’être la cause du Lupus et des dégénérations du système nerveux. Et pour finir, il est conseillé de ne jamais se laver les dents après avoir bu du Coca Cola parce qu’il enlève tout l’émail, et il l’enlève pour toujours ! (…)

« N’oublie pas d’envoyer ce message à tes Amis, ils te remercieront et leurs enfants, plus tard, aussi. Ces informations émanent de: INSTITUT PASTEUR – Unité de Génétique Mycobactérienne – 25-28, rue du Dr. Roux  – 75724 Paris Cedex 15 FRANCE – Tel : +33 (0)1 45 68 88 28. »

 

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

2 Commentaires

  1. […] la rumeur, en tant qu’arme d’infoguerre, de  sa sphère sociopolitique habituelle au champ économique. Une tendance […]

  2. […] Cameroon for example is an excellent site of this phenomenon experimentation. In any case indeed, justice – when it is seized- obviously acts a posteriori. Among the most insane rumours that have considerably impacted on the political actors’ reputation in the country during the twenty last years, let us quote: the Snakeman (”serpentologue”) of Cameroon Radio & Television (CRTV), 1999, the death of president Paul Biya in Switzerland, 2004, the complete listing of homosexuals in Cameroon, 2006, or the preparation of a military push in Yaounde, 2007. To date, none of those malicious operations is officially elucidated. The attack which aims Yaya Bello reinforces the thesis of the rumour tranfer -as Infowar weapon- from the sociopolitical sphere to the economic field. (Read our article: African mailing-list exploited to destabilize Coca-Cola). […]

Laisser un commentaire