Dans un dossier consacré à « Ces projets qui vont transformer le Cameroun », le quotidien Le Figaro publie une interview de Guy Gweth, expert en intelligence économique, sur les risques qu’il y a à investir dans ce pays. Le fondateur de Knowdys tente de combler le fossé qui existe entre risques réels et risques perçus par l’investisseur étranger. Extraits :

Investir au Cameroun : Quelles mesures importantes ont été prises ces dernières années par le Cameroun pour réduire le risque investisseur ?

Guy GWETH : La plupart des décideurs camerounais, au plus haut niveau, sont aujourd’hui convaincus de la nécessité d’assainir le climat des affaires et de renforcer les capacités des différents intervenants pour réduire les risques auxquels sont exposés les investisseurs qui choisissent la destination Cameroun. Nos amis de Doing Business 2012 notent, à cet effet, que notre pays a connu une belle progression dans les réformes liées à la création d’entreprise.

Je signale également la poursuite du plan d’action prioritaire pour la réforme du système judiciaire, l’extension des guichets uniques de facilitation des transactions foncières et domaniales dédiés aux entreprises, la mise en œuvre de la déclaration pour l’accomplissement des obligations fiscales, la dématérialisation des procédures des opérations du commerce, et plus généralement la lutte contre la corruption.

De plus, avec le concours des bailleurs de fonds, Yaoundé a pris un important train de mesures visant à renforcer l’information économique, simplifier les procédures, accompagner les entreprises et assurer la protection de l’espace économique face aux menaces illicites.

En somme, même si beaucoup reste à faire, les autorités camerounaises ont compris que plus il y a de clarté et de sécurité, plus il y a d’investisseurs étrangers. Et plus il y a d’investissements, plus il y a de l’emploi, de la consommation et de la croissance […]

Lire la suite: Le Figaro – Un fossé entre les risques perçus et les risques réels

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici