A quel point la distribution automatique va bouleverser l’Afrique Le marché des ambulances en Afrique centrale et de l’Ouest Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Le jour où chaque Africain aura ses lunettes de soleil

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Afrique: la croissance dopée par les ressources naturelles

(Africa Diligence) L’Afrique confirme sa capacité à mieux résister aux chocs externes et à générer une croissance plus endogène. L’activité s’est accélérée en 2012 avec une hausse du PIB de 6,6 %, après 3,5 % en 2011, selon les nouvelles prévisions écono­miques de l’OCDE, des Nations unies et de la BAD. 

Même s’il faut minimiser ce rebond lié au rétablissement économique de la Libye, les perspec­tives restent très favorables pour l’Afrique en 2013 (+ 4,8 %) et 2014 (5,3 %), en dépit d’une conjoncture internationale morose. À noter toutefois qu’elles sont encore en deçà des performances d’avant la récession de 2009. «Depuis dix ans, une stabilité accrue, des politiques macroéconomiques saines, l’amélioration des termes de l’échange et de fructueux partenariats avec les économies émergentes ont redonné une marge de manœuvre économique aux dirigeants africains», souligne le rapport.

Assise sur la richesse de ses ­ressources naturelles, agricoles, ­pétrolières et minières, l’Afrique ­bénéficie d’une croissance plus diversifiée, alimentée de plus en plus par la dynamique interne. L’activité est stimulée par l’investissement privé, notamment les flux financiers venus de l’étranger – encore très concentrés sur le secteur pétrole et minier – et la consommation privée, grâce au boom du crédit et un niveau ­record des transferts d’argent des migrants. Les pays riches en ressources comme l’Angola ou le Gabon profitent toujours de la bonne tenue des cours des matières premières. Sur le front agricole, de bonnes récoltes ont dopé la production et atténué les répercussions sur le consommateur des prix internationaux élevés. Les services se développent rapi­dement, en particulier dans les ­télécommunications, les services financiers et l’assurance.

Tensions sociales  et insécurité

S’il existe de fortes disparités géographiques, l’Afrique de l’Ouest sera la plus performante en 2013 (6,7 %) et 2014 (7,4 %), notamment au Ghana et en Côte d’Ivoire. Deux ans après le printemps arabe, les tensions sociales et politiques perdurent en Égypte, en ­Libye et en Tunisie. Elles pèsent aussi, avec l’insécurité, sur le Mali, la RDC et le Nigeria. La plupart des pays d’Afrique de l’Est – l’Éthiopie, l’Ouganda, le Rwanda et la Tanzanie – sont sur une ­trajectoire de croissance soutenue, entre 5 et 7 %. Tandis que l’Afrique du Sud, ex-locomotive du continent, a souffert de la ­récession internationale et des conflits sociaux dans les mines.

Au-delà des avancées, il reste toujours les mêmes défis à relever – infrastructures, éducation, gouvernance, intégration écono­mique… – pour faire de l’Afrique le vrai continent du futur. «C’est le moment d’accélérer les transformations pour que les économies deviennent plus compétitives et créent plus d’emplois plus rémunérateurs, insiste le rapport. Et pour cela il est essentiel de diversifier les sources d’activité.» Sachant que pour ­endiguer la pauvreté, l’Afrique a besoin d’un taux de croissance minimum de 7 %.

Anne CHEYVIALLE

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire