Marchés africains : Knowdys parie sur l’Amérique

[Africa Diligence] Les échanges commerciaux du pays de l’Oncle Sam avec l’Afrique se sont élevés à 110 milliards USD en 2013 contre 200 milliards entre le pays de Mao et le continent. Pour le fondateur de Knowdys, « les Etats-Unis sont l’unique puissance occidentale à pouvoir rattraper la Chine en Afrique. Contrairement à Pékin, Washington est prêt à faire la guerre pour regagner son leadership sur les marchés africains. »

Dès le début du second mandat du président Obama, les États-Unis se sont promis de rattraper le retard accusé en Afrique face à l’envolée chinoise. Depuis lors, Washington multiplie les initiatives dont la plus importante est et reste assurément le sommet Etats-Unis-Afrique organisé en août 2014 à Washington. Selon une annonce de Bloomberg parue le 10 mars 2015, l’agence américaine du commerce extérieur a doublé le nombre de ses représentations en Afrique en 2014. Le «Us Commercial Service» qui n’avait des antennes qu’en Afrique du Sud, au Ghana, au Kenya et au Nigeria, a ainsi ouvert dans quatre autres pays : Angola, Éthiopie, Mozambique et Tanzanie.

«Le président Obama estime que l’Afrique subsaharienne peut être la prochaine grande sucess story économique à l’échelle mondiale, ce qui offre d’énormes opportunités pour les entreprises américaines», a récemment révélé Donald Nay, haut fonctionnaire du département américain du Commerce en charge des relations avec l’Afrique. Pour ce spécialiste des relations commerciales internationales, « il y a des de nombreuses opportunités pour les entreprises américaines, grandes et petites soient-elles».

Guy Gweth, le fondateur de Knowdys Consulting Group, affirme pourtant que « de toute l’histoire des États-Unis, Obama est le président qui a le plus snobé l’Afrique, malgré son engagement dans la lutte contre Ebola.» Pour cet internationaliste africain très écouté des médias, « les Américains auraient déjà rattrapé une bonne partie de leur retard sur la Chine si le président Obama s’était personnellement investi dans la diplomatie économique comme ses homologues chinois Hu Jintao et Xi Jinping. Dans son jeu de cartes avec l’empire du Milieu, Obama restera comme le joker que l’Amérique n’a pas utilisé», conclut l’intervenant de géostratégie africaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Guy Gweth ne doute cependant pas d’un sursaut américain sur les marchés africains. « Les Etats-Unis, confie-t-il, sont l’unique puissance occidentale capable de rattraper la Chine en Afrique dans les 15 années qui viennent […] Avec beaucoup moins de sentiments que Pékin, et bien plus de moyens humains et financiers que Paris, Washington est prêt à faire la guerre pour avoir la paix et retrouver son leadership sur le marché africain. […] L’Afrique a besoin d’amis plus engagés».

Les échanges commerciaux entre les Etats-Unis et l’Afrique ont été multipliés par deux en 12 ans, passant de 50 milliards USD en 2000 à 110 milliards en 2013. Sur la même période, les échanges commerciaux entre le continent noir et l’empire du Milieu sont passés de 10 milliards USD en 2000 à plus de 200 milliards en 2013. N° 1 du conseil en intelligence économique, due diligence et affaires publiques en Afrique subsaharienne, Knowdys Consulting Group parie sur un retour en puissance très rapide des États-Unis sur l’échiquier géoéconomique africain.

Linda Marshall

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.