(Africa Diligence) L’économie gabonaise (5,9 % de croissance en 2013) repose principalement sur ses ressources en matières premières agricoles, pétrolières et minières. Le pétrole, le bois et le manganèse représentaient 96 % des exportations gabonaises en 2012. La même année par exemple, le poids du pétrole a atteint 46 % dans le PIB et 84 % dans les recettes d’exportation. Au niveau mondial, le Gabon fournit 8% du bois Il est aujourd’hui estimé à 400 millions de m3 (dont 130 millions de m3 d’Okoumé). Pour les experts d’Africa Diligence, l’émergence de l’économie gabonaise vient de la pluralité de ses matières premières.

L’agriculture est encore sous-développée au Gabon. La part de l’agriculture dans le PIB était de 3,9 % en 2012. Le secteur agricole emploie un peu plus de 50 % de la population. La superficie de terres agricoles non cultivées est de plus de 20 millions d’hectares. La production est essentiellement orientée vers la culture vivrière, dont les principaux produits sont la banane plantain, le manioc, le maïs, l’arachide, le taro, la patate douce et le riz. De petits volumes de cacao, de café et d’huile de palme sont cultivés pour l’exportation. En 2009 le Gabon a lancé une politique agricole nationale destinée à régénérer l’industrie du cacao et du café. Le Gabon produit actuellement environ 300 tonnes de café et de cacao par an, exportés en Espagne, en France, aux Pays-Bas et aux États-Unis.

La filière bois est l’un des secteurs économiques clés du Gabon. Elle constitue le 3ème secteur économique. L’industrie forestière représente 2,6 % du PIB en 2012 et 4,7 % des exportations. Le bois, une ressource naturelle inestimable, est abondamment exploitée et exportée, mais essentiellement à l’état brut. De nouvelles unités de transformation ont été créées, à l’instar de la Société nationale des bois du Gabon (SNBG) qui a lancé la construction d’un complexe industriel à Owendo, ou du français Rougier. En 2011, la capacité de transformation du bois a progressé de 1,5 %, soit 1,625 million de mètres cubes. Rappelons que, le Gabon possède le second potentiel forestier d’Afrique, avec 22 millions d’hectares de forêt dense (soit 85 % du territoire gabonais). Cette forêt est riche de près de 400 espèces d’arbres et d’un littoral de 880 km presque intact, abritant des populations animales parmi les plus importantes sur terre. Cet énorme potentiel floristique et faunique a favorisé un tourisme de qualité et un écotourisme, dont la contribution au PIB s’est élevée à 290 M€ en 2011, soit 2,8 % du PIB.

Le pétrole est un enjeu industriel pour le pays. Les réserves sont estimées à 3,7 milliards de barils. La production a atteint 12,3 millions de tonnes en 2012 et en fin mars 2013, on a enregistré un recul de 10,3% (2,4 millions de tonnes contre 2,8). Avec 220.000 à 240.000 b/j, la production pétrolière procure à l’Etat 60 % de ses recettes et contribue à 40 % du PIB. Dix-huit compagnies pétrolières sont à pied d’œuvre. Le poids du pétrole en 2012, a atteint 46 % dans le PIB et 84 % dans les recettes d’exportation. Les trois principaux producteurs, Shell, Total et Perenco, réalisent 75 % de la production.

Le gaz naturel n’est pas en reste. Ses réserves étaient estimées à près de 32,59 milliards m3 en 2008. Il représente aujourd’hui près de 48 % du PIB gabonais.

Le sous-sol gabonais recèle encore de ressources considérables, à l’instar du pétrole, du gaz, du manganèse et du fer. Le secteur minier est principalement centré sur l’exploitation du manganèse. Il représente 4 % du PIB et 6 % des exportations du pays. Selon la Banque Africaine de Développement, les réserves de manganèse en 2012 étaient estimées à environ 250 millions de tonnes. Elles se trouvent dans les régions de Moanda et de N’djolé (réserve de 30 millions de tonnes). Le gisement de Moanda dans le sud-est du pays est exploité par la société Comilog, filiale du groupe métallurgique français Eramet et de l’Etat gabonais. Sa production était de 3,7 millions de tonnes en 2013. À elles deux, elles devraient porter la production annuelle minimum de la Comilog à 4 millions de tonnes d’ici 2015. Le Gabon est le deuxième producteur mondial de minerai de manganèse. Le manganèse gabonais est principalement exporté vers la Chine (1/4 des exportations de manganèse).

Le fer, quant à lui génère 4, 3 % du PIB et 7,8 % des exportations du pays, pour une production de 3,1 millions de tonnes en 2012. Le principal gisement de fer se trouve à Belinga au nord-est du Gabon et ses réserves sont estimées à 1 milliard de tonnes.

En plus du bois, du pétrole, du gaz, du manganèse et du fer, le Gabon est aussi riche en :

  • Or (les réserves sont estimées entre 30 et 50 tonnes sur une dizaine de site. Les exportations totales en 2012 étaient de 680 Kg) ;

  • Niobium (le gisement a été découvert à Mabounié dans le Moyen-Ogooué non loin de Lambaréné et dont les réserves sont de plus de 140 millions de tonnes) ;

  • Barytine (identifiée dans la région de Kroussou, ses réserves sont estimées à 31 millions de tonnes) ;

  • Plomb-zinc (Le stock métal en plomb-Zing est évalué à plus de 11.000 tonnes sur le seul lobe de Dikaki ;
  • Diamant (1 tonne extraite en 2012).

(Knowdys Database avec Banque mondiale, Perspectives économiques en Afrique, Gabon Vert, Gabon industriel et La Croix)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici