[Africa Diligence] Si les récents événements intervenus dans la région du Sahel « créent un nouvel environnement qui pourrait avoir des conséquences négatives sur la poursuite de l’activité en 2013 », a prévenu CFAO à l’occasion de la publication de ses résultats annuels 2012, ces derniers confirment la dynamique de croissance de l’Afrique.

Le groupe, essentiellement spécialisé dans la distribution de véhicules et de produits pharmaceutiques sur le Continent noir, a dépassé ses objectifs fixés pour l’an dernier. Les ventes ont en effet augmenté de 14,8 %, à 3,58 milliards d’euros, dopées par la branche automobile (61 % du chiffre d’affaires). CFAO a précisé avoir vendu plus de 95.000 véhicules neufs (+ 16 % sur un an) en 2012, près du record historique d’il y a cinq ans grâce au Maghreb (Maroc et Algérie) et à l’Afrique subsaharienne francophone.

Quant à Eurapharma, sa branche pharmacie, ses ventes ont progressé de 12,1 % sur un an, à 969,2 millions d’euros, grâce aussi à l’intégration des acquisitions de Missionpharma, Assene-Laborex et Propharmal. Enfin, les activités industries, équipement et services ont bondi de 16,4 %, à 427,6 millions d’euros, notamment grâce aux boissons et aux produits plastiques. Au total, le résultat opérationnel courant a progressé de 13,3 %, à 290,3 millions d’euros. La baisse de 5,8 % sur un an du résultat net (part du groupe) n’est pas significative. Elle est due aux coûts relatifs au rachat de CFAO par la maison de commerce japonaise TTC, et à des frais de personnels et charges exceptionnelles élevés.

Pour Alain Viry, le président du directoire cité dans un communiqué, « l’alliance stratégique formée en décembre 2012 entre CFAO et TTC a pour principal objectif d’accélérer le développement de CFAO en Afrique et d’élargir l’horizon de ses activités. Nous sommes déterminés, en conjuguant nos forces et nos expériences, à renforcer le leadership de « distributeur de marques » de CFAO dans ses activités actuelles et au-delà. »

La promesse de partenariats à venir avec des marques ou des enseignes sensibles à la croissance des pays africains.

Antoine BOUDET

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici