Formation Intelligence Economique et Due Diligence L’aversion au risque ou l’étrange darwinisme des marchés africains Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Africa Diligence crée FCV, le Fichier des Clients Voyous

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Enveloppe agricole au Burundi: quels enjeux ?

Diversifier l’économie nationale en faisant de l’agriculture un axe de compétitivité : telle est la nouvelle stratégie de développement adoptée par Bujumbura. Face aux enjeux, les autorités burundaises viennent pratiquement de doubler le montant alloué à l’agriculture et à l’élevage dans le budget 2012. La part consacrée au secteur agricole et à l’élevage s’élève désormais à 12%.

Annoncée il y a quelques jours par le deuxième vice-président du Burundi, Son Excellence Monsieur Gervais RUFYIKIRI, chargé des questions sociales et économiques, cette information devrait réjouir les différents acteurs intervenant dans ces secteurs.

Gervais RUFYIKIRI a fait comprendre que la hausse de la part accordée à l’agriculture et l’élevage s’inscrivait dans le cadre des efforts visant à stimuler ce secteur porteur de croissance.

Notons que l’enveloppe agricole est en perpétuelle augmentation au pays du Président Pierre NKURUNZIZA puisqu’elle n’était que de 2% en 2010. Et les enjeux sont colossaux.

Les 12% du budget national restent d’ailleurs faibles pour un pays où l’agriculture occupe plus de 90% de la population active dont 51% de femmes.

L’agriculture représente un peu plus de 95% des recettes d’exportations du Burundi et sa contribution au produit intérieur brut (PIB) du pays est estimée à plus de 50%.

Bon à savoir sur le Burundi

La croissance s’est établie à 3.9 % en 2010, restant inférieure, comme les années précédentes, à l’objectif fixé par les pouvoirs publics, qui était de 4.5 % pour 2010. Ce résultat s’explique par la situation politique incertaine, qui découle elle-même d’une série d’élections dans un environnement politique fractionné, ainsi que par de mauvaises conditions climatiques. La croissance devrait atteindre 4.5 % en 2011 et 5.2 % en 2012, si les choses s’améliorent sur ces deux fronts.

La politique budgétaire est la même qu’en 2009, avec des niveaux de recettes et de dépenses similaires. L’investissement public a augmenté de 10 %, grâce à l’expansion des infrastructures sociales. Conjuguées à une légère baisse des dons, ces dépenses publiques plus élevées ont creusé le déficit global, qui est passé de 2 % du PIB en 2009 à 3.2 % en 2010. Les fortes hausses des crédits à l’État ont fait gonfler la masse monétaire. Les tensions qui en ont résulté sur les prix intérieurs ont été compensées par la hausse de la production de denrées alimentaires et par une baisse des prix de ces produits. Au total, l’inflation intérieure s’est élevée à 7.1 %, contre 10.7 % en 2009. Au fil des ans, le déficit commercial chronique du pays a été en partie absorbé par les transferts courants, qui se présentent en général sous la forme de flux d’aide. Étant donnée l’ampleur de ces transferts en 2010, le déficit de la balance courante a diminué malgré un net creusement du déficit commercial.

Les transferts d’aide au profit du Burundi pourraient reculer sur les deux prochaines années, à cause de la crise économique qui touche les partenaires traditionnels et en raison d’une gouvernance médiocre. Cette baisse éroderait la capacité de l’État à fournir des services de base. La stabilité financière à long terme du Burundi passe par de nouvelles sources de financement, de préférence intérieures, ainsi que par l’allocation et l’utilisation plus efficaces des ressources.

Le Burundi ne parviendra pas à une croissance forte et soutenue s’il ne stabilise pas son environnement politique, tout en renforçant un secteur privé embryonnaire et en développant ses ressources humaines. Pour relever les niveaux d’investissements et les flux d’aide, le pays devra remédier à l’insécurité qui a suivi les élections de 2010. Afin de renforcer le secteur privé, le deuxième vice-président du Burundi s’attache à améliorer le climat des affaires. Cependant, le secteur privé ne prospèrera pas si des mesures supplémentaires ne sont pas mises en œuvre pour moderniser une agriculture en déclin, qui assure la subsistance de la grande majorité des Burundais. Les efforts d’extension des infrastructures éducatives et sanitaires contribueront à résoudre le problème de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

L’instauration de relations économiques avec des nouveaux partenaires offre des opportunités inédites, qui aideront le Burundi à diversifier ses marchés et ses sources d’aide. La Chine est le principal partenaire émergent. Elle bénéficie du soutien diplomatique du Burundi, mais rien n’indique que cette coopération soit motivée par les intérêts commerciaux chinois. Le Burundi continue de dépendre de ses partenaires traditionnels, qui financent une grande partie de son budget. Il ne semble donc pas y avoir de concurrence entre ses partenaires. Les besoins du pays sont si considérables que des partenariats supplémentaires seront les bienvenus.

Steven Addamah avec AD et PEA

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

1 Commentaire

  1. Kajuju Ferdinand dit :

    C’est une bonne nouvelle dans un pays où plus de 90% de la population vit de l’agriculture de subsistance.

    Il y a un long chemin à faire:Il n’est pas possible d’améliorer l’agriculture au Burundi tant qu’on utilise encore la houe comme outil de travail.Il faut absolument remplacer cet outil qui jusqu’ici est signe de courage du paysan burundais qui a pu nourrir tant bien que mal toute la nation avec sa houe.Mais il n’est plus possible de subvenir au besoins de tous en matière alimentaire avec la houe.

    Je me souviens quand j’étais jeune, on avait beaucoup d’avocatiers au village; la période de récolte, on ne savait quoi faire des avocats. On ne savait pas les vendre, tout le monde en avait. On ne savait les acheminer dans les grands centres, il n’y avait pas de route ou de moyen de déplacement.

    C’est aussi un élevage de gros bétail qu’il faut pour éviter les enfrais chimiques qui sont en train de détruire les échosystèmes;

Laisser un commentaire