Le CEO de KCG promu Chevalier de l’Ordre National de la Valeur Due diligence en Afrique : Knowdys renforce la validation de partenaires Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique « afriques, Panafrique » : l’immense traité de géopolitique africaine

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Exxaro convoite le minerai de fer de Mayoko

Le secteur minier africain suscite toujours plus les convoitises. Le 11 janvier 2012, la société sud-africaine Exxaro a lancé une offre sur African Iron, l’entreprise qui exploite le gisement de Mayoko au nord-est de Pointe-Noire au Congo Brazaville. L’offre d’Exxaro est comprise entre 312 et 349 millions de dollars et a toutes les chances d’être acceptée, si elle ne l’est déjà.

Le sud-african Exxaro (2,6 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2010) a lancé le 11 janvier une offre d’achat sur la totalité du capital de l’Australien African Iron, avec comme objectif de mettre la main sur le gisement de minerai de fer de Mayoko, situé à 300 kilomètres au nord-est de Pointe-Noire au Congo. Dans cette opération qui prendra fin mi février, il en coûtera entre 312 et 349 millions de dollars à Exxaro. Selon la banque d’affaires Renaissance Capital, le principal actionnaire d’African Iron, la société Cape Lambert (environ 20% du capital), a déjà accepté l’offre, qui est également unanimement recommandée par le conseil d’administration d’African Iron.

5 millions de tonnes par an

« Nous sommes très excités par les projets d’African Iron en République du Congo, car ils fourniront à Exxaro l’opportunité d’atteindre son objectif de développer une position significative dans le minerai de fer dans une région prometteuse et qui émerge rapidement », a souligné Sipho Nkosi, patron d’Exxaro dans un communiqué. Le site de Mayoko, en développement, doit entrer en production au deuxième trimestre 2013, avec un objectif de production de 5 millions de tonnes de minerai de fer par an, avec une durée de vie supérieure à dix ans.

Son principal avantage est qui’il est situé à proximité du chemin de fer allant au port de Pointe-Noire. « La construction d’une nouvelle ligne coûtant entre trois et sept millions de dollars le kilomètre, la présence de cette ligne de 439 kilomètres à moins de deux kilomètres du site implique un énorme gain en terme de coûts », soulignait ainsi il y a quelques mois Jim Taylor, analyste chez Renaissance Capital.

Aujourd’hui, l’essentiel de la production mondiale et des projets en matière de gisements de fer se trouvent en Australie, mais l’Afrique de l’Ouest et Centrale, de la Mauritanie au Congo en passant par la Guinée, le Liberia, la Sierra Leone et le Cameroun, prennent peu à peu une place de plus en plus importante.

Frédéric Maury avec la Rédaction

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire