Due diligence en Afrique : Knowdys renforce la validation de partenaires Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Knowdys lance son Pack Pro PME-PMI en Afrique de l’Ouest et du Centre KCG : une business unit pour la conquête de financements internationaux

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Mali : l’eldorado du business dans l’OHADA

Le rythme accru des réformes dans les 16 pays de l’OHADA a permis d’améliorer la capacité des entreprises locales à faire du business au cours des derniers mois. Le Mali apparaît désormais comme l’endroit où il est le plus facile de faire des affaires pour un entrepreneur au sein de l’espace, selon un nouveau rapport de la Société financière internationale (SFI) et de la Banque mondiale (BM).

Entre le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, les Comores, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Guinée équatoriale, le Mali, le Niger, la République centrafricaine, la République du Congo, le Sénégal, le Tchad et le Togo, les 16 Etats membres de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA), la compétition fait rage dans l’amélioration de l’environnement des affaires. Comme pour L’étude annuelle globale qui mesure chaque année la réglementation des affaires et son application effective dans 183 économies et certaines villes au niveau infranational et régional, le Doing Business dans les Etats membres de l’OHADA 2012 se base sur les données issues de ladite étude annuelle et offre une analyse détaillée dans les 16 pays cités plus haut et qui se situent en moyenne à la 166ème position sur 183 économies mesurées.

Aussi, dans le nouveau rapport qui les concerne spécifiquement, le Mali qui se trouve à la 146ème place dans le classement général, se distingue comme l’endroit où il est le plus facile de faire des affaires pour un entrepreneur au sein de l’espace OHADA. Suivent le Burkina Faso 150ème au classement général) et le Sénégal (154ème) même si aucune économie n’a surclassé les autres dans l’ensemble des domaines, sauf que spécifiquement, se classant 58ème sur 183 économies, le Gabon est l’économie au sein de l’OHADA où il est le plus facile d’obtenir un permis de construire, suivi de près par le Burkina Faso (59ème) et ensuite par les Comores (74ème).

Par ailleurs, le Burkina Faso et le Mali ont notamment réduit leur écart par rapport à la frontière des bonnes pratiques par plus de 10 points de pourcentage entre 2005 et 2010. Ainsi, le Burkina Faso est le quatrième pays ayant le plus réduit cette distance dans le monde en 2005-10, suivi par le Mali parmi les Etats membres de l’OHADA, dixième dans ce classement. Le Sénégal est parmi les quinze économies ayant fait le plus de progrès.

Au sein de la région, le coût moyen pour créer une entreprise serait ainsi passé de 338 % à 110 % du revenu moyen par habitant. Quant au délai moyen pour le transfert d’une propriété, il a baissé de 28 % au cours de la même période. Ce qui fait dire aux rapporteurs que les Etats membres de l’OHADA ont, de manière générale, ont accru le rythme de réformes pour améliorer la capacité des entreprises locales à entreprendre.

Cependant, pour certains des indicateurs mesurés, les économies de la région se comparent aux plus performantes dans le monde, note le rapport qui donne l’exemple du Sénégal qui a réduit le délai nécessaire pour créer une entreprise à seulement cinq jours (soit autant que le Canada), « grâce à son système de guichet unique ». Après quatre années de réformes successives, l’obtention des permis de construire au Burkina Faso ne prend plus que 98 jours, soit trois mois de moins que la moyenne de l’Union européenne. Toutes choses qui ont fait dire à Pierre Guislain, Directeur du département Climat des Investissements du Groupe de la Banque Mondial et cité par le rapport, que « Les réformes menées ont permis de lever certains des principaux obstacles à l’entreprenariat local et d’améliorer l’accès au crédit dans la région.» «Ces réformes élargissent la gamme de biens pouvant être utilisés comme garantie pour un prêt, elles accélèrent la procédure de création d’entreprise et elles créent un régime simplifié pour les petits entrepreneurs », a ajouté M. Guislain.

Créée en 1993 à Port-Louis (Ile Maurice), l’OHADA est une organisation panafricaine qui vise à établir un cadre juridique uniforme régissant les activités commerciales au sein des Etats membres.

Malick NDAW, avec AD

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire