A quel point la distribution automatique va bouleverser l’Afrique Le marché des ambulances en Afrique centrale et de l’Ouest Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Le jour où chaque Africain aura ses lunettes de soleil

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

La RAM vend ses hôtels pour se renflouer

La Royal Air Maroc (RAM), qui traverse une zone de turbulences, tente d’alléger son poids pour résister aux vents de l’austérité. Après ses Airbus, la compagnie nationale ferme des agences à l’étranger, notamment en France et se retire peu à peu de ses filiales non stratégiques. La cession de 66,5% de ses actions dans Atlas Hospitality Morocco en est le tout dernier acte.

Difficultés financières obliges, la RAM se structure sur son métier de base et se désengage progressivement de certaines de ses filiales. La compagnie nationale vient de céder 66,51% de ses actions dans Atlas Hospitality Morocco (AHM).  Le fonds d’investissement touristiques HPartners en est l’acquéreur, pour un montant qui se situe entre 1,2 et 1,33 milliards de dirhams. Avec cette opération, la RAM minimise fortement sa participation dans le deuxième opérateur hôtelier du royaume.

Une démarche qui s’inscrit dans le cadre du plan de redressement de la compagnie, tracé par le contrat-programme signé avec l’Etat le 21 septembre 2011 : chaque année, et pendant trois ans, la RAM doit économiser au moins 1 milliard de dirhams, tout en se concentrant sur son métier, le transport aérien, et se rétracter de ses activités non stratégiques.

La cession de ses actifs à HPartners permettra d’autre part, de créer des synergies notamment le développement du parc d’hôtels sous gestion d’Atlas Hospitality Morocco. En effet, HPartners compte dans son tour de table des institutionnels de renom comme Attijariwafa Bank, la Banque Populaire, le fonds koweitien Ajial, la Caisse marocaine des retraites (CMR) et la CIMR. Lancé en novembre 2007, ce fonds d’investissement touristiques privés détient actuellement quelques 18 établissements hôteliers à traves le royaume et prévoit de les porter à 42 unités à l’horizon 2017-2018. Il bénéficiera ainsi de l’expertise d’AHM en matière de gestion hôtelière.

Agences en fermeture

De son côté, la RAM prévoit de poursuivre sa stratégie de cessions d’actifs. Après ses Airbus, et ses 33% de parts dans Matis, société spécialisée dans le câblage électrique destiné à l’industrie aéronautique, la compagnie pilotée par Driss Benhimma pourrait vendre une partie de son patrimoine immobilier, en attendant de se pencher sur le sort de certaines de ses filiales comme Atlas Catering, CasaAero ou encore Snecma Morocco.

D’ici là, plusieurs agences de la RAM à l’étranger vont également être fermées. C’est le cas de celles situées en province française comme à Lyon, Bordeaux, Marseille, Lille, Nice, Nantes, Toulouse ou encore Strasbourg.

Oumar Baldé

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire