Due diligence en Afrique : Knowdys renforce la validation de partenaires Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Knowdys lance son Pack Pro PME-PMI en Afrique de l’Ouest et du Centre KCG : une business unit pour la conquête de financements internationaux

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Kenya : services financiers de demain

Kenya : services financiers de demain

(Africa Diligence) En moyenne un adulte sur deux dans le monde, dispose d’un compte bancaire. Ce chiffre tombe à moins d’un sur quatre en Afrique subsaharienne, selon les statistiques récemment publiées par la Banque Mondiale. En Afrique noire pourtant, un pays se distingue : le Kenya. Pour les professionnels en intelligence économique d’Africa Diligence, le Kenya fait figure d’exemple à suivre en termes de services financiers sur le continent africain, et même au-delà.

Le Kenya, laboratoire des services financiers de demain

A l’origine de ces bons résultats, une rupture technologique : le service de paiement mobile M-Pesa et les multiples utilisations qu’en a fait le secteur bancaire.

L’utilisation du paiement par mobile s’est répandue comme une traînée de poudre dans le pays, depuis cinq ans. En 2007, Safaricom, opérateur téléphonique national, à l’époque filiale de Vodafone, introduit M-Pesa : « M » pour « mobile » et « Pesa » pour « argent » en swahili. Ce service permet le transfert d’argent de portable à portable.Le paiement par mobile devient alors une réalité du quotidien dans le moindre village du pays. 16 millions de personnes y ont souscrit. Car pour ouvrir un compte, rien de plus simple, même si l’on ne dispose que d’un téléphone basique : il suffit de rendre visite à l’un des 60 000 agents recrutés par l’opérateur de téléphonie, de se créer un mot de passe et de déposer quelques centimes d’euros en liquide sur ce nouveau compte.

Les autres opérateurs de télécommunication ont suivi l’exemple de Safaricom, le plus notable étant Airtel et ses 3,2 millions d’utilisateurs pour son service Airtel Money. Airtel Kenya a lancé en février 2014, une carte de débit permettant à ses abonnés de téléphonie mobile de retirer de l’argent dans des distributeurs d’argent Visa dans le monde entier. A l’échelle locale, ces cartes permettent aux abonnés d’accéder à leur argent dans près de 10.000 distributeurs dans le pays. L’augmentation considérable du nombre de détenteurs de cartes de débit montre que ces efforts commencent à payer, quoiqu’à un rythme assez lent. Ainsi, le nombre de personnes utilisant ces cartes augmente également, le montant total des transactions atteignant 1,23 milliard de dollars par mois.

Première marche d’un escalier très haut

Le succès de M-Pesa a stimulé depuis deux ans l’émergence de services financiers s’appuyant sur la technologie de Safaricom. C’est en particulier le cas d’Equity Bank, troisième banque du pays, qui connaît une croissance très rapide. En 2010, elle a créé M-Kesho, un compte bancaire connecté au compte M-Pesa qui facilite les transferts d’argent de l’un à l’autre et incite à l’épargne, le compte M-Kesho étant rémunéré, 800 000 comptes ont été ouverts, pour un dépôt moyen de 10 euros. Depuis, d’autres banques ont lancé des services similaires (PataCash pour Postbank, KCB Bank Connect…).

Une société sans cash ?

Certains en rêvent. C’est le cas de l’institution de microfinance Juhudi Kilimo, qui verse ses prêts directement sur le compte M-Pesa de ses bénéficiaires. Eux-mêmes remboursent par SMS.

Si M-Pesa facilite indéniablement les paiements, il n’est pas à proprement parler un outil de bancarisation de la population. L’argent déposé sur le compte ne rapporte aucun intérêt et il faut payer pour le retirer en liquide. Du moins jusqu’à récemment. Safaricom vient, en effet, de s’allier à une banque pour offrir un véritable compte d’épargne rémunéré, donnant également accès à des microcrédits. Ce service a été dénommé M-Shwari, c’est-à-dire « pas de tracas » en swahili. Grâce à la force de frappe marketing de l’opérateur téléphonique, il a conquis 20 000 nouveaux clients par jour les premiers mois de son lancement. Comme avec M-Pesa, le Kenya, au 157ème rang mondial pour son PIB par habitant, se révèle une fois de plus à la pointe de l’innovation en matière d’inclusion bancaire.

(Avec Revue Banque, China et Express)

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire