Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Le Renseignement criminel au profit de l’économie africaine Africa Diligence crée FCV, le Fichier des Clients Voyous Et ces diplômés africains qui se cassent la gueule en rentrant

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

L’actu des investisseurs – Semaine du 17 février 2014

L’actu des investisseurs – Semaine du 17 février 2014

(Africa Diligence) Les principaux faits marquants de la semaine du 17 février dans le domaine de l’actualité des investisseurs en Afrique. Au menu : une nouvelle aide accordée par l’UE au Cap-Vert ; le Sénégal signe une convention avec la Banque mondiale ; baisse des investissements étrangers en 2013 en Tunisie ; Samsung signe un gros contrat à Alger ; un Fonds Maurice-Afrique pour encourager l’investissement et l’expansion de Maroc Telecom en Afrique Subsaharienne.

17 février : « Signature de convention avec la Banque mondiale »

Lu sur Setal

Le Sénégal et la Banque mondiale ont signé mardi dernier, une convention d’une valeur de 60,2 milliards de francs CFA, relative au Projet de développement inclusif et durable de l’agro-industrie et au Projet de financement des secteurs de santé et nutrition. Les montants de la signature de convention sont constitués respectivement d’un crédit et d’un don d’une somme globale de 19.138.670.800 FCFA pour le Projet de financement des secteurs de santé et nutrition ; d’un crédit de 38.277.341.600 FCFA et d’un don du Fonds mondial pour l’environnement de 2.870.800.620 FCFA pour le Projet de développement inclusive et durable de l’agro-industrie.

18 février 2014 : « Tunisie : investissements étrangers en baisse de 24,3% en 2013 »

Lu sur Agence Ecofin

 Les flux des investissements étrangers en Tunisie ont atteint 1,95 milliard de dinars en 2013, soit une baisse de 24,3% par rapport à 2012, selon un bilan établi par l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA). Ces investissements sont répartis entre investissements directs étrangers (1,78 milliard de dinars) et investissements en portefeuille (179,6 millions de dinars). La répartition sectorielle de ces investissements montre que le secteur de l’énergie constitue une grande partie, avec 1,07 milliard de dinars, suivi par le secteur des industries manufacturières (483,5 millions de dinars). Le secteur des services arrive en troisième position avec 215,5 millions de dinars, devant le secteur de l’agriculture (11 millions de dinars).

 19 février 2014 : « Nouvelle aide de l’UE en faveur de l’énergie renouvelable au Cap-Vert »

Lu sur Africatime

L’octroi d’une nouvelle aide d’un montant de 55 millions d’euros au Cap-Vert a été récemment annoncé par le commissaire européen chargé du développement, pour la période 2014 – 2020. Cette aide sera essentiellement destinée à favoriser une croissance durable et inclusive, ainsi qu’une bonne gouvernance. Le commissaire européen s’est rendu sur le site de la ferme éolienne de Cabeolica, premier projet éolien à grande échelle en Afrique, qui a déjà enregistré des résultats impressionnants en permettant au pays de faire passer d’un coup, la part de l’énergie renouvelable à 25 % de sa production totale. Il s’agit du premier projet en matière d’énergie renouvelable reposant sur un partenariat public/privé en Afrique subsaharienne.

 19 février 2014 : « Samsung rafle un contrat de 800 millions de dollars »

Lu dans Africa Diligence

Ce projet d’une valeur de 800 millions de dollars a été accordé par le Groupement Timimoun (GTIM) au groupe sud-coréen d’ingénierie et de construction, Samsung Engineering Co. La cérémonie de signature a été organisée à Alger, en présence du président de Samsung Engineering, Park Choong-Heum, et du PDG de Sonatrach, Abdelhamid Zerguine. Le projet en question concerne le développement du champ gazier de Timimoun (Algérie). Il s’agira de construire un pipeline et d’installer une centrale de traitement d’une capacité de 177 millions de pieds cubes (mpc) par jour. Il faut dire à ce propos que le groupe a prouvé son expertise dans les projets de pétrole et de gaz avec une solide feuille de route en Irak, en Arabie Saoudite, en Indonésie et en Malaisie.

20 février 2014 : « Maurice : Un Fonds Maurice-Afrique pour l’investissement »

Lu sur Afrique Jet

Un Fonds Maurice-Afrique destiné à encourager les entreprises locales à investir en Afrique a été lancé mercredi à Maurice par le ministre mauricien des Finances, Xavier-Luc Duval. Selon lui, ce projet représente d’énormes opportunités d’investissements pour les investisseurs mauriciens. Il a énuméré les différents secteurs où l’île Maurice peut renforcer sa coopération économique avec le continent africain, particulièrement dans les domaines des finances, de la médecine, de l’éducation et de la stratégie océanique, entre autres. D’après M. Duval, l’Afrique est un marché émergent pour lequel le Fonds monétaire international (FMI) a prévu une croissance de 6 pour cent sur la prochaine décennie.

21 février 2014 : « L’Afrique subsaharienne, terre de croissance pour Maroc Telecom »

Lu dans La Nouvelle Tribune

Le résultat net du Groupe Maroc Telecom a accusé une baisse de 17,4 pour cent au titre de l’exercice 2013, s’établissant ainsi à 5,54 milliards DH, contre 6,70 milliards DH en 2012, a annoncé, jeudi 13 février à Rabat, son Président du Directoire, Abdeslam Ahizoune. A fin 2013, le résultat opérationnel avant amortissements (EBITDA) du groupe s’est établi à 16,21 MMDH, en retrait de 3 pour cent par rapport à 2012. Pour les perspectives de 2014, Maroc Télécom va poursuivre son programme d’investissement notamment dans le très haut débit, l’ADSL, les fibres optiques, le mobile, affirmant sa disposition à briguer dès que l’ANRT l’aura annoncé, la licence pour la 4 G et confirmant sa volonté de continuer d’occuper la place de leader sur le marché marocain tout en développant les activités de ses filiales africaines et en recherchant de nouvelles pistes d’externalisation en Afrique subsaharienne.

Carine Aboya et Junior Sagne

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire