A quel point la distribution automatique va bouleverser l’Afrique Le marché des ambulances en Afrique centrale et de l’Ouest Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Le jour où chaque Africain aura ses lunettes de soleil

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

L’Afrique face aux marchés obligataires internationaux

Dans une nouvelle étude, l’agence de notation Moody’s affirme que les pays africains devraient être amenés à intensifier leur recours aux marchés financiers internationaux à moyen et long termes. Selon l’agence américaine, seuls 13 des 54 pays africains ont pour l’instant émis des instruments libellés en devises sur les marchés internationaux.

L’agence de notation américaine Moody’s vient de publier une étude intitulée « International Sovereign Issuance in Africa 2012/2013 » dans laquelle elle dresse un panorama des activités d’émissions à l’international de l’Afrique. Moody’s s’attend à ce que les États africains émettent des euro-obligations pour financer une partie de leurs besoins considérables en infrastructures et estime que ce contexte est propre à renforcer la présence des collectivités locales, entreprises et établissements financiers sur les marchés obligataires internationaux.

Financement des infrastructures

 « Les émissions obligataires sur les marchés internationaux devraient, selon nous, se faire majoritairement à l’initiative des États africains, poussés par la nécessité de financer une partie de leurs besoins d’infrastructures qui, évalués à plus de 90 milliards de dollars par an, sont sur le long terme considérables », souligne Aurélien Mali, analyste  – VP chez Moody’s, qui signe cette étude. « Cette tendance est de nature à favoriser les nouvelles émissions internationales des émetteurs publics (« GRI ») avec, pour référentiel, les différents emprunts d’État émis. »

« À court terme, cependant, nous sommes portés à croire que les financements par le biais des émissions obligataires internationales, malgré une montée en puissance, ne continueront à représenter qu’une part limitée des flux bruts de capitaux à destination de l’Afrique », poursuit Aurélien Mali.

Un phénomène encore limité

En Afrique, le recours aux marchés de capitaux est, jusqu’à présent, demeuré limité. Seuls 13 des 54 pays africains ont pour l’instant émis des instruments libellés en devises sur les marchés internationaux. Ce phénomène s’explique par l’accès des États et plus généralement du secteur public, à d’autres sources de financement externes, à savoir des financements multilatéraux, des financements bilatéraux, des prêts de banques commerciales et d’autres créanciers privés.

Comparativement à d’autres zones émergentes, l’Afrique demeure la plus fortement tributaire des sources de financement multi- et bilatéral. Fin 2011, ces deux sources de liquidité externes représentaient à elles-seules plus des 3/4 des dettes extérieures publiques et emprunts garantis par l’État, alors que les prêts accordés par des banques commerciales et les émissions obligataires internationales ne comptaient chacun que pour 10% des dettes externes.

(Avec J.A.)

Dans le même ordre d’idées, lire :

Intelligence stratégique et notation financière

L’enjeu concurrentiel de la notation en Afrique

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire