Knowdys CMR déploie un Mécanisme d’Alerte Rapide au profit du SNJP Les entreprises européennes vont-elles rater le virage africain ? En Afrique, les drogues de synthèse ont leurs usines sur place La jeune Afrique dans la ligne de mire de l’industrie du tabac

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Le Rwanda a-t-il les moyens de dire non à l’aide étrangère?

Sous l’impulsion du président Kagamé, Kigali a lancé le 23 août 2012 le Fonds de développement Agaciro-Dignité en réponse à une sanction de la communauté internationale qui dénonce le soutien du pays à la rébellion armée du mouvement du 23 mars (M23) en RD Congo. « Le Rwanda doit se dépêcher de dire bye bye à l’aide…», déclare-t-on au sommet de l’Etat. Mais Kigali en a-t-il vraiment les moyens?

Pour l’instant des bailleurs internationaux ont suspendu un appui budgétaire de 75 millions $. La Banque mondiale évalue la pertinence de finaliser un concours financier de 125 millions $ et la Banque africaine de développement a retardé un décaissement de 39 millions $.

Seule la Grande Bretagne a débloqué le 4 septembre 9,5 millions d’euros suite à un retrait d’une partie des troupes d’élites rwandaises du Kivu.

Agaciro Development Fund, alimenté par des contributions volontaires a pu récolter en quelques jours plus de 13 millions $ auprès des citoyens, de la diaspora, des fonctionnaires, du secteur privé et des institutions paraétatiques (Rwanda Revenue Authority, Rwanda Capital Markets Authority, Rwanda Social Security Board, National Institute of Statistics….).

Des comptes bancaires pour recueillir les fonds ont été ouverts à la Bank of Kigali, National Bank of Rwanda et à la Banque Populaire avec pour objectif d’atteindre une taille de 100 millions $ afin de lever 300 millions de capitaux complémentaires sur les marchés internationaux pour appuyer les projets de développement du Rwanda.

« Les bailleurs de fonds ne sont pas nos dieux… Il est clair que nous ne pouvons pas continuer en s’appuyant sur l’argent des autres. Le Rwanda doit se dépêcher de dire bye bye à l’aide » a martèle le premier ministre Pierre Habumuremyi.

Plus de 40% du budget du Rwanda est assuré par l’aide extérieure et cette tendance ne va pas s’inverser du jour au lendemain. Les déclarations des décideurs rwandais semblent être une tentative de maintenir la cohésion nationale et de resserrer le premier cercle du pouvoir autour du président Kagamé confronté ces derniers mois à une série de critiques sévères

 (Avec HTP)

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

8 Commentaires

  1. sidibé dit :

    l’exemple du Rwanda doit être suivi par tous les pays africains. quoi qu’on dise, il faut tôt ou tard poser le problème de l’autonomisation de l’Afrique par rapport à l’aide extérieure. les donateurs eux mêmes ont besoin de l’aide en temps de crise financière. cette attitude est à saluer en dehors de toute autre considération politique. comment voulons nous être autonome si ne posons jamais ce débat, je pense que c’est déjà un bon début. jinvite d’autres chefs d’Etat à suivre son exemple.

  2. direstreet dit :

    Je crains que Paul KAGAME ne finisse comme kwame nkrumah, kadafi, sadam hussein et le syrien qui est actuellement sous pression. Vous verrez que même la BAD a interrompu son décaissement.
    je suis d’accord avec vous que la question de l’indépendance réelle de nos états ne doit plus être un tabou.

  3. sourgbangba dit :

    C’est clair que les pays de l’Afrique subsaharienne doit un jour, si n’est dans le moyen terme ou long terme, envisagé cette issue. On peut pas continuer de mendier. L’Afrique est riche mais les africains sont pauvres. Quel paradoxe!i

  4. sourgbangba dit :

    Direstreet, vous suggerez donc la RESIGNATION PERPEPUELLE?

  5. direstreet dit :

    Non! loin de là. Je salue le courage de Paul kagamé même si je n’approuve le soutien de groupe rebelles . Je constate seulement que les armes sont anormalement inégales dans ce combat . Ici c’est Goliath qui a la fronde. j’attends sincèrement ce jour nos gouvernants prendront le courage de s’affranchir des PTF . Tous les jours sur toutes les chaînes d’Afrique nos dirigeants passent tout leur temps à faire appel aux partenaires techniques et financiers même pour balayer une rue.
    Vous pensez vraiment qu’on peut faire quelque chose maintenant?

  6. sourgbangba dit :

    Mon Cher Sibidé,

    C’est vraiment pitoyable.

Laisser un commentaire