Le registre des anciens et actuels membres de l’agence d’espionnage du Nigéria, y compris les adresses d’origine et les noms des membres de leur famille proche, a été publié sur internet dans un message de menace provenant d’une secte radicale islamiste qui revendique l’assassinat de centaines de personnes dans le pays.

La fuite des données personnelles de plus de 60 employés du service de sureté de l’État est resté accessible sur internet plusieurs jours durant. Davantage de détails ont été donnés sur le directeur général de l’agence, notamment son numéro de téléphone mobile, des renseignements bancaires et même les coordonnées de son fils.

Les agents exposés sont surpris de ne pas avoir reçu d’avertissement officiel sur cet état des choses de la part de l’agence d’espionnage. Bien que les données aient été supprimées par la suite de la section commentaire d’un  site web, plusieurs agents demeurent étonnés de la facilité avec laquelle des informations confidentielles de ce genre ont pu être piratées.

Interrogée jeudi dernier au sujet de la fuite, Marilyn Ogar, porte-parole de la Sûreté de l’Etat, n’a pas souhaité répondre aux multiples questions que suscite cette affaire.

Le Service de sûreté de l’Etat, créé en 1986 par l’ancien dirigeant militaire Ibrahim Babangida, surveille la dissidence interne au Nigeria, un pays de plus de 160 millions de personnes. Affectée en principe à la lutte contre le terrorisme, l’agence a régulièrement été critiquée pour sa tendance à surveiller principalement l’opposition au régime.

(Avec Ecofin)

Dans le même ordre d’idées, lire: 12 raisons de surveiller le Nigéria en 2012

1 COMMENTAIRE

  1. c’est déplorable que tout un service de renseignement soit vulnérable jusqu’à ce point. cette situation pose la problématique de la sécurisation des données et du système informatique de certaines structures sensibles de nos pays africains. jesper que cette situation servira de leçon aux autres pays sur la nécessité de mettre en place un système sécurisé afin de mettre à l’abri les personnes qui y travaillent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici