A quel point la distribution automatique va bouleverser l’Afrique Le marché des ambulances en Afrique centrale et de l’Ouest Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Le jour où chaque Africain aura ses lunettes de soleil

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Les pays émergents toujours menacés par l’instabilité

Les pays émergents toujours menacés par l’instabilité

(Africa Diligence) Selon la Banque mondiale, la croissance dans les pays émergents devrait s’intensifier cette année, notamment sous l’impulsion de la Chine. Mais elle  restera sous la menace de l’instabilité des flux de capitaux.

« L’intensification de la croissance dans les pays en développement est soutenue par une accélération dans les pays à haut revenu et par la poursuite d’une forte croissance en Chine », écrit l’institution dans ses perspectives économiques mondiales.

Selon ses nouvelles projections, le produit intérieur brut (PIB) des pays en développement devrait atteindre 5,3% cette année, contre 4,8% en 2013 et se maintenir à un niveau élevé. Celui de la Chine par exemple devrait atteindre 7,7%.

Ces niveaux sont inférieurs à ceux observés avant la crise financière de 2007-2008, relève la Banque mondiale qui salue toutefois ce ralentissement et la fin des taux de croissance « intenables ».

L’institution met toutefois en garde contre la persistance de « vents contraires » qui s’étaient déjà manifestés au printemps 2013 sur fond de craintes d’un resserrement de la politique monétaire américaine.

Plusieurs pays émergents (Brésil, Turquie…) avaient alors été déstabilisés par un reflux de capitaux insufflé par des investisseurs impatients de rapatrier leurs fonds aux Etats-Unis, en quête de rendements plus élevés.

« Les perspectives de croissance restent sous la menace de vents contraires provenant d’une hausse des taux d’intérêts et d’une potentielle volatilité des flux de capitaux maintenant que la Fed (banque centrale américaine) a commencé à réduire son soutien monétaire massif », indique la Banque mondiale.

Depuis que la Réserve fédérale a décidé mi-décembre de réduire ses injections de liquidités, le désengagement monétaire s’est jusque-là déroulé « sans heurts », relève le rapport.

Mais une remontée « trop rapide » des taux d’intérêts dans les pays riches pourrait mettre un coup d’arrêt brutal aux flux de capitaux qui irriguent les pays émergents et leur permettent de financer leur croissance.

Selon la Banque mondiale, les flux pourraient ainsi se réduire de « plus de 50% » sur plusieurs mois.

Un tel scénario affecterait notamment les pays dont l’expansion économique a été financée par une explosion du crédit, indique l’institution.

La Banque appelle dès lors les dirigeants politiques à préparer dès maintenant leurs réponses face à de nouvelles turbulences financières, notamment en « allégeant » les réglementations limitant les flux de capitaux ou en mettant en place des incitations pour attirer des investissements directs étrangers.

« Les indicateurs économiques mondiaux montrent des signes d’amélioration mais il ne faut pas être grand clerc pour voir que des dangers se cachent en profondeur », a commenté l’économiste en chef de la Banque mondiale, Kaushik Basu, cité dans un communiqué.

 

Avec AFP

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire