Knowdys CMR déploie un Mécanisme d’Alerte Rapide au profit du SNJP Due diligence en Afrique : Knowdys renforce la validation de partenaires Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique « afriques, Panafrique » : l’immense traité de géopolitique africaine

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

La stratégie de puissance chinoise en Afrique: cas du Cameroun

Doté d’un PIB de plus de 5200 milliards de dollars en 2010, la Chine est devenue la 2ème économie mondiale devant le Japon. D’ici 2025, elle ravira certainement la 1ère place aux Etats-Unis. Avec 2400 milliards de réserve de change fin 2009, l’Empire du Milieu (et ses 1.338 millions d’habitants) a les moyens d’acquérir du savoir-faire, des technologies, des ressources naturelles et l’influence internationale nécessaires tant à sa demande intérieure qu’à son nouveau statut de grande puissance. L’intensification des relations sino-africaines au cours des 30 dernières années marque l’intérêt croissant de Pékin pour les matières premières, les terres arables, le commerce du made in China, et la domination dans les instances internationales. Regardé comme « l’Afrique en miniature », le Cameroun apparaît comme un excellent site d’observation de la stratégie de puissance chinoise en Afrique.

Par  Guy Gweth

Mots-clés :

Relations sino-africaines, Stratégie de puissance, Matières premières, Produits agricoles, Produits manufacturés, Hydrocarbures, Commerce international, Investissements directs étrangers (IDE), Soft power, Diplomatie, Aide internationale, Géopolitique, Géostratégie, Géoéconomie, Economie, Défense, Sécurité, Coopération Sud-Sud, Relations sino-camerounaises, Guerre économique, Grands pays émergents, BRIC, Dette, Echanges culturels.

Introduction

En 1973, Alain Peyrefitte reprit l’avertissement lancé par Napoléon Bonaparte deux siècles plus tôt: « Quand la Chine s’éveillera… Le monde tremblera. » Pendant que la Chine était perçue comme « un géant aux pieds d’argile », l’auteur français nageait à contre courant : « vu le nombre de Chinois, écrivait Peyrefitte, lorsqu’ils auront atteint une culture, une technologie suffisantes, ils pourront imposer les idées au reste du monde. »[1] De la victoire des communistes de Mao Tsé-Toung en 1949 à l’organisation de l’Exposition universelle de Shanghai 2010 en passant par l’obtention des Jeux olympiques de 2008, la Chine s’est éveillée.[2] Ses atouts ? Une stratégie de puissance élaborée, un régime politique structurellement fort, un développement économique et technologique fulgurant, un immense marché intérieur, un remarquable sens des affaires et une diaspora attachée à la mère-patrie.

Selon un rapport[3] du département Intelligence économique de PWC[4] publié en mars 2006, sur l’état du monde en 2050, « la Chine pourrait dépasser les États-Unis d’ici 2025 pour devenir la plus grande économie du monde. Elle devrait poursuivre sa croissance pour acquérir d’ici 2050 une taille équivalente à 130 % de celle de l’économie américaine. » L’économie chinoise a cru de 10% par an au cours des 10 dernières années. Depuis 2003, la Chine est devenue le deuxième consommateur de produits pétroliers après les Etats-Unis et devant le Japon. L’Empire du Milieu a besoin de ressources naturelles que l’Afrique est en mesure de lui apporter. En faisant le choix de l’économie de marché au début des années 1980, Pékin s’est lancé corps et âme dans la grande compétition économique mondiale. Profitant totalement de l’hyper consommation occidentale, les usines chinoises ont tourné à plein régime ces dernières années provoquant l’intensification des relations économiques et commerciales avec l’Afrique et, suite logique, la flambée des cours des matières premières.

En 1995, c’est Jiang Zemin qui a solennellement décrété le top départ de l’internationalisation des entrepreneurs chinois : « Sortez, avait lancé le dirigeant communiste. Devenez des entrepreneurs mondiaux ! » Plusieurs des grandes entreprises chinoises ont choisi l’Afrique, parce qu’elles peuvent y voir leurs concurrents à l’œuvre et les étudier, sans être trop jugées sur la qualité de leurs produits. Dans ce sens, le continent noir est un terrain d’essai idéal pour des entreprises chinoises qui veulent devenir globales. Depuis, « le gouvernement chinois encourage donc les entreprises à investir en Afrique dans des secteurs aussi variés que le commerce, l’agriculture, la construction, les mines, le tourisme. »[5] Aujourd’hui, l’Afrique abrite un millier d’entreprises chinoises, un chiffre en constante augmentation. Le volume des échanges a été multiplié par dix depuis 2000 pour atteindre 107 milliards de dollars en 2008. Certes le PCC continue de maîtriser le destin des grandes entreprises publiques à l’instar de la China Petrochemical Corporation (Sinopec) ou la China National Machinery and Equipment Corporation (CNMEC) mais il a de moins en moins prise sur les activités des entreprises privées et beaucoup moins sur les milliers de petits commerçants qui ont pris d’assaut les marchés africains.

Les échanges avec la Chine sont cependant une chance et un danger comme le notait en janvier 2005 Moeletsi Mbeki, vice-président de l’Institut sud-africain des affaires étrangères de l’université de Witwatersrand, à Johannesburg: « En échange des matières premières que nous leur vendons, nous achetons leurs produits manufacturés. Et cela ne peut qu’avoir un résultat prévisible : une balance commerciale négative. N’assiste-t-on pas à la répétition d’une vieille histoire ? »[6] Malgré une légère inflexion observée ces dernières années, les investissements directs étrangers chinois continuent de cibler prioritairement les pays riches en ressources minières dont le Cameroun. L’air de rien, deux principales clés donnent accès au décryptage du dispositif déployé par Pékin: l’art de la guerre (1) et la stratégie de la lamproie (2).

1 – L’art de la guerre économique

La première traduction française de « L’art de la guerre »[7] de Sun Tzu est celle du Père Amiot, missionnaire jésuite, qui paraît à Paris en 1772 sous le titre Les XIII articles. L’une des grandes idées de « L’art de la guerre » réside dans la considération de tout le potentiel disponible, chez ses associés ou ses ennemis, quelle que soit la situation. Tout le jeu consiste à faire tourner ce potentiel à son propre profit, la stratégie n’étant pas une science exacte. C’est pourquoi l’art de la guerre économique à la chinoise est fait de créativité, de rupture et d’anticipation. Dans l’idéal, ce qu’il faut faire, le stratège chinois le fait faire par son adversaire (conscient ou non). « L’art de la guerre » apparaît donc comme un traité de stratégie situationnelle applicable aux contextes en mutation permanente. Des auteurs comme Jean-François Phelizon[8] voient très clairement dans les manœuvres des entreprises telles que les OPA[9] amicales, de véritables illustrations des idées de Sun Tzu. Car « convaincre la partie adverse qu’elle a perdu la bataille est la meilleure façon de vaincre ».

En quête de matières premières vitales pour son économie (1.1), la Chine n’a-t-elle pas fini par convaincre de son grand intérêt pour l’Afrique grâce à une hyper activité diplomatique (1.2), des échanges commerciaux en croissance exponentielle (1.3) et un soft power (1.4) à toute épreuve sur continent ?

1.1 Au nom des matières premières

Deuxième consommateur mondial de pétrole derrière les États-Unis, la Chine acquiert dorénavant plus du tiers de ses besoins en hydrocarbures sur le continent africain avec en tête l’Angola (devenue le premier fournisseur de la Chine devant l’Arabie Saoudite). Le brut d’autres producteurs tels que le Cameroun, le Congo Brazzaville, le Gabon, le Nigeria et le Soudan intéressent également les raffineries chinoises, ces deux derniers étant les plus gros bénéficiaires des investissements directs chinois sur le continent. L’Afrique fournit désormais un tiers du pétrole importé par Pékin. « L’usine du monde » a tout simplement besoin d’énergie pour alimenter sa croissance. A cela s’ajoute un intérêt non négligeable pour d’autres ressources telles que le bois (60% de la production africaine est vendue en Chine) et les matières premières agricoles pour lesquelles l’Empire du Milieu déploie une grande politique d’acquisition des terres arables dans les pays comme le Zimbabwe, le Congo ou le Cameroun.

1.1.1 A la conquête des terres arables africaines

Après les hydrocarbures, les matières premières agricoles constituent l’autre priorité de la consommation intérieure chinoise. Fort de 1.300 millions d’habitants (22% de la population mondiale à nourrir) et seulement 7% des terres mondiales cultivables,  la Chine est confrontée à une augmentation constante de la consommation interne de produits agricoles. Car  malgré les mesures sévères prises pour limiter l’aliénation de ces terres, la surface totale des espaces cultivables continue de diminuer, de manière inexorable. D’où la nécessité de conquérir de nouvelles terres arables à l’étranger, aussi bien en Asie, en Amérique latine, qu’en Afrique.

Au cours de la décennie qui s’achève, la Chine a lancé plusieurs programmes visant, d’une part, à acquérir les terres arables en Afrique au profit des entreprises publiques chinoises et, d’autre part, à exporter leur surplus de main d’œuvre agricole. C’est ainsi qu’au Zimbabwe, la société publique China International Water and Electric a acquis du gouvernement de Robert Mugabe le droit d’exploiter plus de 100.000 hectares de maïs dans le sud du pays, et qu’en république démocratique du Congo, le géant chinois des télécommunications, ZTE International, a acquis 2,8 millions d’hectares de forêt pour y planter des palmiers à huile.

Il faut dire que les résultats des efforts et du savoir-faire chinois produisent des résultats exceptionnels qui séduisent les dirigeants et forcent l’admiration des populations africaines. Serge Michel, co-auteur avec Michel Beuret et Paolo Woods de La Chinafrique, Pékin à la conquête du continent noir[10] en témoigne : « en octobre 2006, j’ai été reçu par le président de la Guinée, Lansana Conté. Il sortait de sa sieste et m’a parlé de la culture du riz, son obsession. C’est là qu’il a mentionné les Chinois: ‘Je leur ai donné un champ tout sec et vous devriez voir ce qu’ils en ont fait!’ Il comparait leur attitude à celle des Blancs qui, dans son esprit, sont restés des colons qui veulent s’emparer des ressources de l’Afrique sans travailler. Cette idée que les Chinois mettent la main à la pâte impressionne fortement les Africains. »

En réponse à la crise alimentaire globale et à la flambée des prix des denrées alimentaires, une entreprise de semences chinoise, la Chongqing Seed Corp a décidé de s’implanter sur 300 hectares en Tanzanie où le manque de céréales contraste avec l’abondance des terres cultivables. Objectif : cultiver du riz de variétés qu’elle a elle-même mise au point et qui sera, au moins en partie, vendu en Chine. Ce projet tanzanien s’inscrit dans un vaste programme, convenu entre la Chine et des pays africains lors du sommet de novembre 2006, prévoyant la mise en place de 10 centres agricoles chinois en Afrique. Les rendements en riz prévus (60 à 75 q/ha) sont 2 à 3 fois supérieurs à ceux couramment relevés en Tanzanie. La même entreprise, qui mène une expérience comparable au Laos depuis 2005, prévoit aussi de fournir des semences aux agriculteurs tanzaniens (sous contrat) auxquels elle rachètera la récolte.

D’après Liu Jian, ancien directeur adjoint du Ministère chinois de l’agriculture, « installer les usines en Afrique en profitant des techniques chinoises, qui sont au point, et des ressources locales est réalisable pour les usines d’engrais azotés et d’engrais phosphatés qui ne peuvent pas exporter leurs produits à cause des politiques de droits de douane »[11]. Les dirigeants chinois pensent que le niveau de l’agriculture africaine actuelle est similaire à celui de la Chine il y a 60 ans et qu’on peut imaginer le potentiel africain à l’aune du modèle chinois.

1.1.2 Le cas du Cameroun

La conquête des terres arables par les entrepreneurs chinois est diversement appréciée au Cameroun. Alors que les autorités soutiennent que l’expertise chinoise peut aider à accroître la production agricole de manière considérable, les populations locales, souvent exclues des négociations, crient à l’exploitation de la main d’œuvre locale (huit heures de travail par jour pour un salaire mensuel de vingt-cinq milles francs CFA), aux conditions de travail déplorables (absence de couverture sociale) et à l’exportation d’une grande partie de la production chinoise au Cameroun (au détriment de la consommation locale).

En 2006,  l’État camerounais a cédé 10 000 ha de terres agricoles pour une durée de 99 ans à Sino Cam Iko, une multinationale chinoise spécialisée dans la production, la transformation et la commercialisation de produits agricoles. L’entreprise chinoise s’est installée sur trois sites dont Ndjoré (un site de 4000 hectares situé à 100 kilomètres de la capitale camerounaise) et Nanga-Eboko (2 000 hectares situés à 170 kilomètres de Yaoundé), des espaces réputés pour leur fertilité exceptionnelle. A Nanga-Eboko, Sino Cam Iko a planté des cultures expérimentales de fruits et légumes, de maïs ainsi que 200 variétés de riz ; et consacré Ndjoré à la culture du manioc. D’après des experts du ministère camerounais de l’agriculture (ayant requis l’anonymat), la production de riz au Cameroun par les Chinois devrait contribuer à réduire les importations : 400 000 tonnes par an pour une production locale de 50 000 tonnes, chiffres que les diplomates chinois ne manquent de convoquer dans leur discours officiel.

1.2 L’offensive diplomatique chinoise

Les relations sino-africaines ne sont pas aussi récentes que peuvent laisser penser les chroniques journalistiques occidentales. Dans les années 1950 déjà, le premier ministre chinois Zhou Enlai profite de la conférence de Bandung pour rencontrer les dirigeants égyptiens, ghanéens, libyens, éthiopiens, libériens, et soudanais. Bandung marquait l’entrée du Tiers-Monde sur la scène internationale et posait les bases du mouvement des non-alignés. A l’époque, les motivations de la Chine sont avant tout politiques et idéologiques. On le voit à travers son soutien aux luttes anticoloniales en Angola, en Algérie ou en Rhodésie du sud et la récupération par la Chine du siège de membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies en 1971 (après 22 ans d’exclusion au profit de Taiwan). Avec la disparition de Mao Tsé-Toung, la Chine se fait plus discrète mais reste active dans les pays tels que le Bénin, le Togo et le Cameroun. A ce jour Pékin est en relation avec la quasi-totalité des pays de l’Union africaine à l’exception de la Gambie, le Swaziland, le Burkina Faso et São Tomé & Principe, quatre pays qui continuent à reconnaître Taïwan contre dix en 1993.

1.2.1 Vue d’Afrique

La politique extérieure de la Chine est élaborée par la commission des affaires étrangères du Comité central du Parti communiste présidé par Hu Jintao. C’est dire si le parti communiste chinois (PCC) a la haute main sur les affaires africaines. Les dirigeants des principales banques, des think tanks[12] et des grands groupes publics sont également les cadres du parti à l’instar de Li Ruogu, président de la banque de crédit à l’exportation China Exim Bank ou de Li Ruo Hong, fondateur de plusieurs organisations de la société civile tournées vers l’Afrique. Les ministères des Affaires étrangères et du Commerce, respectivement dirigés par les ministres Yang Jiechi, ancien ambassadeur de Chine aux États-Unis, et Chen Deming, ancien maire et secrétaire du comité du Parti communiste de Suzhou assurent la mise en œuvre de la stratégie définie par le PCC. Le ministère des Affaires étrangères supervise 47 ambassades et 9 consulats sur le continent africain.

L’Afrique est gérée par deux départements. Le département Afrique du nord et Moyen orient est dirigé par Song Aiguo, ancien ambassadeur de Chine en Turquie. Il est en charge de la planification des relations bilatérales et anime le Forum sino-arabe de coopération. Le département Afrique subsaharienne est quant à lui  sous la responsabilité de Mme Zhang Ming. Cette dernière est responsable du suivi du Forum sino-africain de coopération et a activement œuvré à la réussite du sommet Chine-Afrique de novembre 2009 à Charm el-Cheikh en Egypte. La nouvelle stratégie officielle du PCC pour l’Afrique est consignée dans le Livre Blanc sur la politique africaine de la Chine publié en 2006.

A côté du PCC, et grâce à la décentralisation, de grandes capitales comme Shanghai et Pékin, ainsi que des provinces relativement autonomes comme le Guandgong ou Henan (dont les groupes du BTP sont en forte croissance en Afrique centrale et de l’ouest) ont élaboré leur propre stratégie de conquête des marchés africains. Certaines sont désormais en jumelage[13] avec les grandes capitales africaines. Leur capacité à travailler en réseaux et à échanger des informations stratégiques est l’une des clés du succès chinois à l’international.

Depuis Bandoeng, la Chine a donc conservé un intérêt marqué pour l’Afrique, intérêt qui a cependant varié et cru au cours de la décennie qui s’achève. En témoignent, la mise en place d’un Forum bilatéral de discussion sino-africain (FOCSA), dont la quatrième session s’est tenue (on l’a vu plus haut) en Egypte en novembre 2009, le millier d’entreprises chinoises présentes en Afrique et les nombreuses visites du président chinois sur le continent. De janvier 2004 à février 2009, Hu Jintao s’est en effet rendu, en compagnie d’importantes délégations d’hommes d’affaires chinois, dans 18 pays africains : l’Égypte, le Gabon et l’Algérie en janvier 2004 ; le Maroc, le Nigeria et le Kenya en avril 2006 ; le Cameroun, le Liberia, le Soudan, la Zambie, la Namibie, l’Afrique du Sud, le Mozambique et les Seychelles en février 2007 ; le Mali, le Sénégal, la Tanzanie et Maurice en février 2009.

1.2.2 Vue du Cameroun

Les relations sino-camerounaises n’ont pas démarré sous les meilleurs auspices pour une raison simple : jusqu’au début des années soixante-dix, Yaoundé coopérait avec Taïwan en « représailles » au soutien apporté par le Parti communiste chinois (PCC) à l’Union des populations du Cameroun (UPC). C’est la visite du président Amadou Ahidjo en 1973 dans l’Empire du Milieu qui apaise les tensions entre les deux pays. Yaoundé obtient des gages de Pékin et, en retour, reconnait tacitement le principe d’une seule Chine. Cette visite historique marque officiellement le début des relations sino-camerounaises. Commence alors une intense et fructueuse coopération qui aboutit à la création de la Commission mixte sino-camerounaise[14] le 26 septembre 1986 à Beijing.

Marquée par plusieurs rencontres au sommet[15], l’intensité des activités diplomatiques chinoises au Cameroun est – pour mobiliser un exemple récent – à l’image de la visite au Cameroun de Jian Qinglin, le président du Comité national de la conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), le mardi 23 mars 2010, visite ponctuée par la signature de huit nouveaux accords:

– Un « accord de coopération économique et technique entre le gouvernement de la République Populaire de Chine et le gouvernement de la République du Cameroun (relatif à un don sans contrepartie d’un montant de cinquante millions de yuans) » ;

– Un «accord de coopération économique et technique entre le gouvernement de la République du Cameroun (relatif à un prêt sans intérêt d’un montant de cinquante millions de yuans)» ;

– Une « convention du crédit acheteur préférentiel du projet de réhabilitation de la société MATGENIE au Cameroun » ;

– Un « mémorandum d’entente et de coopération globale sur le financement des projets au Cameroun » ;

– Une «convention-cadre relative à la réalisation des investissements agricoles au Cameroun» ;

– Un « protocole d’accord sur la donation en matière de formation des nouvelles technologies dans le réseau postal camerounais » ;

– Deux accords relatifs à l’importation du bois camerounais par la Chine.

Après l’inauguration le 22 juin 2009 d’un palais polyvalent des sports de 5000 places à Warda (Yaoundé), la coopération chinoise a amorcé de nombreux projets depuis la visite officielle de Président Hu Jintao, fin février 2007, au Cameroun. On signalera tour à tour le projet de construction de l’hôpital gynéco-obstétrique de Douala, le projet Back Bône de transmission par fibre optique à Kye-Ossi, le projet de construction du centre pilote des technologies agricoles de Nanga Eboko, les projets de construction des stades de Limbé et de Bafoussam et  le projet de construction de la mini-centrale hydro-électrique de Mekin, pour ne citer que les principaux. L’ensemble de ces réalisations concourent, d’une manière ou d’une autre, à l’accroissement des échanges économiques et commerciaux entre la Chine et le Cameroun.

1.3 Des échanges commerciaux en croissance exponentielle

La coopération économique et commerciale sino-africaine est étroitement liée à l’aide de Pékin aux pays africains. Les deux croissent dans les mêmes proportions. Lors du Sommet France-Afrique de novembre 2009 en Egypte, le premier ministre chinois Wen Jiabao a déclaré : «  j’ai lu un livre intitulé ‘L’aide fatale’ écrit par Dambisa Moyo […] l’auteur conclut que l’assistance de la Chine à l’Afrique est sincère, crédible, pratique et efficiente, et appréciée des Africains. Je suis certain que le temps prouvera que l’amitié et la coopération entre les peuples chinois et africains est promu a un bel avenir. » Belle entrée en matière !

1.3.1 A l’échelle du continent africain

Dans L’aide fatale, son ouvrage à succès devenu best seller aux Etats-Unis[16], Dambisa Moyo écrit justement, page 129 : « l’aide est une drogue pour l’Afrique. Depuis soixante ans on la lui administre. Comme tout drogué, elle a besoin de prendre régulièrement sa dose et trouve difficile, sinon impossible, d’imaginer l’existence dans un monde où l’aide n’a plus sa place. Avec l’Afrique, l’Occident a trouvé le client idéal dont rêve tout dealer. » On pourrait remplacer l’Occident par la Chine, tant cette dernière manie à merveille l’arme de l’aide pour fluidifier et entretenir sa coopération économique et commerciale avec les pays africains.

En 2000, la Chine a effacé une ardoise de 1,5 milliard de dollars de dette au profit de pays africains. Deux ans plus tard, elle leur a accordé 1,8 milliard de dollars d’aide au développement. En 2003,  elle a de nouveau annulé une dette de 750 millions de dollars. En 2006, elle a signé avec les pays africains des accords commerciaux de l’ordre de 60 milliards de dollars. De 2000 à 2005, les flux d’investissements directs chinois en Afrique ont atteint un total de 30 milliards de dollars. Lors du dernier sommet Chine-Afrique, en novembre 2006, Pékin s’était fixé comme objectif de doubler d’ici à 2010 le commerce bilatéral avec l’Afrique pour atteindre les 100 milliards de dollars. Objectif atteint dès 2008 avec des échanges d’un montant de 106,8 milliards.

Avec un volume de 120 milliards de dollars, la Chine est devenue le deuxième partenaire économique du continent, derrière les États-Unis. Les importations chinoises en provenance de l’Afrique sont essentiellement constituées de matières premières (85 %) alors que les exportations vers l’Afrique sont majoritairement composées de produits manufacturés (à hauteur de 94 % du total). En 2009, la Chine a octroyé 10 milliards de dollars de prêts et une exemption des droits de douanes pour 95 % de produits en provenance des « pays africains les moins développés ayant des relations diplomatiques avec la Chine, en commençant avec 60 % des produits dès 2010 ».

1.3.2 Au niveau du Cameroun

Plus que jamais d’actualité, le rapport publié en janvier 2007 par la fondation allemande Freidrich Ebert Stiftung sous le titre « Comment les Chinois fragilisent l’économie camerounaise » rend à peu près compte de la situation du Cameroun dans son partenariat économique avec l’Empire du Milieu. L’étude met en évidence l’asymétrie de la relation sino-camerounaise si peu évoquée dans les cercles diplomatiques sino-camerounais.

Prenant appui sur les accords de coopération où la Chine assure la maintenance technique, les analystes de la fondation allemande notent, en effet, que la partie camerounaise se contente de surveiller mollement l’application des normes contractuelles tandis que, dans neuf cas sur dix, les Chinois assurent seuls la conduite des opérations en important aussi bien la main d’œuvre que le matériel de Chine.

D’autre part, les importations de la Chine vers le Cameroun sont en nette croissance depuis 2001 (où elles cumulaient à 34 millions de francs CFA). En 2004 par exemple, ces importations ont atteint 67 milliards de francs CFA, majoritairement constituées de produits manufacturiers (agroalimentaire, électroménager, matériel roulant, habillement, etc…). Dans le même temps, les exportations du Cameroun à destination de la Chine ont stagné autour 20,5 milliards de francs CFA en moyenne, exportations essentiellement basées sur les grumes dont la transformation en Asie crée de l’emploi en Chine. « Que ce soient en 2003 ou en 2004, la balance commerciale entre la Chine et le Cameroun a été largement déficitaire pour le Cameroun et bénéficiaire pour la Chine », précise le rapport.

Pour ce qui est des flux financiers, une part importante des ressources mobilisées par les commerçants chinois pour assurer l’importation au Cameroun de produits chinois n’intègre pas le circuit monétaire local et provoque une raréfaction de la monnaie. Ces fonds retournent, en effet, vers les banques chinoises en transitant par deux principaux établissements financiers : Western Union (pour  le transfert rapide) et la Standard Chatered Bank (où les dépôts de ressortissants chinois ont une durée de séjour moyenne de six mois maximum.)

Dans le cadre de l’appui chinoise au développement du secteur privé camerounais, les analystes soulignent le bilan négatif des tentatives de joint venture entre entreprises camerounaises et chinoises et mobilisent deux projets à l’appui de leur argumentaire : celui des entreprises de rechapage des pneus et celui de fabrication de motoculteurs financés à hauteur de 7 milliards de francs CFA par la chinoise Exim-Bank. Le rapport publié par la Friedrich Ebert Stiftung relève plusieurs types de difficultés: l’absence dans l’étude de faisabilité de l’analyse des facteurs essentiels à la viabilité des projets, le partage inéquitable des responsabilités dans l’exécution du projet, le suivi insuffisant de l’exécution des projets par la partie camerounaise ; la mauvaise compréhension et par voie de conséquence l’interprétation erronée des clauses de partenariat par l’un et/ou l’autre partie, le peu de maîtrise par la partie camerounaise du fonctionnement des mécanismes de financement de ses partenaires chinois, l’existence de nombreuses imprécisions voire des non-dits dans le contenu des accords, etc. A cela s’ajoute l’absence de mécanismes d’arbitrage pour régler les cas de conflits entre parties signataires.

Il est intéressant de remarquer que, hormis en Afrique australe (Afrique du Sud, Zambie et Malawi notamment), les études critiques sur la présence chinoise sur le reste du continent et au Cameroun en particulier sont commandées et/ou menées par des organismes internationaux, des associations, journalistes, think tanks étrangers. Car c’est aussi sur le terrain du soft power que Pékin concurrence les grandes puissances occidentales en Afrique.

1.4– Le soft power à la chinoise

Paru en Grande Bretagne au XIXè  siècle, le concept de soft power (littéralement « puissance douce ») a été convié pour la première fois dans les relations internationales en 1990 par l’internationaliste américain Robert Nye dans Bound to lead.[17] Il désigne la capacité d’une personne morale à influencer le comportement d’une cible en fonction de ses intérêts par des moyens non coercitifs. L’approche américaine jouant un rôle structurant dans la vision chinoise des relations internationales, elle sert à la fois de modèle et de contre-modèle aux aspirations de Pékin. C’est pour cette raison que de multiples traductions circulent en Chine où le soft power renvoie aussi bien aux expressions ruan liliang, ruan shili qu’à ruan quanli. D’après Barthélemy Courmont[18], les internationalistes chinois souhaitent « dépasser le simple constat que la culture chinoise est un atout dans la quête de puissance de Pékin, pour formuler une véritable stratégie misant sur cet atout pour accélérer le processus de montée en puissance chinoise. »

Or Pékin repousse habilement l’étiquette d’hyper-puissance, statut par trop connoté et contraignant au regard des « obligations » internationales qu’il draine : interventionnisme, ingérence dans les affaires intérieures des Etats étrangers… etc. Ce sentiment s’accompagne d’une volonté d’éviter tout conflit avec les États-Unis et conduit les dirigeants chinois à privilégier une stratégie d’influence pragmatique et patiente. Cette «faculté à ne pas se disperser »[19] ne rend-elle pas son ascension inéluctable ? En janvier 2006, le Président Hu Jintao précisait que « le renforcement du statut international de la Chine et de son influence internationale doit être reflétée à la fois dans un hard power incluant l’économie, les sciences et la technologie, et la défense nationale, et dans un soft power comme la culture. »

Pour contribuer à atteindre ce dernier objectif, les universités chinoises ont accueilli 2 757 étudiants africains en 2005 et jusqu’à 3 737 pour l’année 2006, soit une hausse de 40%, d’après les statistiques officielles du ministère chinois de l’éducation. Lors du Forum sur le Coopération sino-africaine qui s’est tenu en novembre 2009 en Egypte, les autorités chinoises ont solennellement annoncé qu’elles porteraient à 5 500 le nombre de bourses pour les étudiants africains. A quoi s’ajoute le projet d’extension planétaire des instituts Confucius, déjà 282 dans le monde en 2010 dont un dans la capitale camerounaise.

1.4.1 En Afrique de manière générale

En septembre 1960, l’Institut des Langues étrangères de Beijing ouvre un bureau d’accueil pour les non Chinois. Cinq ans plus tard, le 9 janvier 1965, l’École supérieure préparatoire pour les étudiants étrangers fondée en 1962 devient l’Institut des langues de Beijing, à la demande du premier ministre Zhou Enlai. Cet établissement précèdera l’inauguration de l’Université des Langues et de la Culture de Beijing (ULCB), spécialisée dans l’enseignement du chinois aux étrangers. En plus de quarante ans d’existence, l’ULCB a formé près de 4 000 étudiants originaires de plus de 40 pays d’Afrique.

D’après le diplomate et sinologue gabonais Samuel Okouma Mountou[20], la formation et le perfectionnement des étudiants africains constituent l’un des volets stratégiques de la coopération sino-africaine. « En 1988, plus de 1500 étudiants africains poursuivent leurs études dans les universités chinoises, repartis dans les domaines variés tels que : médecine, relations internationales, informatique, agronomie, architecture, pétrochimie, génie civile, électronique, langue chinoise, beaux arts, etc. A cet effet, ces étudiants africains bénéficient de la bourse de coopération chinoise et, entre autres, ils sont pris en charge par la Chine… »[21] Les bourses d’études offertes par le gouvernement chinois aux étudiants africains couvrent à la fois les frais liés à la scolarité et ceux liés au logement, à l’habitat, à l’alimentation. Liu Jinghui, un officiel du gouvernement chinois, est formel : « la Chine prête une attention particulière à l’éducation, et les étudiants étrangers sont très importants… » Pour ce cadre du parti communiste, les étudiants étrangers peuvent aider les universités chinoises à  devenir de plus en plus internationales. En 2005, la Chine comptait plus de 140 000 étudiants étrangers.

L’enseignement de la langue chinoise constitue une part importante du dispositif mis en place par Pékin pour conquérir le monde et l’Afrique. Depuis quelques années, apprendre le chinois est à la mode en Europe, aux Etats-Unis et en Afrique ; et les dirigeants chinois ont parfaitement perçu les enjeux de ce regain d’intérêt. Désormais, ils attachent du prix à visiter les établissements qui dispensent l’enseignement du chinois chaque fois qu’ils se déplacent en Afrique. Le président Hu Jintao en visite au Kenya a ainsi tenu à rencontrer les étudiants et le personnel de l’Institut Confucius de Nairobi le 29 avril 2006. Deux mois plus tard, le 20 juin 2006, c’était au tour du premier ministre Wen Jiabao, en visite au Congo, de saluer les enseignants et les élèves apprenant le chinois dans un lycée de Brazzaville. En visite officielle au Cameroun, Jia Qinglin, Président du Comité National de la Conférence Consultative Politique du Peuple Chinois, a sacrifié au même rituel le 24 mars 2010 à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC) où est logé l’Institut Confucius de Yaoundé.

1.4.2 Au Cameroun en particulier

Depuis le premier trimestre de l’année 2000, Pékin  a décidé d’intensifier sa coopération scientifique et universitaire avec les universités d’Etat du Cameroun. C’est dans cette perspective qu’elle a activement encouragé l’ouverture, à l’IRIC, de l’institut Confucius de l’Université de Yaoundé II (inauguré en novembre 2007) ainsi que son annexe de Douala (ouvert le 27 mars 2009). Fait notable, le discours de Jiang Yulan, directeur du centre d’apprentissage de l’IRIC, est le même que celui du gouvernement central chinois : « L’Institut Confucius a pour objectif d’augmenter le nombre d’étudiants, de les rendre compétitifs sur le plan mondial et surtout en Chine, de sorte qu’ils puissent facilement s’adapter au système s’ils venaient à y suivre des études. »

Depuis 1973, le gouvernement chinois octroie une dizaine de bourses en moyenne par an aux étudiants camerounais. Pour le compte de l’année académique 2010-2011, Pékin a mis 24 bourses d’études supérieures à la disposition du Gouvernement camerounais  dont 9 du niveau Baccalauréat et 15 pour les aspirants au Master. Ces bourses s’adressent aux jeunes camerounais engagés dans les sciences appliquées, la médecine, l’agriculture, l’économie, le génie électrique, les sciences de l’environnement, les télécommunications, l’informatique et les sciences juridiques.

Au niveau médical, la coopération chinoise est aussi ancienne que diversifiée. Depuis 1975, la Chine envoie une équipe médicale au Cameroun où travaillent 44 médecins et infirmières chinois. Depuis l’installation des hôpitaux de Mbalmayo et de Guider dans les années soixante-dix, les autorités chinoises n’ont eu de cesse de contribuer à l’amélioration du parc hospitalier camerounais, au grand soulagement des populations. Les projets de construction de deux centres gynéco-obstétriques et pédiatriques à Yaoundé (inauguré en 2002) et Douala ainsi que l’extension de l’hôpital de Buea sont parmi les plus précieux dons de la Chine au Cameroun.

Sur le terrain de la production des connaissances, un besoin d’Afrique se fait jour en Chine, créneau que les chercheurs camerounais pourraient exploiter. A la mi-2010, l’Empire du Milieu compte à peine 300 chercheurs qui réalisent des études et/ou dispensent des cours sur l’Afrique alors que médias, entreprises et chercheurs sont de plus en plus demandeurs d’enquêtes, d’analyses, d’évaluation des risques sur les pays tels que le Cameroun justement. « À l’Académie des sciences sociales de Pékin – le plus grand institut chinois d’études sur l’Afrique – je ne dispose que de 20 étudiants chercheurs, dont la plupart ne sont jamais allés sur le continent, »[22] confie son directeur.

Comme on peut l’observer, l’art de la guerre économique à la chinoise est global, et fait de petits pas. Evitant les conflits ouverts (en Afrique et au Cameroun en particulier), elle privilégie le consensus, la douceur et surtout la patience si chère à la stratégie de la lamproie.

2 – Le stratagème de la lamproie

Le ba mu man ji ou stratagème de la lamproie est inspiré du fait que ce poisson extrêmement visqueux a la capacité de fondre dans les fonds marins, de s’agripper aux rochers, de guetter, de choisir et d’étudier patiemment sa proie, avant de se rapprocher d’elle, de s’y coller et d’en siphonner le sang par ses nombreux orifices… Elle est connue en Chine comme « l’anguille à huit yeux » et dans la plupart des pays francophones comme « la flûte aux sept trous ».

Les dirigeants chinois ont une grande culture des stratagèmes. Le traité des trente-six stratagèmes (de loin le plus célèbre en Chine) rassemble l’interprétation de différents auteurs sur une suite d’items que le stratégiste Pierre Fayard qualifie de « logiciels stratagémiques. »[23] Chacun de ces stratagèmes se présente en quatre idéogrammes qui s’interprètent et s’adaptent aux circonstances qui les mobilisent. Ces stratagèmes s’appliquent donc à toute situation où interagissent des volontés politiques, militaires ou économiques. Le stratagème chinois de la lamproie est aussi redoutable dans la guerre des prix (2.1), la quête du renseignement stratégique (2.2) ou la défense des acquis chinois sur le continent africain (2.3).

2. 1 Guerre des prix et contrefaçon concurrentielle

Ces dernières années, l’Empire du Milieu a été régulièrement accusé de pratiquer du dumping, de recourir à une main d’œuvre immigrée de Chine et de maintenir une certaine opacité dans les comptes des entreprises publiques. De plus, souligne Valérie Niquet, directrice du Centre Asie à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI) de Paris, «les marchés africains se trouvent inondés de biens de consommation chinois de mauvaise qualité, exportés clandestinement, et vendus à des prix tels que les productions locales ne peuvent pas rivaliser».[24]

La contrefaçon de motocyclettes Yamaha au Cameroun ou des marques de textile comme Uniwax en Côte d’Ivoire fait, en effet, la joie des classes populaires, mais elle fragilise la concurrence locale et inquiète ouvertement les autorités dans les pays tels que l’Afrique du Sud[25] et la Namibie[26] notamment. De plus, la toxicité des copies de médicaments, la fiabilité approximative de certains produits made in China et le peu de cas fait de la protection de l’environnement poussent régulièrement les institutions internationales – Banque mondiale et Union européenne (en tête) – à critiquer la diplomatie chinoise en Afrique.

Présentes dans les pays d’Afrique de l’ouest, les entreprises françaises de travaux publics, par exemple, doivent aujourd’hui faire face à des compagnies chinoises d’autant plus offensives qu’elles s’affranchissent souvent des normes de concurrence préalablement définies et arrêtées par les Occidentaux. Dans un discours prononcé devant le Forum des affaires UE-Afrique, le 22 juin 2007 à Accra au Ghana, Louis Michel (alors Commissaire européen au développement et à l’aide humanitaire) a soulevé le problème de la guerre des prix menée par les groupes chinois. Car les bailleurs de fonds internationaux attribuent les chantiers aux entreprises les mieux-disantes, uniquement sur un critère de coût. Louis Michel a encouragé les entreprises françaises de BTP présentes en Afrique, en particulier Sogea Satom, Eiffage (via sa filiale Fougerolle) et Colas (filiale du groupe Bouygues) à inventer leurs propres modèles, modèles qui soient une offre alternative à l’hyper-flexibilité des Chinois. Pour finir, le commissaire européen a averti que les entreprises chinoises allaient devoir « s’insérer dans des standards acceptables » partout en Afrique, y compris au Cameroun.

2.1.1 Le cas du Cameroun

Devant la montée en puissance des entreprises chinoises dans l’octroie de marchés de construction au Cameroun, Patrick Lucas, président du comité Afrique du MEDEF[27] International, en visite au Cameroun du 4 au 8 juillet, a ainsi résumé la position du patronat français : «je ne sais pas jusqu’à quand le contribuable français va continuer à accepter cette situation.»[28] Le chef de la délégation du MEDEF International a clairement indiqué, au cours d’une réunion avec les hommes d’affaires camerounais, qu’il n’était pas compréhensible que la plupart des marchés d’infrastructures au Cameroun soit remportés par des entreprises chinoises alors des financements sont essentiellement français. En réponse, Olivier Behle, président du GICAM,[29] a expliqué que cette situation par le fait que les offres chinoises sont généralement les « mieux disantes » financièrement, même si elles ne remplissent pas toujours la totalité des critères exigés. «Grâce à cette offre, a souligné le patrons des patrons camerounais, nous pouvons rattraper un certain retard. Mais il ne s’agit pas d’un problème particulier qu’il faut résoudre, même s’il faut reconnaître que cette présence pose un problème d’ordre éthique. Les entreprises chinoises devraient respecter la réglementation du travail,»[30] a-t-il fini par lâcher.

Premier partenaire économique du Cameroun depuis plusieurs années, la France a vu ses positions se réduire au fil des années au profit de l’Empire du Milieu. Depuis 2002, les importations chinoises augmentent en moyenne de 43% par an alors que les échanges avec l’Europe connaissent une légère régression. Bien que le port de Douala soit toujours géré par Bolloré, la France n’est plus le principal partenaire du Cameroun. Dans une interview accordée en mai 2007, Georges Remi Belinga, responsable des douanes dans le Littoral parle de « la fin du pré-carré français au Cameroun » et l’explique par la volonté des Africains de trouver des marchés plus favorables d’acquisition de produits de haute technologie au moindre coût.

Pierre Regenet de la CICAM[31] abonde dans le même sens. L’entreprise qu’il dirige en 2007 est spécialisée dans la fabrique des tissus dont les pagnes événementiels à l’effigie du chef de l’Etat camerounais. Or les commandes du pouvoir n’arrivent pas, à elles seules, à endiguer la déferlante chinoise et à maintenir la CICAM à flot. En cinq ans, l’entreprise a dû licencier un millier de salariés locaux. « Le textile chinois arrive sur le marché à des prix qui sont tout à fait impossible à tenir pour nous, dit-il. On considère encore détenir  entre 10 et 15% de parts de marché contre 50 à 60 il y a encore cinq ans. Si rien ne change, la CICAM va disparaître. »

En 2010, le Cameroun compte plusieurs milliers de Chinois[32] dont certains sont évidemment en quête de renseignements stratégiques.

2.1.2 La quête du renseignement stratégique

Sur le rôle des diasporas chinoises dans la collecte du renseignement économique, Paul Moore, ancien du bureau fédéral américain d’investigations (FBI) de 1978 à 1998 et vétéran de la lutte contre les taupes chinoises aux Etats-Unis écrit : « ces gens qui collectent du renseignement ne ressemblent pas à des espions et ils obtiennent pourtant de larges quantités d’informations. Pour la plupart des zones de collectage du renseignement chinois, le travail qui vise à localiser et à obtenir l’information désirée – même des données très sensibles – est réalisé par des universitaires, des étudiants, des hommes d’affaires ou des journalistes. »[33]

Il faut préciser que si l’espionnage chinois à visée économique – encore largement méconnu en Afrique – se déploie avec succès aux quatre coins de la planète, « il continue aussi, précise Roger Faligot, à exploiter at home la naïveté ou le ‘je-m’en-foutisme’ des entrepreneurs […] qui n’ont plus que leurs yeux pour pleurer quand ils se sont fait dépouillé de leurs brevets, de leurs prototypes, de leur marché, dans l’eldorado chinois. »[34] C’est la raison pour laquelle depuis deux décennies, les services de renseignement occidentaux, et ceux de la Grande Bretagne[35] en particulier, mettent l’accent sur la sensibilisation des politiques et des businessmen qui entrent en contact avec la Chine. Dans le  vade-mecum élaboré en 1990 par les services secrets de la couronne britannique, voici ce qu’on peut lire :

« Les visiteurs en Chine devraient savoir que tous leurs documents privés ou professionnels sont en péril s’ils restent dans les bureaux ou les chambres d’hôtels (même s’ils sont enfermés à double tour dans une valise), et ils peuvent considérer que tout le personnel des hôtels, des restaurants, des domestiques sont sujets à l’influence ou au contrôle des services de renseignement chinois.

« Souvenez-vous que le statut, l’occupation ou le passé d’une personne ne lui garantit pas l’immunité d’une attention soutenue. Soyez particulièrement attentif à tout ce qui est flatterie et hospitalité trop généreuse.

« Les Chinois ont des ressources très étendues à leur disposition. Ils placent des systèmes d’écoute dans les hôtels, les résidences d’hôtes et les restaurants. Ils peuvent fouiller les bagages et les chambres d’hôtels, lire le courrier, et monter des opérations de surveillance contre les visiteurs. Bien que ce type d’opération soit plus logique contre des cibles spécifiques, on ne peut pas écarter la possibilité qu’ils le fassent contre d’autres.

« ‘Cultiver’ un visiteur ou un contact présentant un intérêt va prendre du temps : les Chinois sont très patients. Une transaction d’affaires initiale sera suivie d’un contact social amical, telle qu’une invitation à dîner ou l’offre de tickets pour un événement culturel ou sportif. Avec cette méthode, on pourra inviter la personne à revenir en Chine, à discuter ostensiblement de nouvelles entreprises d’affaires ou à parler dans une institution avec un parterre de lettrés ; des hommes d’affaires vont se voir offrir des opportunités commerciales avantageuses ; des étudiants bénéficieront de facilités de recherche exceptionnelles. En fait, la ‘visite de retour’ a pour objectif de permettre au service de renseignement chinois d’évaluer le potentiel de la cible […] Le but de cette tactique est de créer une dette, un sentiment d’obligation de la part de la cible de sorte qu’elle trouvera difficile de refuser des faveurs » au bénéfice des intérêts chinois.

2.2 – Défense et sécurité des intérêts chinois

Dans son désir d’assumer sa nouvelle posture internationale de « grand pays émergent », la Chine a affecté plusieurs de ces citoyens aux Opérations de Maintien de la Paix (OPM) en Afrique au cours de la décennie qui s’achève, plus d’un millier en 2010. De plus, des dizaines d’ouvriers chinois ont été pris en otage (et/ou tués) sur les côtes africaines ces dernières années, en particulier au large du Kenya et de la Somalie où des bateaux chinois ont essuyé des attaques à plusieurs reprises. En réponse à cette menace, Pékin a décidé l’envoi de navires militaires pour sécuriser ses intérêts. « Mais nous devons surtout travailler en étroite collaboration avec les forces de sécurité des pays africains si l’on ne veut pas être accusé de néocolonialisme », souligne He Wenping, directrice des études africaines à l’Académie des sciences sociales de Pékin[36]. A ses partenaires africains, l’Empire du Milieu renouvèle donc sa coopération militaire en même temps qu’il propose l’assistance technique et la formation.

Avant d’aller plus loin, il est important de rappeler que dans les années 70-80, la Chine se posait déjà en rivale de l’Union soviétique et des Etats-Unis en Afrique, s’infiltrant dans les pays épargnés par ces derniers et contribuant à l’effort de guerre de plusieurs mouvements locaux de libération. Elle en a profité pour signer des accords de coopération militaires avec des alliés idéologiques tels que l’Egypte, l’Ethiopie, l’Ouganda, la Tanzanie ou la Zambie ; et s’ouvrir de nouveaux marchés industriels. En vingt ans (de 1955 à 1975) la Chine a vendu pour près de 140 millions de dollars de matériels militaires aux Africains, et entrepris de colossaux chantiers comme la construction de l’impressionnant chemin de fer TanZam reliant la Tanzanie à la Zambie.

Depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, la Chine a considérablement diversifié et même renforcé sa coopération militaire avec un plus grand nombre d’Etats africains. Pékin s’est ainsi ouvert de nouveaux marchés pour la vente de matériels militaires en Angola, au Burkina Faso, en Centrafrique, au Libéria, en République Démocratique du Congo, au Sénégal et au Tchad notamment pour l’artillerie légère, des véhicules blindés, des uniformes et du matériel de communication ; et puis des hélicoptères pour l’Angola, le Ghana et le Mali, des avions d’entrainement K8 pour la Namibie, le Soudan et le Zimbabwé… etc. La plupart de ces marchés sont remportés par la North Industry Corporation et surtout Polytech Industries, la plus importante firme de vente d’armes de l’armée chinoise.

D’importants accords militaires ont par ailleurs été signés avec des pays tels que le Congo Brazzaville et des instructeurs chinois ont contribué à la formation des militaires dans des pays pétroliers tels que l’Angola. Des accords de fourniture de matériels militaires ont été conclus avec l’Angola, le Botswana, l’Érythrée la Namibie, le Soudan, le Zimbabwe, les Comores et la République du Congo, trois usines de fabrication d’armes légères ont ouvert au Soudan et des usines de munitions et d’armes légères implantées au Mali et Zimbabwe. Depuis 2004, Pékin livre des blindés, des chars, de l’artillerie, des vedettes rapides et des batteries de défense antiaérienne au pays de Robert Mugabe.

Au Cameroun, les sources ouvertes sont relativement muettes sur la coopération militaire avec la Chine. L’actualité des 24 derniers mois nous apprend tout juste que les deux pays sont liés par un accord en matière de formation militaire, et que dans le but de renforcer la coopération militaire entre Pékin et Yaoundé, le ministre chinois de la Défense nationale, Liang Guanglie, a rencontré Jean-Baptiste Bokam, le Secrétaire d’État en charge de la gendarmerie nationale auprès du ministre camerounais de la Défense le 10 Juin 2009 à Pékin. Au sortir de cette rencontre à huis clos, les deux parties ont qualifié leurs échanges de fructueux, sans plus.

Conclusion

Contrairement à ce que laisse entendre un certain nombre de critiques occidentales, la relation entre la Chine et l’Afrique est loin d’être un marché de dupes en défaveur du continent noir.  L’Afrique obtient les capitaux de qualité dont elle a besoin pour financer ses investissements, créer des emplois et booster sa croissance. Pour l’universitaire zambienne Dambisa Moyo notamment, « le troc d’infrastructures contre des ressources en énergie est parfaitement compris aussi bien par les Chinois que par les Africains. C’est un échange et nul ne se fait d’illusion en cette affaire. On considère parfois que la Chine se sert de l’Afrique pour ses fins politiques et économiques : pour continuer à croître au rythme extraordinairement rapide qui est le sien, la Chine a besoin de pétrole et l’Afrique a ce pétrole. » [37]

Depuis la chute du mur de Berlin et l’effondrement du bloc communiste, les Etats major occidentaux observent la conversion accélérée du plus grand Etat communiste de la planète à l’économie de marché, non sans inquiétude. Car la Chine ne se contente plus d’être « l’usine du monde ». Bien qu’elle se refuse encore tactiquement à endosser tous les habits d’une superpuissance pour éviter, avons-nous vu plus haut, d’être assimilée aux grands pays occidentaux et d’avoir à en assumer les responsabilités, la Chine s’en donne stratégiquement les moyens scientifiques, financiers, économiques, technologiques et diplomatiques. L’influence de sa stratégie de puissance est désormais visible en Afrique peut-être plus qu’ailleurs dans le monde.

Bien que certaines parmi elles soient fondées, force est de constater que la plupart des critiques portées contre la présence chinoise en Afrique proviennent des anciennes puissances coloniales et des Etats-Unis dont la Chine menace désormais les positions sur le continent. La Chine qui aide les gouvernements surendettés, défend le sud dans les instances internationales, soutient les régimes isolés, éduque les futures élites, construit des infrastructures, soigne les moins nantis, équipe et habille les classes moyennes et populaires, et contribue au maintien de la paix en Afrique, etc. dépasse les pronostics les plus optimistes. « Depuis un demi-siècle, déclare Hu Jintao, les Chinois et les Africains, étroitement solidaires, voient se raffermir sans cesse leur amitié. Les échanges et la coopération sino-africains se sont développés sur tous les plans et ont donné des fruits abondants. Dans les affaires internationales, la Chine et l’Afrique se sont prêté confiance et concertées pour défendre les intérêts légitimes des pays en développement. »[38]

D’après l’étude Malaise global avec les grandes puissances réalisée dans 10 pays africains (Afrique du Sud, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Ghana, Kenya, Mali, Nigeria, Ouganda, Sénégal et Tanzanie) et publiée en juin 2007 par l’Institut américain Pew, « la puissance économique montante de la Chine a un rôle positif dans les pays des personnes interrogées, notamment dans le monde en voie de développement. » En Ouganda, 45% de personnes interviewées pensent du bien de la Chine contre 23%. Au Mali et en Côte d’Ivoire, 90% des personnes interrogées apprécient favorablement la Chine contre 81% au Sénégal et au Kenya. 2/3 des Ethiopiens et ¾ de Nigérians  et de Ghanéens approuvent l’action de la Chine en Afrique.

Situé au fond du golfe de Guinée, le Cameroun intéresse l’Empire du Milieu, tant par son histoire, sa stabilité politique, la sociologie de sa population, son poids économique, ses terres arables, les richesses de son sous-sol, et son hospitalité, que par sa situation géostratégique et sa posture diplomatique. L’ensemble de ces mobiles suffit largement à justifier le fait que depuis trente ans, l’Empire du Milieu se sert de « l’Afrique en miniature »  comme le tube à essai de ses conquêtes africaines. A quelques exceptions près, la Chine tend, en effet, à reproduire dans le grand ensemble subsaharien ce qu’elle a déjà testé au Cameroun.

Cette grille de lecture donne à espérer que des analyses ultérieures sur l’axe Yaoundé-Pékin viendront éclairer des aspects restés à l’ombre dans le cadre des présents travaux et, ainsi, contribuer à la construction d’une relation plus fructueuse entre la Chine et l’Afrique.


[1] Alain Peyrefitte, Quand la Chine s’éveillera…  Le monde tremblera, Editions Fayard, Paris, 1973, 535 pages.

[2] Alain Peyrefitte, La chine s’est éveillée, carnets de route de l’ère Deng Xiaoping, Editions Fayard, Paris, 1996, 430 pages.

[3] The world in 2050: Beyond the BRICs : a broader look at emerging market growth prospects.

[4] PWC : PriceWaterHouseCoopers, cabinet d’audit, expertise comptable et conseil aux entreprises de toute taille. PWC International Limited emploie 163 000 personnes dans 151 pays dans le monde.

[5] He Wenping, directeur des études africaines à l’Académie chinoise des sciences sociales de Pékin, Propos recueillis à Pékin par Pascal Airault et publiés par Jeune Afrique le 08 juin 2009.

[6] Lire Paul Mooney,  China’s African Safari, YaleGlobal, 3 janvier 2005.

[7] Historiquement, L’art de la guerre est le premier traité de stratégie au monde. Il fut rédigé par Sun Tzu aux alentours du Vè siècle avant J.-C. Le propos va au delà du simple traité de polémologie ; il énonce des principes valables aussi bien dans le monde des affaires, que dans celui de la diplomatie et de la vie sociale.

[8] Jean-François Phelizon, Relire l’art de la guerre de Sun Tzu,  Editions Economica, Paris, 1999, 144 pages.

[9] OPA : offre publique d’achat.

[10] Serge Michel, Michel Beuret et Paolo Woods de La Chinafrique, Pékin à la conquête du continent noir, Serge Michel, Michel Beuret et Paolo Woods, Editions Grasset & Fasquelle, 348 pages, Paris, 21 mai 2008.

[11] Propos retranscrits dans « L’Afrique souhaiterait que les entreprises agricoles chinoises y viennent construire des usines », article publié dans Le Quotidien du Peuple le 25 février 2010.

[12] Un think tank est une institution de droit privé (fondation ou association) regroupant des experts destinés à réaliser des études ou à faire des propositions de manière régulière sur des politiques publiques.

[13] Dans le cas du Cameroun, on peut citer les jumelages entre la ville Yaoundé et la ville de Shenyang (en 1988) et entre la ville Douala et la ville de Taiyuan (depuis 1993).

[14] La Commission mixte sino-camerounaise est une plate-forme de partage économique, culturel et technique entre les deux pays.

[15] Lors de sa tournée  africaine du 30 janvier et 10 février 2007, le président chinois Hu Jintao a  commencé sa visite par le Cameroun avant de la poursuivre au Libéria, au Soudan, en Zambie, en Namibie, en Afrique du Sud, au Mozambique, et de la terminer dans l’archipel des Seychelles.

[16] L’Aide fatale a été classée parmi les 100 livres les plus vendus en 2009 aux Etats-Unis par le New York Times. L’ouvrage a été  traduit en douze langues dont le chinois, l’allemand, le français, l’italien et le japonais… etc.

[17] Joseph Nye, Bound to Lead: The Changing Nature of American Power, New York, Basic Books, 1990.

[18] Expert des questions asiatiques, Barthélemy Courmont est professeur à l’institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) de Paris et rédacteur en chef de la revue Monde Chinois.

[19] Barthélémy Courmont, Chine, la grande séduction. Essai sur le soft power chinois, Editions Choiseul, Paris, 1990, P. 69.

[20] Diplômé en relations internationales de l’Université de Pékin et de l’Institut des langues de Pékin, Samuel Okouma Mountou est diplomate de carrière et sinologue. Marié à une Chinoise, il a été nommé conseiller consulaire à l’ambassade du Gabon en Chine 2002.

[21] Extrait de l’avant-propos de La vie des étudiants africains en Chine, La Bruyère Editions, Juillet 2008, 210 pages.

[22] He Wenping, directeur des études africaines à l’Académie chinoise des sciences sociales de Pékin, Propos recueillis à Pékin par Pascal Airault et publiés par Jeune Afrique le 08 juin 2009.

[23] Pierre Fayard, Comprendre et appliquer Sun Tzu, Dunod, 2006.

[24] Interview de Valérie Niquet au mensuel Expansion en avril 2007.

[25] Très critique vis-à-vis de la déferlante chinoise en Afrique,  le Sud-Africain Thabo Mbeki a déclaré lors du XIVe congrès du syndicat des étudiants sud-africains tenu au Cap en décembre 2006, que l’Afrique ne devait pas entretenir avec la Chine une relation coloniale en se contentant d’être un fournisseur en matières premières.

[26] En septembre 2006 et octobre 2008, d’importantes manifestations contre la présence chinoise en Zambie ont eu lieu. Les hommes d’affaires chinois y sont régulièrement accusés de « tuer l’artisanat local » par la pratique du dumping, de payer des salaires dérisoires aux salaries africains et de négliger les normes de sécurité dans les mines. Craignant d’être pris à, partie par les mineurs, le président Hu Jintao a dû renoncer à visiter la mine de Chambeshi début 2007 alors qu’il était en visite officielle dans le pays les 2 et 4 février.

[27] Crée le 27 octobre 1998, le Mouvement des entreprises françaises (MEDEF) est une organisation patronale représentant les dirigeants des entreprises  françaises. Elle représente près de 750 000 entreprises.

[28] Propos retranscrits par Lazare Kolyang in Financements : les investisseurs français menacent, le quotidien Mutations, du 09 juillet 2010.

[29] Crée le 12 juin 1957, le Groupement inter-patronal du Cameroun (GICAM) est une organisation patronale représentative des entreprises  camerounaises. Il compte 207 membres dont 15 associations et syndicats.

[30] Ibid.

[31] La Cotonnière industrielle du Cameroun (CICAM) a été créée par les Français en 1964.

[32] Alors que le nombre de Chinois légaux était officiellement de 10 000 Chinois fin 2006, La Lettre du Continent a recencé « 700 000 visas chinois pour le Cameroun » suite à la visite au Cameroun du Président Hu Jintao.

[33] Lire: How China Plays the Ethnic Card, Paul D. Moore, Los Angeles Times, 24 juin 1999.

[34] Roger Faligot, Les services secrets chinois de Mao aux JO, page 393. Paragraphe 3.

[35] Lire Security Advice for Visitors in China (Les conseil de sécurité pour les visiteurs en Chine). Ce vade-mecum est, depuis 1990, le manuel de protection destiné aux businessmen britanniques qui se rendent en Chine.

[36] Propos recueillis à Pékin par Pascal Airault et publiés par Jeune Afrique le 08 juin 2009.

[37] Op. Cit. Page 178.

[38] Discours prononcé le 04  novembre 2009 lors du Sommet Chine-Afrique tenu à Charm el-Cheikh en Egypte.

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

5 Commentaires

  1. Parfait Siki dit :

    D’accord avec la conclusion. Je préfère de loin une Chine qui offre des financements et des infrastructures contre les terres arables et le sous-sol à Bolloré et Orange qui n’ont même pas de siège construit au Cameroun après au moins une décennie de bénéfice.

  2. laa'kam dit :

    La Chine au Cameroun est de la géostratégie pure.

  3. tato vial pepin . dit :

    la Chine au Cameroun est la marche rapide vers le développement.

  4. Ekoman Christine dit :

    La Chine au Cameroun, oui, mais vigilance et prudence mes frères!!!!! il n’est plus question de choisir qui vient au Cameroun, comment et pourquoi, mais d’avoir une politique étrangère qui profite à la fois au pays entant que territoire (urbanisation) et aux populations (redistribution de la richesse créée!!!). Intérressons nous davantage aux conventions et contrats que nous signons, assurons que nous ne « bradons » pas notre pays, c’est de là que viendra notre » bonheur »!!!! tout le monde sait que les relations internationales reponent sur la géopolitique, la géoéconomie, géostratégie, l’intelligence économique et tout le reste!!! Au lieu de philosopher, adaptons d’abord les enseignements des camerounais aux réalités de ce nouveau monde et assurons nous que nousavons des dirigeants qui comprennent vraimen la nouvelle donne!!!

  5. […] Dans cette étude, Gweth expert en intelligence économique et stratégique, révèle les stratégies, tactiques et opérations de conquête de la Chine en Afrique.  […]

Laisser un commentaire