Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Le Renseignement criminel au profit de l’économie africaine Africa Diligence crée FCV, le Fichier des Clients Voyous Et ces diplômés africains qui se cassent la gueule en rentrant

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

L’or sera la star des matières premières en 2013 selon PwC

[Africa Diligence] Selon le « Gold Price Report » de PwC publié le 20/12/12, l’or sera la matière première la plus populaire en 2013. Plus de 80 % des cadres supérieurs du secteur aurifère s’attendent à une augmentation du prix de l’or. Selon une analyse réalisée auprès des 46 sociétés aurifères les plus importantes cotées à la Bourse de Toronto, plus de 20 d’entre elles ont des réserves en trésorerie supérieures à 500 millions de dollars…

« Les sociétés minières aurifères tiennent absolument à prouver aux investisseurs qu’elles représentent un bon placement, non seulement pour une période intérimaire, mais aussi à long terme, explique Nochane Rousseau, leader du secteur minier de PwC pour le Québec. Pour recevoir l’approbation des investisseurs, il faudra établir des stratégies de gestion des coûts, augmenter les dividendes et investir de manière responsable dans la croissance de la production; tout cela en raison du prix élevé de l’or. »

M. Rousseau ajoute : « Les cadres supérieurs du secteur aurifère changent d’orientation et se concentrent sur les résultats : le taux de rendement par once produite. » Selon le rapport, le prix de l’or à long terme utilisé par les chercheurs d’or a augmenté de 6% par rapport à l’an dernier et de 29 % par rapport à l’année 2010, pour arriver à 1 400 dollars par once.

Grandes sociétés par rapport aux petites sociétés ou aux sociétés intermédiaires

En ce qui concerne les frais de la mise en valeur et les frais d’exploration, 100 % des grandes sociétés aurifères ont utilisé des liquidités pour ces activités et elles projettent de faire de même dans l’année à venir. Du côté des sociétés intermédiaires, 89 % d’entre elles utiliseront leurs liquidités pour le développement de projets et 83 % des entreprises aurifères utiliseront leurs liquidités pour financer leurs activités d’exploration en 2013.

« Les plus grandes sociétés minières semblent être encore plus vigilantes avec leurs dépenses mais elles n’ont pas oublié leur budget d’exploration. L’année prochaine, il faudra s’attendre à ce que les grandes sociétés minières, les sociétés intermédiaires ainsi que les petites sociétés bien financées augmentent leur budget liés à l’exploration» dit M. Rousseau.

« Alors que les grands producteurs d’or utiliseront leurs fonds pour financer l’augmentation récente des dividendes, elles investiront prudemment dans des projets qui produiront des taux de rendement supérieurs, » ajoute M. Rousseau.

Certaines grandes sociétés aurifères pourraient également engager leurs fonds dans des activités stratégiques de fusions et d’acquisitions. Parmi les grandes sociétés aurifères, 20 % projettent d’utiliser leurs fonds dans des activités liées aux acquisitions en 2013, alors que 33 % des petites et moyennes entreprises prévoient d’investir dans des acquisitions; c’est deux fois plus que le nombre de sociétés ayant investi dans des activités de fusions et d’acquisitions (14 %) en 2012.

« Le marché boursier pour les petites sociétés aurifères semble être enfin parvenu au stade où il y a plus de hausse potentielle que de baisse. Les petites sociétés aurifères devraient donc anticiper une augmentation des fusions et acquisitions, » suggère M. Rousseau.

La ruée vers l’or de la Chine

Alors que le Canada figure en tête de liste avec les activités de fusions et d’acquisitions dans le secteur aurifère les plus actifs en 2012, soit 243 transactions d’une valeur de 4,8 milliards de dollars, la Chine demeure à l’affût pour acquérir des mines d’or. En 2011, quatre des plus importantes transactions dans le secteur aurifère ont été effectuées par des acheteurs chinois. Cette année, la Chine a effectué encore quatre des dix importantes transactions annoncées dans le secteur aurifère.

« Les sociétés d’État chinoises continuent de s’intéresser à l’expansion de leurs actifs miniers aurifères en dehors de la Chine pour assurer un accès continu à l’or à l’avenir, » affirme M. Rousseau.

Depuis quelques années, la Chine a investi considérablement dans le secteur minier africain. « Il y a plusieurs exemples de sociétés chinoises et indiennes qui réalisent des investissements avec participation majoritaire  dans des projets d’exploitation de l’or, du charbon et d’autres matières premières en Afrique. Les investisseurs chinois possèdent un appui financier solide qui facilite le développement des mines qui demandent un investissement en capital important, » conclut M. Rousseau.

Acheteurs d’or les plus actifs de 2012

Pays

Volume Valeur (million $ US)
Canada 243 4 797 $
Chine 28 2 348 $
Australie 97 1 682 $

Cibles aurifères les plus actives de 2012

Pays

Volume Valeur (million $ US)
Canada 185 4 922 $
Australie 84 3 202 $
Chine 26 1 874 $

Pour de plus amples renseignements ou pour lire la version intégrale du rapport 2013 Gold Price Report, veuillez visiter la page suivante : http://www.pwc.com/ca/goldsurvey.

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire