Due diligence en Afrique : Knowdys renforce la validation de partenaires Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Knowdys lance son Pack Pro PME-PMI en Afrique de l’Ouest et du Centre KCG : une business unit pour la conquête de financements internationaux

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Nigéria : première puissance économique africaine

Nigéria : première puissance économique africaine

(Africa Diligence) Le Nigéria, pays le plus peuplé d’Afrique, (+ de 170 millions d’habitants) et premier producteur de pétrole africain (2,9 % de la production mondiale), est devenu officiellement, ce dimanche 6 avril 2014, la première économie du continent grâce à un changement de calcul statistique, passant devant l’Afrique du Sud. Cette première place était déjà annoncée depuis 2012, par les experts en intelligence économique d’Africa Diligence.

Le PIB (produit intérieur brut) du Nigeria en 2013 s’élève désormais à 510 milliards de dollars, a annoncé le chef du Bureau national des statistiques, Yemi Kale. En 2012, le PIB du pays était de 453,9 milliards de dollars, selon cette même méthode, alors qu’il était de 384 milliards de dollars pour l’Afrique du Sud la même année.

« Le Nigéria est devenu la plus grande économie en Afrique en terme de PIB et devient la 26e plus grande économie dans le monde », a souligné la ministre des Finances Ngozi Okonjo-Iweala. « Sur la base du revenu par tête, le Nigeria arrive en 121e position dans le classement mondial », a-t-elle ajouté.

Des statisticiens des Nations unies recommandent aux pays de modifier tous les cinq ans, le mode de calcul de leur produit intérieur brut pour prendre en compte les évolutions dans la production et la consommation, mais le Nigeria n’avait pas modifié sa méthode de calcul depuis 1990. Selon les Nations Unies, le changement de base (année de référence) est entendu comme le « processus de remplacement de la structure actuelle des prix (année de base) pour calculer la valeur de la richesse nationale PIB par une nouvelle année ou une année plus récente. »

Les nouveaux chiffres, qui prennent en compte l’apparition et le développement rapide de nouveaux secteurs et de nouvelles industries, notamment les télécommunications et l’industrie locale du cinéma, Nollywood, donnent aux investisseurs étrangers une vision plus réaliste de l’économie du pays.

Mais, selon les experts, ces chiffres ne doivent pas être interprétés comme un signe de développement, l’Afrique du Sud étant largement devant le Nigeria en termes de PIB par habitant, d’infrastructures et de gouvernance.

Si une petite partie de la population est extrêmement riche, la grande majorité des quelques 170 millions de Nigérians vit avec moins de deux dollars par jour, dans un pays qui manque cruellement d’infrastructures, où tous n’ont pas accès à l’eau potable, où les coupures d’électricité sont quotidiennes et la corruption endémique. Pour Dawie Rodt, de l’Efficient Group, basé en Afrique du Sud, « en termes d’infrastructures et de systèmes de gestion l’Afrique du Sud reste un géant, loin devant le Nigeria ».

Selon Mme Okonjo-Iweala, le PIB par tête au Nigeria est désormais de 2.688 dollars pour 1.555 dollars en 2012. Mais celui de l’Afrique du sud est beaucoup plus élevé à 7.508 dollars. Le changement de méthode de calcul « est plus cosmétique qu’autre chose. Mais nous pensons que cela va augmenter les opportunités d’investissement au Nigeria », a estimé de son côté Chuba Ezekwesili, un économiste du centre de recherche Nigeria Economic Summit.

Nollywood et téléphonie mobile

Le Nigeria, principal producteur et exportateur de pétrole africain, a enregistré de forts taux de croissance ces dernières années, devenant de plus en plus attractif pour les investissements des entreprises étrangères, malgré la corruption rampante, les problèmes de vol de pétrole à grande échelle et l’insurrection islamiste qui sévit dans le Nord.

Le taux de croissance annuel a atteint en moyenne 6,8% entre 2005 et 2013 et les prévisions de croissance pour cette année sont de 7,4%, selon les chiffres du Fonds monétaire international (FMI).

En comparaison, l’Afrique du Sud a connu un taux de croissance légèrement supérieur à 5% entre 2005 et 2008-9, et peine depuis à dépasser les 3,5%.

Les télécoms et l’industrie du cinéma comptent parmi les secteurs qui ont le plus évolué au Nigeria depuis 1990.

À cette époque, le Nigeria comptait peu de lignes de téléphone fixe alors qu’aujourd’hui, il s’agit du plus important marché de téléphonie mobile d’Afrique, avec environ 167 millions de lignes en service selon la commission nigériane des communications.

La très prolifique industrie du film de Nollywood génère quant à elle jusqu’à 590 millions de dollars de chiffre d’affaires annuel, selon Robert Orya, à la tête de la banque nigériane de l’import-export.

Effet psychologique 

Certains experts, comme ceux d’Africa Diligence ou ceux de l’Investec Asset Management, attendent de cette révision un « effet psychologique » sur la perception du continent africain par les étrangers. Mais pour Bismarck Rewane, directeur de la firme Financial Derivatives Company basée à Lagos, la révision du PIB ne peut être significative « que si elle a un impact positif sur le niveau de vie des gens ».

Si le niveau de développement reste inchangé, les nouveaux chiffres vont probablement accroître l’attractivité du Nigéria pour les investisseurs.

(Avec AFP et Libération)

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire