Formation Intelligence Economique et Due Diligence L’aversion au risque ou l’étrange darwinisme des marchés africains Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Africa Diligence crée FCV, le Fichier des Clients Voyous

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Les BRICS marchent, mais ils ne courent plus !

Albert Edwards, stratégiste reconnu chez SG Cross Asset Research fait le buzz depuis fin novembre 2011. Son fait de gloire : avoir détourné l’acronyme Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine, devenu « Brics » avec un « S » pour « South Africa ») en un provocant « Bloody Ridiculous Investment Concept » tant les performances des cinq économies émergentes sont en baisse.

Pour le Brésil, le réveil est brutal. Au troisième trimestre 2011, la première économie d’Amérique latine a connu une croissance nulle, a indiqué le 6 décembre l’Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE). Le gouvernement table sur une progression du PIB de 3,5 % en 2011 – loin des 7,5 % enregistrés en 2010 – et mise pour cela sur son « Programme d’accélération de la croissance », qui doit contribuer à réduire les coûts de production en relançant l’investissement public pour améliorer les infrastructures.

Avec une croissance de 4 % en 2012, la Russie ne fera guère mieux. Une tendance partagée par l’Afrique du Sud, avec 4,4 % l’an prochain. Plus intégrée à l’économie mondiale que les autres pays du continent, et donc plus sensible aux soubresauts conjoncturels, la première économie africaine se situera sous la moyenne continentale, de 6 % en 2012.

Inflation

En Inde, le taux record de 10,4 % en 2010 laissera la place à une hausse du PIB de 7,2 % en 2012, la plus faible progression depuis 2004, pour rebondir à 8,2 % en 2013. Mais une inflation (10 % en 2011, contre 16 % en 2010) et un chômage endémiques demeureront les points noirs de cette économie. Les Indiens se montrent très prudents et affichent un taux d’épargne élevé, proche des 35 % du PIB. Et avec des marchés financiers fortement réglementés, le poids des investisseurs étrangers reste modeste au regard des besoins de financement du pays. D’une manière générale, l’économie indienne demeure très fermée, comme le démontre la tentative avortée du gouvernement, le 7 décembre, d’ouvrir le secteur de la distribution aux multinationales.

Faiblesses passagères ou réelles des Brics ? Ce qui est sûr, c’est qu’ils représentent maintenant 40 % de l’économie mondiale.

Source : Jeuneafrique.com – Titre original « L’économie des Brics s’effrite », par Jean-Michel Meyer

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire