L’élection de Barack Obama en novembre 2008 à la tête des Etats-Unis a été accompagnée de scènes de liesse partout en Afrique. Après 28 mois de présidence, le compteur africain du 44ème président des Etats-Unis marque: 1. une visite au Ghana, 2. une guerre en Libye, 3. un sommet des jeunes leaders africains à Washington, et de nombreuses actions militaires, économiques et diplomatiques en sous-marin. La visite de Michelle Obama du 20 au 26 juin  2011 en Afrique australe est loin d’être anodine. Du soft power.

Officiellement, la Première dame des Etats-Unis arrivée le 20 juin 2011 en Afrique du Sud, première étape d’un voyage de six jours qui la conduira ensuite au Botswana, est destinée à « encourager l’enracinement de la démocratie sur le continent. »

Michelle Obama parlera notamment de  « la jeunesse, de l’éducation, de la santé et du bien-être.» Elle est accompagnée, dans cette visite, de ses filles Malia et Sasha, de sa mère Marian Robinson, et de deux neveux Leslie et Avery Robinson.

Quatre points sont à relever qui montrent tout l’intérêt de cette visite, points sur lesquels nous reviendrons ultérieurement :

  1. Le choix de Michelle avec mère, enfants et neveux (mais sans Barack) ;
  2. Le choix de l’Afrique du Sud et du Botswana (deux pays anglophones) ;
  3. Le choix des thèmes et surtout le fond du discours (axé sur la démocratie) ;
  4. Le choix du moment de cette visite (alors que la guerre s’éternise en Libye).

Tablant sur le charme de la First Lady américaine, la Maison Blanche a clairement fait remarquer que cette visite est « directement liée » à la politique étrangère de l’administration Obama en Afrique.

La rédaction

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici