A quel point la distribution automatique va bouleverser l’Afrique Le marché des ambulances en Afrique centrale et de l’Ouest Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Le jour où chaque Africain aura ses lunettes de soleil

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

« Secret Défense »: 1 vecteur, 2 messages, 3 cibles

Au XXIè siècle, profitant de la dictature de l’image, le cinéma se rapprochera du siège occupé par la télévision dans l’influence des perceptions populaires. « Secret-défense » doit être inscrit dans cette stratégie de conquête des têtes et des cœurs pour être regardé et déchiffré par les analystes .

Film du réalisateur Philippe Haïm, « Secret Défense » est une production d’1h40 parue dans les salles hexagonales le 1o décembre 2008 avec -entre autres acteurs- Gérard Lanvin, Vahina Giocante, Nicolas Duvauchelle et Rachida Brakni. Le film, très captivant par certains aspects, nous plonge dans le monde obscur des services extérieurs français en proie à la menace terroriste. Le public peut ainsi vivre intensément les dangers qui guettent la France, l’esprit de sacrifice, de rigueur et de solitude d’agents prêts à risquer leur vie pour la patrie. En contrepartie, il y a au titre de résultats attendus, les sentiments que déclenche cette vision chez les spectateurs (neutres,  alliés ou ennemis de la France).

Certains résultats (à l’instar de l’Opération Mockingbird) des recherches faites par les services secrets américains dans les années 50 à 70 sur le contrôle mental dans le cadre du Mk ultra, sous l’impulsion d’Allen Dulles (directeur de la CIA à l’époque des faits), ont très vite convaincu les renseignements anglo-saxons, et plus tard la mafia italo-américaine, que le cinéma était (avec la télévision) le canal idéal pour influencer la sphère des idées sous couvert de divertissement. Cela est encore plus vrai aujourd’hui où le stress quotidien, les soupçons qui pèsent sur les grands médias, la quête du sens de la vie et la solitude profonde qui en découle poussent des millions de personnes dans l’évasion spirituelle et culturelle.

La participation d’Eric Denécé, ex-officier des services français et directeur de CF2R comme consultant dans le tournage de Philippe Haïm ne permet certes pas de mesurer le degré d’implication des stratèges gouvernementaux dans la production de « Secret Défense ». Mais pour en cerner les objectifs, je me suis permis d’insérer ce film dans l’agenda 2008 des grands changements en cours dans les services de renseignement français : publication du Livre blanc de la défense, création d’une direction centrale du renseignement intérieur, nomination d’un coordonnateur national du renseignement directement rattaché à la présidence de la république, exceptionnelle communication de recrutement au sein de la DGSE… etc.

La France qui, quoi qu’on en dise, a l’un des meilleurs services au monde, a toujours eu du mal à l’assumer. « Secret Défense » apparait ainsi comme un choix de soft power à l’américaine visant à la fois à dissuader l’ennemi, à sensibiliser l’opinion publique et à « susciter » des vocations aux métiers du renseignement. Ce film est à voir. Même s’il souffre d’une carence en  intelligence émotionnelle et qu’il appuie un peu trop sur la commande « occulte ». Devant le « Vous êtes à la DGSE, les services secrets français… » de Gérard Lanvin, le colonel JF Bianchi, mon grand-maître en stratégies d’influence, aurait certainement sourit. Car  des milliers d’automobilistes de Virginie aux Etats-Unis croisent chaque jour, sur l’autoroute, un panneau de signalisation indiquant la direction de la Central Intelligence Agency à Langley…

L’influence, c’est aussi l’art du paradoxe.

Guy Gweth

 

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

2 Commentaires

  1. HERUKA dit :

    Concernant l’espionnage, serait-il dans vos possibilités de nous un petit historique des services de renseignements dans l’Afrique Noire précoloniale ? je me rappelle dans le roman que Thomas MOFOLO a consacré au grand conquérant CHAKA  » Chaka une épopée bantoue », de deux personnages redoutables, Malounga et Ndele, qui étaient des espions de Chaka, avec des missions bien définies, en rapport avec leur aspect physique !

  2. gweth dit :

    C’est une question très intéressante. La grande difficulté dans ce type de recherche est de trouver et authentifier des documents scientifiquement exploitables. De plus, notre incapacité actuelle à valider les témoignages non écrits freine tout désir sérieux de ressusciter et fructifier la maestria des “veilleurs” qui accompagnèrent jadis les grands combattants africains comme Chaka.
    Thomas Mefolo a effectivement amorcé un travail remarquable sur les stratèges Zulu d’Afrique du sud qui mérite d’être poursuivi. Soyez rassuré de notre volonté de contribuer à satisfaire votre curiosité en toute rigueur, et merci de vos remarques éclairées!

Laisser un commentaire