Lors de son discours d’ouverture de la 4e conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad), à Yokohama, le Premier ministre japonais a promis de doubler l’aide de son pays au continent africain. Les dirigeants de 52 pays africains sont présents à cette conférence qui s’ouvre dans un contexte de rivalité entre la Chine et le Japon en Afrique.

«La deuxième puissance économique du monde ne peut pas observer les bras croisés la politique chinoise en Afrique.» C’est en ces termes qu’un haut responsable des Nations unies résume l’enjeu de cette conférence. Les Japonais ont un double objectif: d’abord stratégique, l’économie japonaise ne peut pas se désintéresser des matières premières africaines ; ensuite diplomatique, les Japonais savent que le soutien de l’Afrique est primordial s’ils veulent un jour occuper un siège permanent au Conseil de sécurité. Ils souhaitent d’ailleurs inscrire la question de la réforme des Nations unies à l’ordre du jour de cette conférence.

Pour démontrer que le continent africain est désormais une priorité, le Premier ministre japonais a officiellement annoncé, ce mercredi, le doublement de l’aide publique au développement destinée à l’Afrique, elle devrait passer de 580 millions d’euros par an aujourd’hui, à 1,16 milliard d’euros en 2012.

Cela dit les Japonais avancent prudemment, cette prudence se manifeste par la volonté de privilégier le multilatéral au détriment du bilatéral. L’aide japonaise passe essentiellement par le canal des Nations unies et de la Banque mondiale qui participent d’ailleurs à l’organisation de cette conférence, une approche totalement différente des Chinois qui, eux, traitent directement avec les Etats. (é) JK Fall, Rfi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici