Le Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique inaugure ses formations en ligne à Maurice

[Africa Diligence] C’est au profit des groupes mauriciens Axys et Trimetys que le Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) a entamé ses formations en ligne le 19 mars 2020 à Port Louis. Développés, testés et validés par des professionnels expérimentés, les cinq e-programmes intensifs et certifiants permettent d’accompagner la stratégie africaine des entreprises en toute sécurité, vigilance et compétitivité. 

Le premier est e-VIMA pour Veille et Intelligence des Marchés Africains. Il donne les clés pour surveiller son secteur d’activité en Afrique 24h/7 : de la législation à la concurrence en passant par les nouveaux entrants, les prix, les fusions, acquisitions ou faillites éventuelles. La valeur ajoutée du CAVIE ici réside dans l’alliage entre veille électronique et renseignement humain.

Le second est e-IDPA pour Influence de la Décision Publique en Afrique. Il outille et aiguise la capacité des entreprises à ne pas subir les normes qui régissent les marchés, mais à les coproduire. Car la guerre économique en cours à l’international est avant tout normative.

Le troisième est e-IEDDA pour Intelligence Economique et Due Diligence en Afrique. Il permet aux entreprises de se prémunir de tout risque de tromperie et/ou de réputation sur des marchés où l’implication des agents publics et personnalités politiquement exposées dans les affaires, la corruption, le blanchiment de capitaux, les légendes et autres doubles comptabilités font face à une législation internationale rendue plus impitoyable par l’extraterritorialité.

Le quatrième, e-MOAC, pour Méthodes et Outils Avancés de Compliance, offre les moyens aux entreprises de se tenir en permanence au courant des normes et bonnes pratiques applicables à leurs activités. Le CAVIE les aide à en faire, non des points de tension générateurs de stress, mais des leviers de compétitivité en territoire complexe ou hostile.

Le cinquième, e-OTIFA, pour Outils et Techniques d’Investigations Financières en Afrique, évite aux entreprises de tomber dans les pièges tendus par le crime organisé, la cybercriminalité, le financement du terrorisme, le détournement de deniers publics, l’économie informelle ou le blanchiment des capitaux. Ici également, les marchés africains sont singuliers.

Premiers bénéficiaires des formations en ligne du CAVIE : les groupes mauriciens Axys et TRIMETYS. Le premier est un groupe de services financiers basé à Maurice, avec plus de 25 ans d’expérience. Il a débuté ses activités en tant que société de gestion d’actifs en 1992 et, au fil des ans, a diversifié son offre de services. A travers ses filiales, il est aujourd’hui présent en Suisse, aux Emirats Arabes Unis, au Kenya, en Afrique du Sud, à Hong Kong et au Brésil. Il offre une large gamme de solutions financières telles que; Asset & Wealth Management, Corporate Services, Brokerage, Corporate Finance, Asset Asseting and Deposit Deposit. Le second (Trimetys) est un conglomérat familial qui possède un foncier urbanisable à plusieurs endroits de l’île Maurice. Sur ce socle, il a bâti tous ses projets depuis bientôt 20 ans. Ces projets portent sur l’agro-alimentaire, l’éducation, l’immobilier, le tourisme et les loisirs.

Fondé en Août 2015 à Yaoundé au Cameroun, aux fins de contribuer à la compétitivité des Etats et des entreprises actives en Afrique, le Centre est dorénavant exposé à 38 pays. Parmi ses références, se trouvent : la présidence de la République de Côte d’Ivoire et celle du Togo, le Ministère des affaires étrangères du Bénin et celui de la Tunisie, l’Assemblée Nationale du Cameroun et celle du Congo, le Contrôle Supérieur de l’État du Cameroun, Barry Callebaut, ENEO, la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun, la Société Nationale des Pétroles du Congo, la SCTM, le Port Autonome de Douala, Chanas Assurance, le Crédit Foncier du Cameroun, Afriland First Bank, Mauritius Commercial bank et désormais Axys, Trimetys.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.