En Tanzanie, la lutte contre le Covid-19 est d’abord une bataille de chiffres

[Africa Diligence] Les médias mainstream ne le diront pas. Eux dont les présentateurs TV se sont mués en comptables macabres. Mais en Afrique, la question des statistiques est sensible. Au point qu’en Tanzanie, la guerre contre le Covid-19 est d’abord une bataille de chiffres entre pouvoir et opposition.

Le président tanzanien, John Magufuli, a publiquement mis en doute, dimanche 3 mai, les données officielles du coronavirus dans son pays, appelant à enquêter sur des irrégularités présumées au laboratoire national. La Tanzanie, qui a annoncé son premier cas le 16 mars, en compte désormais officiellement 480 dont seize morts, selon le dernier bilan publié mercredi, mais l’opposition accuse les autorités de dissimulation et de ne pas prendre l’épidémie au sérieux.

Contrairement à la plupart des pays africains, qui, malgré un nombre de cas nettement inférieur à la plupart des autres régions du monde, ont décrété des mesures de confinement et des couvre-feux, la Tanzanie n’a fermé que ses établissements scolaires. Le reste continue de fonctionner normalement.

  1. Magufuli a fait état de faux cas positifs, y compris sur une papaye, une caille et une chèvre qu’il a dit avoir fait tester secrètement, incriminant la fiabilité du matériel ou du personnel du laboratoire et évoquant de possibles « sabotages ». « Il est possible qu’il y ait des erreurs techniques ou que les réactifs importés aient des problèmes. Il est également probable que les techniciens soient payés pour induire en erreur », a-t-il déclaré dans un discours en swahili retransmis par la télévision publique TBC.

Le chef de l’Etat s’exprimait lors de la prestation de serment du nouveau ministre des affaires constitutionnelles et juridiques, Mwigulu Nchemba, qu’il a enjoint de se saisir de ce dossier. Le nouveau ministre succède à Augustine Mahiga, 74 ans, le troisième député tanzanien décédé en l’espace de onze jours sans explication officielle sur les causes de sa mort. En avril, le Parlement avait annoncé qu’un de ses députés avait été testé positif au coronavirus, sans en donner le nom, et l’opposition a annoncé vendredi qu’elle demandait à ses élus de ne plus y siéger.

Si le président tanzanien a appelé ses concitoyens à éviter les « rassemblements non nécessaires », il les a aussi encouragés à continuer de faire marcher l’économie et à se rendre à la mosquée ou à l’église. Surnommé « Tingatinga » (bulldozer, en swahili), il s’est illustré depuis sa prise de fonctions, en 2015, en se montrant inflexible dans la lutte contre la corruption, mais il est aussi critiqué pour son autoritarisme.

La Rédaction (avec le Monde et l’AFP)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.