La chirurgie esthétique à bas coût en Afrique et dans l’Océan indien

La chirurgie esthétique à bas coût en Afrique et dans l’Océan indien

[Africa Diligence]  De la liste et des prix des interventions les plus demandées à la cartographie des acteurs, en passant par les tableaux des ventes de consommables et de matériels à visée esthétique, cette étude passe le marché au scanner. Elle analyse l’impact du Covid-19 sur le secteur et dessine les itinéraires jusqu’en 2025.

Avant le Covid-19, l’Afrique du Sud, Maurice, le Maroc et la Tunisie constituaient le carré de niche à bas coût sur le marché africain de la chirurgie esthétique. Dans les quatre pays, la pandémie a mis un arrêt à l’activité pendant au moins 60 jours avec des conséquences variées en fonction de la robustesse des cliniques spécialisées, des résolutions des consommateurs au sortir du déconfinement et des plans de relance adoptés par les autorités en matière de santé et de tourisme médical.

Pour aider les entrepreneurs et les investisseurs intéressés par le marché de la chirurgie esthétique low cost en Afrique et dans l’Océan indien, les consultants en intelligence économique et due diligence de Knowdys – réunis au sein d’Africa Diligence – permettent d’accéder aux réseaux et profils des principaux acteurs exerçant dans les quatre pays étudiés : Afrique du Sud, Maurice, Maroc et Tunisie.

Leurs travaux sont complétés par des informations précises sur les caractéristiques des groupes pharmaceutiques, des fabricants de produits injectables, des producteurs d’équipements à base d’énergie et des spécialistes des implants mammaires présents dans ces pays. Les stratégies à court et moyen termes des majors sont aussi présentées. Dans les notes et rapports générés à la demande, les lecteurs trouveront les dernières normes applicables dans chaque pays étudié, ainsi que les décryptages effectués par les experts grâce aux interviews des spécialistes du domaine tant aux niveaux local qu’international, à la suite du Covid-19.

En plus de l’introduction analytique et de la conclusion, cette étude comprend :

1. Etude macroéconomique

  • Situation politique et économique
  • Description du secteur d’activité
  • Fonctionnement du marché
  • Evolution du marché 

2. Etude de la réglementation

  • Normes internationales applicables
  • Normes locales applicables
  • Règlementation spécifique ?
  • Bonnes pratiques professionnelles

3. Etude de l’offre

  • Niveau de maturité du marché
  • Profils des acteurs présents sur le marché
  • Stratégies déroulées par les leaders du marché
  • Chiffre d’affaire global du marché et prévisions à 2025

4. Etude de la demande

  • Identification de la clientèle : évaluation quantitative et qualitative des segments
  • Identification et description de la cible : vie, consommation, budget moyen, etc. 
  • Contraintes et opportunités du marché

5. Etude des technologies

  • Identification des logiciels, matériels et machines utilisés 
  • Évolutions en cours au niveau local et international
  • Innovations prévues à court et moyen termes
  • Vitesse d’intégration des évolutions technologiques

6. Etude microéconomique

  • Etude terrain de la clientèle
  •  Etude terrain de la concurrence
  • Liste et contacts de prescripteurs
  • Liste et contacts de fournisseurs
  • Verbatim de quelques acteurs clés

7. Options

  • Dispositif intégré de veille sectorielle
  • Film de la réalisation de l’étude de marché
  • Liste des acteurs du secteur inscrits sur listes noires

Knowdys Database

Alimenté, jour après jour, grâce à des données et à des informations provenant des recherches primaires et secondaires, des bases de données commerciales et des décryptages effectués en interne par des experts en business intelligence, Knowdys Database est la mémoire des acheteurs, vendeurs et régulateurs sur les différents terrains étudiés. Pour booster la compétitivité des acteurs économiques locaux et internationaux sur les marchés africains, KCG (Knowdys Consulting Group) surveille, analyse et produit des notes et rapports à haute valeur ajoutée dans 12 secteurs clés : agroalimentaire, assurances, aéronautique, automobile, énergies, banques, BTP, défense, éducation, industrie pharmaceutique, matières premières et Télécoms. L’actualisation des études-pays, suite au Covid-19, constitue un gain de temps et d’informations sans égal au profit des opérateurs économiques actifs en Afrique.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.