A quel point le thermomètre sur Smartphone va modifier le marché du mobile en Afrique

A quel point le thermomètre sur Smartphone va modifier le marché du mobile en Afrique

[Africa Diligence] Le débat est ouvert dans la communauté des experts en intelligence économique africains : avec le Covid-19, la prise de température va-t-elle devenir une nouvelle fonctionnalité des smartphones au même titre que la photo, la navigation Web, le réveil ou le GPS? Si oui, quel sera l’impact en Afrique ?

Le dernier modèle annoncé le 5 juin 2020 en Chine par le fabricant Honor a la particularité d’être équipé d’un thermomètre. Vendu environ 400 euros, le Honor Play 4 embarque un capteur thermique infrarouge qui lui permet de mesurer la température frontale afin d’indiquer la présence de fièvre.

Selon Honor, il fonctionne entre des plages allant de -20 à 100 degrés Celsius avec une précision de l’ordre du dixième de degré. Une vidéo partagée par le compte Weibo officiel de la société montre le téléphone affichant des relevés de température après avoir été placé devant le visage et les poignets des utilisateurs.

Réservé au marché chinois, l’appareil ne devrait pas tarder à être commercialisé sur le marché africain, gros consommateur du « made in China ». Il pourrait ouvrir la voie à d’autres modèles à l’heure où les ventes de thermomètres sont au plus haut au sortir de la crise sanitaire du Covid-19 dont l’un des signes les plus caractéristiques est la présence de fièvre, également symptôme de nombreuses infections en Afrique.

Pour l’heure, très peu de smartphones proposent un capteur de température. On en trouve la trace dans les téléphones mobiles robustes pour bricoleurs de Caterpillar qui utilisent des capteurs d’imagerie thermique pour des usages professionnels sur des chantiers de construction. Les mobiles pour baroudeurs de la marque française Crosscall, par exemple, proposent également des capteurs de température ambiante pour un usage météo d’assistance aux sportifs dans leurs treks.

L’intégration d’un capteur thermique n’est pas une mince affaire pour un fabricant de smartphones. Comme les composants du téléphone sont soumis à d’importantes variations de température, que plusieurs thermomètres sont déjà chargés de vérifier, un capteur thermique ambiant doit déjà bénéficier de son propre système de refroidissement pour fonctionner. “Le coût n’est pas anodin et il occupe une place raisonnable à l’intérieur de l’appareil”, explique un analyste de Crosscall.

Un capteur thermique infrarouge va avoir besoin d’une ouverture optique sur l’extérieur afin de pouvoir mesurer la chaleur émise par un corps en captant l’intensité de la lumière reçue par le rayonnement des ondes infrarouges. La précision de la mesure va dépendre de la qualité du capteur et de son intégration logicielle. Les spécialistes évoquent des tarifs de plusieurs centaines d’euros pour des caméras à vision infrarouge HD, ce qui semble un peu trop ambitieux pour un smartphone vendu autour de 400 euros.

Peu d’informations ont filtré sur le composant utilisé par Honor, si ce n’est qu’il fonctionne avec deux lentilles dans le module de la caméra principale à l’arrière du téléphone. Africa Diligence étudiera son impact sur le marché du mobile en Afrique.

La Rédaction (avec Benjamin Hue)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.