La RDC fait son entrée sur le marché de l’Hydroxychloroquine en Afrique subsaharienne

La RDC fait son entrée sur le marché de l’Hydroxychloroquine en Afrique subsaharienne

[Africa Diligence] Au tour de la République démocratique du Congo (RDC) de mettre sur le marché local l’antipaludique Hydroxychloroquine 200mg pour le traitement du nouveau coronavirus. Un marché jugé à fort potentiel par les analystes en intelligence économique et business intelligence de Knowdys Consulting Group.

Un laboratoire a été mis en place au Sud-Kivu dans l’Est de la RDC pour produire localement les besoins nationaux en ce médicament. Ce produit ‪« est une molécule synthétique, que pharmakina a importée dans des conditions extrêmement contraignantes », a déclaré Martial Kanyonyo, responsable pharmaceutique de Pharmakina, la société productrice et importatrice de ce médicament.

Le responsable n’a pas dévoilé le lieu de provenance du produit, très prisé sur le marché depuis l’apparition de la pandémie et jugé à fort potentiel par les analystes en intelligence économique et business intelligence de Knowdys Consulting Group.

Ce produit a été mis sur le marché le 08 juin 2020, au même moment que la quinine injectable, un antipaludéen dont le prix est à la portée des petites bourses.

La prochain lot de l’hydroxychloroquine sera produit localement, à Bukavu, capitale de la province du Sud – Kivu, a ajouté la même source.

Le nouveau laboratoire chargé de la production de ces deux produits a été inauguré le 06 Juin 2020 à Bukavu où cette firme dispose des plantations nécessaires.

Lors de la présentation officielle du produit, le gouverneur du Sud-Kivu, Théo Ngwabidje, a plaidé pour la production« régulière » de l’hydroxychloroquine pour « riposter rapidement et avec efficacité » face à flambée des cas en RDC.

En mars dernier, le président congolais Félix Tshisekedi avait estimé qu’il était « urgent » de produire de la chloroquine « en quantité industrielle » face à la Covid-19.

Le virus a déjà fait 86 victimes parmi les 4.106 malades. Seules 537 personnes ont été guéries, selon le dernier bilan officiel, rendu public lundi.

Bien qu’aucune preuve ne montre l’efficacité de l’hydroxychloroquine contre le coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui avait suspendu temporairement son essai clinique, a décidé de reprendre les essais cliniques après la publication, dans « The Lancet », d’une étude controversée à ce sujet.

La Rédaction (avec AA)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.