Les courbes naissantes du marché des masques en Afrique : cas du Congo-Brazzaville

Les courbes naissantes du marché des masques en Afrique : cas du Congo-Brazzaville

[Africa Diligence] Si vous voulez savoir pourquoi les experts en intelligence et business intelligence de Knowdys ne se sont pas pressés de produire des études de marché sur les masques en Afrique, ce reportage au Congo vous répondra. Contre le nouveau Coronavirus, le port du masque est rendu obligatoire dans le pays.

Les masques portés par les uns et les autres sont cousus par les artisans locaux qui, pour la plupart, ne gagnent pas grand-chose. Ce nouveau business ne les aide en tout cas pas à faire face à leurs charges, comme leur loyer. Les prix de vente sont à la portée de toutes les bourses, jusqu’à moins de 50 centimes d’euros.

« Lorsque je me penche sur le masque, ça devient une réponse sociale. Mais, j’avais besoin d’apporter ma technicité pour avoir un niveau de qualité élevée pour le masque » : ainsi parle le créateur de mode de renommée internationale, le Congolais Hyppolyte Diayoka. Il fait partie des artisans retenus par le gouvernement pour la confection de 1,5 million de masques destinés aux couches défavorisées.

Dans cette opération, gagner des millions n’était pas vraiment son ambition. « Non ! On ne peut pas comparer les deux sections : la haute couture et la confection des masques. La haute couture reste la haute couture. Le masque reste social. Ce n’est pas une opération commerciale à mon avis », affirme-t-il.

L’artisan Hyppolyte a travaillé avec l’Agence nationale de l’artisanat et l’agence nationale de la normalisation de la qualité pour la qualité du masque. Quant aux outils de travail, il les a trouvés sur place. « Effectivement ! C’est pour cette raison qu’il faut s’adresser aux techniciens. Parce que si vous choisissez des matières qu’on ne trouve pas sur notre marché, vous aurez des problèmes. Mais si vous êtes un technicien, vous pouvez trouver des matières sur place qui vont répondre à votre cahier des charges de façon très ponctuelle avec toutes les exigences possibles », argumente-t-il.

Dans son petit atelier de 4m2 situé dans un quartier populaire de la capitale, la couturière Vanessa Mambouana n’a pas produit de masques en grande quantité. Pour elle, il s’agit d’un business peu rentable : « Je ne me suis pas retrouvée avec d’importantes commandes. Je n’ai pas gagné grand-chose avec un produit vendu à 100 francs CFA. Dans la rue, c’est tout le monde qui en vend. Quand je les fabrique, il n’y a presque pas de demandeur pour les prendre », se plaint Vanessa.

Sur le marché, Portia Nkeoua, qui étudie la comptabilité et la finance à l’Université libre du Congo, a trouvé ses bavettes de protection à un prix défiant toute concurrence : « J’ai acheté deux bavettes au marché pour 100 francs CFA l’unité. Dès que j’utilise la première, je la lave après quatre heures et la remplace par une autre. Je ne suis pas allé en pharmacie. J’ai acheté juste ce qu’on vend au marché parce que c’est efficace et que ça me permet de me protéger contre le coronavirus », se glorifie Portia.

Au Congo, les masques et autres bavettes multicolores arborés par les populations sont essentiellement de fabrication locale. Les importés, vendus en pharmacie, sont réservés à une certaine classe.

Les analystes en intelligence économique et business intelligence d’Africadiligence sont plus que réservés quant au potentiel du segment grand public de ce marché.

La Rédaction (qvec Loïcia Martial)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.