Un objectif stratégique : relancer l’économie africaine en plein Covid-19

Un objectif stratégique : relancer l’économie africaine en plein Covid-19

[Africa Diligence] Dans l’optique de réaffirmer l’engagement de leur plateforme d’investissement pour l’Afrique et susciter la confiance des investisseurs en vue de contribuer à la relance économique en Afrique pendant cette période où sévit la Covid-19, les experts d’Africa Investment Forum (AIF) ont tenu le 22 juillet 2020 une importante réunion virtuelle.

Cette rencontre de deux jours était organisée à l’intention des investisseurs, des promoteurs de projets et institutions internationales œuvrant dans le domaine de la promotion du secteur privé. Elle était destinée à encourager et à accélérer le rythme de travail pour permettre au continent de combler son déficit au plan des investissements économiques.

Selon l’AIF, quinze transactions de son portefeuille, d’une valeur d’environ trois milliards de dollars, sont disponibles et destinées à surmonter les effets du coronavirus en Afrique.

« Les investissements plus importants et structurants conduiront à la relance économique de l’Afrique pendant la période après-Covid-19. A travers cela, l’Afrique sortira tête haute de cette pandémie aussi difficile. Elle bâtira des économies plus dynamiques et plus fortes. Pour ce faire, notre orientation doit être claire, notamment d’aider l’Afrique à relancer ses activités économiques », ont déclaré les experts de l’AIF avant de reconnaître que le continent aura la capacité d’extraire et de faire face aux crises sanitaire et économique actuelles.

Ainsi, dans le cadre de la recherche de ses stratégies pour obtenir une solution commune, capable de faire face aux conséquences de la Covid-19, l’AIF a retenu quinze projets dans cinq secteurs différents pour un financement prioritaire, notamment dans le domaine de l’agriculture et de l’agroalimentaire, de l’énergie, de la santé, des télécommunications, de l’industrie et du commerce.

« Au total, les quinze transactions comprises dans l’actuel portefeuille de l’AIF s’élèvent à trois milliards de dollars et contribueront à améliorer l’indépendance et à la résilience du continent face aux chocs futurs. Quatre promoteurs de projets ont été invités à faire leurs présentations. Il s’agit notamment d’un projet de transformation de produits laitiers en Angola, d’une usine de fabrication de vaccins au Kenya, d’un projet de filature de coton au Mozambique et d’une plateforme privée de télémédecine au Nigeria », a précisé l’AIF, en ajoutant qu’après cette rencontre, le dispositif de suivi des transactions de l’AIF va être activé pour susciter l’intérêt des investisseurs et permettre un rapprochement optimal entre investisseurs et projets.

 « L’AIF n’est pas un endroit où l’on se contente seulement de parler. Ce que nous essayons de faire, c’est de concentrer les efforts de nos partenaires sur les transactions bancables de la plateforme du portefeuille pour 2018 et 2019 ainsi que sur celles qui sont conclues en 2020. Car, nous concentrerons nos efforts, non seulement sur le secteur de la santé mais aussi sur d’autres secteurs qui contribueront à stimuler la reprise de l’économie du continent », a déclaré la directrice principale de l’AIF, Chinelo Anohu.   

Notons que les partenaires fondateurs de l’AIF sont la Banque africaine de développement, Africa50, Africa Finance Corporation, la Banque africaine d’import-export, la Banque de développement d’Afrique australe, la Banque de commerce et de développement, la Banque européenne d’investissement et la Banque islamique de développement. Parmi les partenaires institutionnels figurent des institutions de financement du développement, des banques multilatérales de développement, des banques commerciales et des investisseurs institutionnels.

Rock Ngassakys

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.