Les marché algérien fait des appels de phares aux constructeurs automobiles

Les marché algérien fait des appels de phares aux constructeurs automobiles

[Africa Diligence] A la mi-août 2020, les capteurs du Centre africain de veille et d’intelligence économique apprennent que deux constructeurs mondiaux d’automobiles veulent implanter des unités de montage de véhicules en Algérie. Cette fois, un 3ème constructeur, spécialiste des véhicules électriques, entre en lice.

Le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, vient, en effet, de révéler qu’un troisième constructeur automobile a exprimé sa volonté d’investir sur le marché algérien. Selon le ministre, ce constructeur est spécialisé dans les voitures électriques.

Dans un entretien avec la chaîne El Hayat TV, le ministre de l’Industrie a fait savoir qu’un constructeur automobile spécialisé dans les voitures électriques a contacté son département ministériel pour lui exprimer sa volonté d’investir en Algérie. Ferhat Aït Ali semble avoir donné son approbation pour ce type de voitures. Il déclare que l’avenir est électrique et que l’Algérie doit suivre cette évolution pour fabriquer des voitures hybrides et électriques.

L’Algérie a décidé d’entamer la fabrication de voitures

Dans le même contexte, le ministre de l’Industrie a affirmé que le gouvernement a décidé de mettre fin au montage automobile en Algérie. Il révèle, en outre, que cette filière a coûté 12 milliards de dollars, dont 60% de perte au Trésor public. C’est pourquoi l’Algérie a décidé d’entamer la fabrication de voitures, selon les conditions inscrites dans le nouveau cahier des charges. Concernant les installations de montage automobile, le ministre a indiqué que leur avenir est entre les mains de la justice. Puisque selon le nouveau cahier de charges, explique Ferhat Aït Ali, aucun investisseur n’a d’agrément.

Le ministre de l’Industrie a, en outre, déclaré que l’Algérie importera un quota total de 200 000 voitures par an. Ainsi, le ministère vise l’approvisionnement du marché national de voitures destinées à la classe moyenne. Il révèle par la suite que les prix de ces voitures oscillent entre 10 000 et 12 000 dollars à condition qu’elles soient les mêmes voitures vendues dans le pays d’origine.

Knowdys Database pour ne rien manquer des marchés africains

Unique en Afrique, et mise à jour, heure par heure, grâce à des données et à des informations provenant des recherches primaires et secondaires, des bases de données commerciales et des décryptages effectués en interne par des experts en business intelligence, Knowdys Database accompagne la croissance africaine et celles des entreprises actives au sud du Sahara. Pour booster la compétitivité des acteurs économiques locaux et internationaux sur les marchés africains, KCG – leader du conseil en intelligence économique et due diligence au sud du Sahara – surveille, analyse et produit des notes et rapports à haute valeur ajoutée dans 12 secteurs clés : agroalimentaire, assurance, aéronautique, automobile, énergies, banques, BTP, défense, éducation, industrie pharmaceutique, matières premières et Télécoms.

La Rédaction (avec Azzedine Derradj)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.