RSA : ce que la réforme va changer en 2024 pour tous les allocataires

Les bénéficiaires du RSA sont attentifs aux changements qui arrivent. Ils sont effectifs depuis le 1ᵉʳ janvier 2024.

© Africadiligence.com - RSA : ce que la réforme va changer en 2024 pour tous les allocataires

À compter du 1ᵉʳ janvier 2024, une série de changements substantiels affectera le Revenu de solidarité active (RSA), conformément au projet de loi plein emploi. Cette allocation financière, destinée aux foyers à faibles revenus ou dépourvus de ressources, cible principalement les individus âgés de 25 ans et plus.

Les Français n’accueillent pas d’un bon œil certains de ces changements. Le gouvernement les défend en indiquant qu’ils vont permettre une meilleure insertion professionnelle. Autrement dit, le but est de pousser les citoyens à ne pas seulement toucher le RSA.

C’est quoi le RSA ? #

Le RSA est une prestation sociale qui garantit un niveau minimum de ressources aux personnes en situation de précarité financière.  Cette aide a pour but de lutter contre la pauvreté. Comment ? En fournissant un soutien aux personnes qui disposent de revenus insuffisants.

À lire AAH : des bénéficiaires vont perdre 500 euros par mois, les Français concernés

Pour percevoir le RSA, il faut avoir 25 ans ou plus. Cependant, certains Français entre 18 ans et 24 ans peuvent y prétendre. Mais, pour cela, il faut justifier de deux années de travail.

Le montant du RSA varie en fonction de la composition du foyer et de ses ressources. Il est ainsi calculé en tenant compte du montant forfaitaire du RSA, auquel on soustrait l’ensemble des revenus du foyer au cours des trois derniers mois.

Le versement du RSA vise à assurer un niveau de vie décent aux bénéficiaires et à les aider dans leur quotidien.

Une réforme pour le RSA #

La réforme prévoit l’instauration d’une condition sine qua non. L’obligation d’effectuer 15 heures d’activité chaque semaine pour les bénéficiaires du RSA. Mais pourquoi une telle décision ?

À lire RSA : ce changement clé fin février que vous devez absolument connaître

Ceci, énoncé dans le projet de loi plein emploi, vise à protéger ces derniers de la précarité extrême. Plusieurs sont possibles. En effet, cela va du travail en entreprise à la participation à une formation.

Toutefois, il est essentiel de noter que le gouvernement envisage des sanctions en cas de non-respect de cette nouvelle exigence, à l’exception des personnes handicapées et des parents isolés avec des enfants de moins de 12 ans sans solution de garde.

Une revalorisation pour cette aide #

Une autre modification majeure introduite par la réforme concerne l’inscription automatique des bénéficiaires à France Travail, plateforme destinée à remplacer Pôle emploi.

Cette automatisation facilitera la mise en place d’un contrat d’engagement entre l’État et l’allocataire. Elle assure ainsi un suivi attentif du retour à l’emploi. En outre, des sanctions, incluant la radiation de la liste des bénéficiaires du RSA, guettent ceux qui ne respectent pas leurs engagements. La définition du contrat en question devra être finalisée avant le 1ᵉʳ janvier 2025.

À lire Cette aide peu connue de 90 € pour tous les Français mais que personne ne réclame

Par ailleurs, une revalorisation significative du montant du RSA entrera en vigueur le 1ᵉʳ avril 2024. Actuellement fixé à 607,75 euros pour une personne seule sans enfant à charge, le montant minimum du RSA augmentera de 4,6 %. Soit 28 euros supplémentaires par mois au minimum.

Ainsi, à partir d’avril 2024, une personne seule sans enfant à charge percevra 635,75 euros. De son côté, un adulte avec un enfant à charge bénéficiera d’un RSA de 953,56 euros. Ces ajustements visent à améliorer la situation financière des bénéficiaires du RSA et à favoriser leur réinsertion sociale et professionnelle.