Retraite : ce document obligatoire pour toucher une augmentation de votre pension Agirc-Arrco

Certains Français peuvent profiter d'une surcote intéressante pour leur retraite complémentaire. Qui est éligible ?

© Africadiligence.com - Retraite : ce document obligatoire pour toucher une augmentation de votre pension Agirc-Arrco

Il est possible de profiter d’une majoration de 5 % sur votre pension de retraite complémentaire. Vous en rêvez ? C’est une réalité. Mais à condition d’être parents. En effet, les majorations familiales offrent aux parents ayant des enfants à charge, ou ayant eu et élevé des enfants, une petite gratification. Deux types de majorations familiales existent : la majoration pour enfants à charge et la majoration pour au moins trois enfants nés ou élevés.

Cependant, il est essentiel de noter que ces deux majorations ne sont pas cumulables. Vous recevrez celle qui vous est la plus favorable. En outre, les deux parents peuvent bénéficier de majorations sur leur retraite complémentaire. Enfin, ces avantages s’appliquent également aux pensions de réversion.

Retraite : qui a droit à la majoration pour enfants ? #

Pour être éligible à la majoration pour enfants, il est nécessaire d’avoir élevé ou d’avoir à sa charge un enfant. Un enfant est né ou élevé dans les cas suivants. Filiation établie, recueil en tant que tuteur, prise en charge éducative pendant neuf ans avant le 16ᵉ anniversaire sans avoir la qualité de tuteur.

À lire Retraite : toutes les aides méconnues ou oubliées que vous pouvez réclamer d’urgence

Un enfant à charge a moins de 18 ans, ou entre 18 et 25 ans s’il est étudiant, apprenti, demandeur d’emploi (inscrit à Pôle emploi et non indemnisé), ou invalide.

Si vous bénéficiez de la majoration pour enfants à charge, la situation évolue au fil du temps. Une fois que le versement de cette majoration sur votre retraite complémentaire cessera, vous pourrez prétendre à la majoration pour enfants nés ou élevés.

Un document indispensable pour bénéficier de la surcote #

Il est impératif de justifier votre situation en envoyant un document spécifique. Il s’agit d’un courrier de l’Agirc-Arrco. Ce dernier vous demande une attestation sur l’honneur et un justificatif qui prouve que votre situation est la même. Autrement dit, que votre enfant est toujours à votre charge.

Vous devez remplir et envoyer ces documents chaque mois d’octobre à votre caisse de retraite, dans un délai d’un mois. Au-delà de ce délai, vous pourriez souffrir d’une suspension de votre droit. 

À lire Retraite : bonne nouvelle pour 400 000 assurés de l’Agirc-Arrco, à quoi vous attendre

Le calcul de la majoration #

L’Agirc-Arrco calcule le montant de la majoration sur les droits du salarié sans tenir compte des éventuels coefficients de minoration définitive. Mais il existe un plafond pour les majorations pour enfants nés ou élevés. En effet, le plafond est de 2 221,34 euros pour les retraites qui prennent effet à partir du 1ᵉʳ novembre 2022. 

Cependant, ce plafonnement ne s’applique pas aux personnes nées avant le 2 août 1951. La valeur du plafonnement est réévaluée en fonction de l’évolution de la valeur du point de retraite Agirc-Arrco.

Les anciens assurés du régime Arrco bénéficient de modalités d’attribution spécifiques. D’abord, une majoration de 5 % par enfant sur la totalité des droits pour les enfants à charge. Ensuite, une majoration de 10 % pour 3 enfants nés ou élevés. Seulement si les droits ont été obtenus entre 1999 et 2011, et à partir de 2012. Pour les droits obtenus avant 1999, les anciens règlements des caisses de retraite sont appliqués.

Pour les assurés qui cotisent pour l’Agirc, la majoration pour enfants à charge est de 5 % par enfant sur la totalité des droits. La majoration pour les enfants nés ou élevés s’élève à 10 % pour 3 enfants et plus. Maois attention, uniquement sur les droits obtenus à partir de 2012. Avant cette année, la majoration est de 8 % pour 3 enfants, 12 % pour 4 enfants, 16 % pour 5 enfants, 20 % pour 6 enfants, et 24 % pour 7 enfants et plus.

À lire Retraite : attention à cette mauvaise nouvelle à prévoir qui vise le montant de votre pension