CAF : ces terribles erreurs à ne surtout pas faire pour toucher plus d’argent, évitez les

Si vous voulez toucher les aides de la CAF que vous méritez, il est impératif d'être rigoureux et de ne pas faire ces erreurs.

© Africadiligence.com - CAF : ces terribles erreurs à ne surtout pas faire pour toucher plus d’argent, évitez les

La Caisse d’allocations familiales (CAF) joue un rôle crucial dans la vie des ménages français. Chaque année, elle verse des aides financières comme l’APL, l’AAH, le RSA, les aides à la petite enfance, la prime d’activité, etc. 

Cependant, de nombreux demandeurs omettent fréquemment de mentionner des détails importants dans leur dossier, ce qui peut influencer les revenus perçus. Attention, donc, à ne pas faire des erreurs qui peuvent vous priver de ces précieuses aides.

CAF : l’importance des démarches #

Avant de vous parler de trois erreurs les plus courantes qui vous font perdre vos droits, commençons par le commencement. La CAF verse des aides sociales aux Français qui répondent aux critères d’éligibilité. Mais pour cela, les bénéficiaires doivent envoyer un dossier.

À lire Chèque carburant : la mauvaise nouvelle est tombée pour ces automobilistes, les concernés

En effet, ils sont encore trop nombreux à penser qu’il n’y a aucune démarche à faire. Que les aides sociales de la CAF se retrouvent sur leur compte dès qu’ils répondent aux critères. C’est faux. 

En effet, la CAF attend de vous que vous envoyiez votre dossier complet. Elle pourra ensuite traiter le dossier et valider, ou non, les versements d’une ou plusieurs aides sociales.

CAF : les erreurs à ne pas faire  #

Maintenant que cela est posé, voyons ensemble les erreurs les plus courantes. Si elles sont courantes, elles ne sont pas sans conséquence. Elles peuvent faire de vous un fraudeur qui reçoit un trop-perçu. Il est important d’être rigoureux.

La première erreur est de ne pas signaler les changements professionnels. Perdre ou obtenir un nouvel emploi constitue un changement significatif dans la vie professionnelle.

À lire Retraités : cette aide de 277 euros que vous pouvez toucher, n’oubliez pas de la réclamer

Les bénéficiaires d’aides doivent informer immédiatement la CAF de ces nouvelles situations afin d’éviter des erreurs lors du calcul des montants à percevoir.

De même, les changements dans la vie de couple, comme le mariage, le concubinage, le décès d’un conjoint ou le divorce, doivent être signalés rapidement à la CAF. Les célibataires oublient souvent de notifier leur changement de statut lorsqu’ils entament une vie commune. Or, cela réduit les primes auxquelles ils peuvent prétendre.

Enfin, dernière erreur, celle de ne pas signaler l’arrivée d’un enfant. Les parents qui ont des enfants à charge bénéficient d’aides spécifiques. Omettre de signaler la naissance d’un nouvel enfant ou la perte de garde d’un enfant après un divorce peut entraîner des demandes de remboursement des primes indûment versées par la CAF.

Les bons réflexes à avoir #

Il faut, pour commencer, penser à remplir sa déclaration de revenus tous les trois mois pour anticiper tout risque d’incohérence ou d’erreurs. Vous pouvez faire cette démarche sur le site de la CAF. Elle est d’autant plus simple depuis juillet qu’il vous faut simplement indiquer votre montant net social (qui apparaît sur votre fiche de paie).

À lire Cette nouvelle aide peut payer 1 100 € de loyer en plus des APL de la CAF que vous touchez

Beaucoup d’éligibles oublient de revendiquer leurs droits. Le site officiel de la CAF fournit des informations sur l’éligibilité aux aides. En outre, il propose un outil de simulation du montant à percevoir.

Enfin, en mettant à jour régulièrement les informations sur les évolutions de sa vie, on s’assure de recevoir l’aide correspondant à sa situation. Signaler rapidement tout changement de statut professionnel ou personnel permet de réévaluer le montant des allocations familiales en fonction de la situation actuelle. Cela peut être fait en ligne sur Caf.fr en accédant à l’onglet « Mon compte ».