Ces changements pour les retraités à ne pas manquer en 2024

Les retraités vont subir des changements en 2024. Parfois bons, parfois un peu moins. Il faut donc s'y intéresser pour les comprendre.

© Africadiligence.com - Ces changements pour les retraités à ne pas manquer en 2024

Comme chaque année, le mois de janvier annonce une série de modifications importantes sur le plan financier et administratif. Il y a, évidemment, des répercussions notables pour les retraités en 2024.

Certaines nouvelles sont bonnes et font plaisir en ces temps d’inflation. Mais d’autres, en revanche, ne vont pas faire des heureux. On fait ainsi le point avec vous sur tous ces changements concernant, notamment, les aides sociales pour les retraités.

Retraite : de bonnes et de mauvaises nouvelles #

Commençons par une bonne nouvelle. Après la réévaluation des pensions Agirc-Arcco en novembre dernier, les pensions de retraite de base augmentent de 5,3 % au 1ᵉʳ janvier 2024. Ainsi, pour une retraite de 800 €, cela représente une hausse de 42,5 €.

À lire Retraite : attention à cette mauvaise nouvelle à prévoir qui vise le montant de votre pension

L’information suivante est moins enthousiasmante. En effet, en 2024, le coût des mutuelles est en hausse. En réponse à la crise sanitaire, les mutuelles anticipent une augmentation record de leurs tarifs en 2024, avec une moyenne de + 8,1 %.

Cette hausse, déjà de l’ordre de 4,7 % en 2023 et 3,4 % en 2022, s’intensifie en raison du succès de la réforme 100 % Santé. Les complémentaires santé, absorbant les coûts associés, sont particulièrement impactées, tout comme l’Assurance maladie, dans un contexte de vieillissement de la population.

Cependant, on note des évolutions intéressantes dans le cumul emploi-retraite. En effet, suite à la réforme des retraites, ceux qui reprennent une activité professionnelle pendant la retraite peuvent cotiser pour des droits supplémentaires. En 2024, les personnes ayant travaillé l’année précédente verront leurs pensions augmenter. C’est une première dans ce nouveau système.

Des aides pour la rénovation de votre logement #

MaPrimeAdapt entre en vigueur le 1ᵉʳ janvier 2024. Elle offre une aide financière conditionnée aux ressources pour soutenir les retraités dans l’adaptation de leur logement. Elle peut couvrir de 50 % à 70 % des travaux, selon le niveau de ressources du demandeur. Parmi les travaux éligibles figurent le remplacement d’une baignoire par une douche, l’installation d’un monte-escaliers ou l’élargissement des couloirs.

À lire Aide de 1 571 euros pour les retraités : 50% oublient de la demander pour vivre mieux

En plus de MaPrimeAdapt, citons MaPrimeRénov. Elle se concentre désormais sur des rénovations d’envergure destinées aux passoires thermiques (logements classés F et G).

Pour bénéficier de cette aide, il est impératif d’améliorer son classement énergétique d’au moins deux niveaux. Le montant de l’aide augmente significativement pour l’installation de pompes à chaleur et le raccordement à un réseau de chaleur urbain. Elle passe de 1 000 € à 2 000 € pour les ménages modestes et intermédiaires. On note un plafond de 70 000 € pour d’importants travaux.

Des aides pour les retraités #

Depuis le 1ᵉʳ janvier 2024, l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA) est de 1012 € par mois pour une personne seule. Elle est à présent de 1571,20 € par mois pour un couple. De plus, le minimum de la pension de réversion, également revalorisé de 5,3 %, est élevé à 324,79 € par mois pour une durée d’assurance d’au moins quinze années.

En outre, les retraités qui reçoivent l’APA (Allocation Personnalisée d’autonomie) peuvent désormais bénéficier de jusqu’à deux heures par semaine de temps dédié au lien social. Cela comprend des activités et moments de convivialité.

À lire Retraites Agirc-Arrco : mauvaise nouvelle concernant le montant de votre pension en mars

Enfin, notons un autre changement pour les retraités qui conduisent encore. Le chèque carburant n’existe plus en 2024. En effet, l’État le remplace par une aide ponctuelle de 100 € versée aux personnes aux faibles revenus. Mais ils ne la percevront que lorsque le prix des carburants atteindront un certain niveau (2 € le litre). Aujourd’hui, le carburant n’a pas encore atteint ce niveau.