Hausse des retraites : tout savoir sur les dates et taux des augmentations en 2024

On fait le point sur toutes les revalorisations de l'année 2024 en ce qui concerne les retraites. Une année de plus contre l'inflation.

© Africadiligence.com - Hausse des retraites : tout savoir sur les dates et taux des augmentations en 2024

Les retraites connaissent cette année de nouvelles augmentations. C’est pour cela que les Français attendaient avec impatience l’arrivée de 2024. Il faut dire que les hausses sont conséquentes et vont améliorer le quotidien des plus modestes. 

Quand ces hausses seront-elles visibles sur le compte des seniors ? Faut-il s’attendre à d’autres revalorisations dans l’année ? On fait le bilan ensemble sur les augmentations pour 2024.

Quelle est l’augmentation des retraites de base en 2024 ? #

La plus récente hausse des retraites de base a été mise en œuvre le 1ᵉʳ janvier 2024, avec une augmentation de 5,3 %. Pour les bénéficiaires de l’Assurance Retraite (CNAV), le premier versement revalorisé aura lieu le 9 février 2024, couvrant la pension du mois de janvier.

À lire Retraite : toutes les aides méconnues ou oubliées que vous pouvez réclamer d’urgence

Cette revalorisation annuelle découle des dispositions légales, conformément à l’article L. 161-25 du Code de la Sécurité sociale. Elle tient compte de l’inflation en se basant sur la moyenne annuelle des prix à la consommation, hors tabac, publiée par l’Insee.

Toutes les pensions de base, qu’elles proviennent du régime des salariés (Cnav, Carsat, MSA), des fonctionnaires (État, CNRACL), des régimes spéciaux, ou des indépendants, bénéficient de cette augmentation. Cependant, il est important de noter que les retraites complémentaires suivent des règles distinctes et ne sont pas touchées par cette hausse annuelle.

En outre, les seniors aux pensions les plus modestes profitent d’une hausse supplémentaire depuis l’automne, résultant de la réforme des retraites entrée en vigueur en septembre.

Ce complément financier concerne 1,8 million de seniors modestes, avec une hausse moyenne d’environ 600 € par an. Bien que l’augmentation ait normalement débuté le 9 octobre 2023, certains bénéficiaires peuvent encore attendre jusqu’au début de l’année 2024 en raison du traitement en cours de leur dossier. Mais, pas de panique, la revalorisation est rétroactive. Ainsi, elle couvre la période depuis la pension de septembre.

À lire Lidl fait une annonce de taille qui va ravir tous les clients et soulager leur portefeuille

Quelle est l’augmentation des retraites Agirc-Arrco ? #

La dernière hausse des retraites complémentaires Agirc-Arrco a eu lieu le 1ᵉʳ novembre 2023, avec un taux de revalorisation fixé à 4,9 %. Cette augmentation a été effective dès le versement de la pension complémentaire le 2 novembre 2023.

La prochaine augmentation, prévue pour le 1ᵉʳ novembre 2024, concernera les 13 millions de retraités bénéficiaires. On ne connaît pas encore le taux de revalorisation. Cependant, il devrait être inférieur au pourcentage de 4,9 %. Pourquoi ? Car les prévisions indiquent un ralentissement de l’inflation en 2024, estimée entre 2 et 3 %.

De plus, une règle énoncée dans l’accord des partenaires sociaux signé en octobre dernier stipule également que les futures revalorisations des pensions Agirc-Arrco pourraient être sous-indexées de 0,4 point en dessous de l’inflation.

Des augmentations à prévoir en cours d’année ? #

Les retraités se rappellent encore l’été 2022. Cette année, le gouvernement opte pour une revalorisation des pensions de 4%. Est-ce possible de revoir une telle revalorisation en cours d’année ?

À lire Retraite : bonne nouvelle pour 400 000 assurés de l’Agirc-Arrco, à quoi vous attendre

Alors, oui, c’est possible. Mais hautement improbable en 2024. En effet, on s’attend à un ralentissement de l’inflation. Or, la revalorisation de juillet 2022 était exceptionnelle du fait d’une inflation qui l’était tout autant. 

Du fait de la hausse des prix, il était impossible pour les seniors d’attendre plusieurs mois pour la revalorisation annuelle. D’où cette décision du gouvernement pour protéger leur pouvoir d’achat.