Permis de conduire : ce changement qui vise les seniors pourrait tout changer

Si le projet de loi sera voté, les séniors devront faire face à une nouvelle règle pour obtenir un permis de conduire. Voici pourquoi.

© Africadiligence.com - Permis de conduire : ce changement qui vise les seniors pourrait tout changer

Le permis de conduire est un symbole de liberté et d’autonomie pour de nombreux adultes. Mais c’est aussi un engagement de responsabilité. Il implique de garantir sa propre sécurité et celle des autres usagers de la route.

Or, en 2024, les conditions de détention du fameux papier rose pourraient changer radicalement. Le Parlement européen a en effet adopté le 7 décembre une proposition de loi qui fait débat.

Permis de conduire : une nouvelle règle #

Une proposition de loi, qui doit encore passer en séance plénière, vise à rendre obligatoire une visite médicale pour tous les conducteurs. Ce sera à chaque renouvellement de leur permis de conduire, soit tous les 15 ans. Cette mesure aurait pour objectif de diminuer de moitié le nombre de morts sur les routes d’ici 2030. Elle consiste ainsi à assurer que les conducteurs sont aptes à prendre le volant.

À lire L’arnaque au permis de conduire fait rage en France et peut vous coûter très cher, méfiez-vous

Selon Karima Delli, présidente de la Commission Transports du Parlement européen, citée par Europe 1, il est nécessaire de contrôler régulièrement l’état de santé des conducteurs. En effet, des facteurs tels que la vue, l’ouïe ou les réflexes peuvent les affecter.

« Plusieurs pays européens le font de manière beaucoup plus régulière à partir d’un certain âge », souligne-t-elle. Certaines maladies, comme l’Alzheimer, peuvent aussi rendre la conduite dangereuse à partir d’un certain stade.

Un permis de conduire pour les séniors ? #

Face à ces constats, la Commission européenne envisagerait de créer un permis de conduire spécifique pour les seniors. Ce qui leur permettrait de circuler dans certaines conditions, comme des horaires ou des zones limitées.

L’idée, qui n’est pas encore officielle, vise à concilier la sécurité routière et le maintien de l’autonomie des personnes âgées. Cela facilitera leur besoin de se déplacer pour leurs activités quotidiennes, malgré leur âge.

À lire Permis de conduire : bonne nouvelle, cette nouveauté va vous faciliter la vie

« C’est une piste intéressante, qui pourrait répondre aux besoins de mobilité des seniors, tout en tenant compte de leurs capacités physiques et cognitives. Il faudrait toutefois veiller à ce que ce permis ne soit pas discriminatoire ni stigmatisant, et qu’il soit accepté dans tous les pays de l’Union européenne », commente Jean-Pierre Orfeuil, sociologue spécialiste des transports, interrogé par Le Figaro.

Les séniors sont-ils dangereux pour la route ? #

La question de la conduite des séniors fait souvent l’objet de polémiques, notamment après des faits divers impliquant des conducteurs âgés. Pourtant, les statistiques de l’ONISR (Observatoire national interministériel de la sécurité routière) montrent que les séniors ne sont pas les plus impliqués dans les accidents mortels.

En 2017, les plus de 65 ans représentaient 16,9 % des tués sur les routes. C’est contre 19,3 % pour les 18-24 ans et 22,3 % pour les 25-34 ans.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce constat. Les séniors sont des conducteurs expérimentés. Ils adoptent, en général, une conduite prudente. Ils évitent aussi les situations à risque, comme la conduite nocturne ou l’alcool au volant. C’est pourquoi certaines personnes pensent qu’il n’est pas nécessaire d’instaurer cette nouvelle règle sur le permis de conduire.

À lire Permis de conduire : vers une obligation de visite médicale pour le renouveler ?

Des conducteurs pourtant vulnérables #

Cependant, les séniors sont aussi des conducteurs vulnérables. Ils peuvent faire face à des problèmes de santé qui affectent leur vision, leur audition ou leurs réflexes. Ces difficultés peuvent, par conséquent, altérer leur capacité à percevoir les dangers, à réagir rapidement, ou à adapter leur comportement aux conditions de circulation.

Par exemple, la baisse de l’acuité visuelle réduit le champ de vision, diminue la résistance à l’éblouissement, ou rend plus difficile la lecture des panneaux. La diminution de l’audition empêche d’entendre les signaux sonores, comme les klaxons ou les sirènes.

La réduction des réflexes allonge le temps de réaction, ou rend plus complexe la coordination des gestes. D’où l’objectif de créer un permis de conduire pour le troisième âge.