50 % des retraités ne réclament pas cette aide de plus de 1 000 € par mois

50 % des retraités oublient de réclamer de cette aide de l’État. Et pourtant, son montant s’élèvera bientôt à plus de 1 000 € !

© Africadiligence.com - 50 % des retraités ne réclament pas cette aide de plus de 1 000 € par mois

Il existe une aide mensuelle précieuse destinée à alléger le fardeau financier des personnes âgées aux ressources limitées. Cependant, une énigme persiste. Malgré son accessibilité, seulement un retraité éligible sur deux ose réclamer cette assistance. On évoque les raisons derrière ce mystérieux phénomène de non-recours !

Retraités : Un taux important de non-recours pour cette prestation #

Les aînés se perdent souvent dans un labyrinthe d’aides conçues spécialement pour eux. Il devient alors compliqué de naviguer au milieu de toutes ces possibilités. On a par exemple le financement des maisons de retraite ou les services d’accompagnement à domicile.

Et comme si cela ne suffisait pas, il faut également jongler avec les dispositifs nationaux. Viennent aussi les aides locales qui s’ajoutent à la liste déjà bien longue. Un cas qui mérite une attention particulière concerne une allocation largement sous-utilisée des seniors éligibles.

À lire Aide de 1 571 euros pour les retraités : 50% oublient de la demander pour vivre mieux

Dès l’âge de 65 ans, les retraités aux ressources limitées vivant en France peuvent demander l’ASPA auprès de leur caisse. Habituellement appelé le « minimum vieillesse », ce programme vise à compléter les revenus des personnes âgées.

Cependant, la réalité est telle que beaucoup ignorent l’existence de cette aide ou ne savent pas comment en faire la demande. Et cela contribue ainsi à un taux élevé de non-recours parmi les personnes éligibles. Il est donc crucial de sensibiliser davantage les aînés à cette opportunité qui pourrait grandement améliorer leur qualité de vie ?

Les raisons méconnues du faible recours à l’ASPA #

On se demande souvent pourquoi tant de seniors éligibles ne sollicitent pas l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA). La réponse pourrait bien se cacher dans les méandres de la récupération sur les successions.

Quand le bénéficiaire décède, les montants versés par la caisse de retraite sont partiellement récupérables sur l’actif net de sa succession. Toutefois, cette récupération n’entre en jeu qu’à partir d’un certain seuil. Celui-ci s’élève de 39 000 € à 100 000 € depuis le 1ᵉʳ septembre dernier.

À lire Retraites Agirc-Arrco : mauvaise nouvelle concernant le montant de votre pension en mars

Par ailleurs, l’ASPA fait également peau neuve chaque année au 1ᵉʳ janvier avec une augmentation de son montant. L’année 2024 ne fait pas exception, car l’aide a connu une augmentation de 5,2 %. Une excellente nouvelle pour les retraités aux ressources modestes !

Cela signifie que l’allocation maximale dépassera pour la première fois les 1 000 € par mois pour une personne seule. Une bouffée d’air bienvenue dans un contexte inflationniste. De quoi offrir un coup de pouce financier appréciable pour les retraités.

Retraités : Les chances d’une hausse des bénéficiaires de l’ASPA #

Avec les récentes mesures bienvenues, le nombre de personnes bénéficiant de l’ASPA pourrait augmenter dans les mois à venir. Cependant, le manque d’information parmi les retraités éligibles demeure le principal obstacle au recours à l’ASPA. Et ce, malgré les efforts de l’exécutif de le diffuser sur les différentes plateformes en ligne.

Il est important de noter que l’octroi de l’ASPA n’est pas automatique. Pour y prétendre, il faut soumettre un dossier accompagné de divers justificatifs à sa caisse de retraite. Les retraités qui ne font pas cette démarche passent ainsi à côté d’une précieuse aide financière. Un petit geste administratif peut donc faire toute la différence dans la vie quotidienne de nos aînés !

À lire Un virement inhabituel apparaîtra sur votre compte ce 1er mars, 13 millions de retraités concernés