Automobilistes, attention à cette mesure obligatoire qui peut vous coûter très cher si vous l’oubliez

Pour certains automobilistes, le dong de rappel sur l’application de cette mesure obligatoire vient de sonner. Y déroger peut coûter cher.

© Africadiligence.com - Automobilistes, attention à cette mesure obligatoire qui peut vous coûter très cher si vous l’oubliez

Les automobilistes doivent accepter de se conformer aux règles applicables aux usagers de la route. S’informer des nouvelles mesures s’avère ainsi capital pour ne pas se retrouver pénalisé ou se sentir désarmé. Généralement, les organes responsables diffusent les points importants à retenir sur ces mesures bien à l’avance. Cela, afin de donner à tout le monde le temps de se préparer.

On a voté la loi Montagne en 2021. Pourtant, elle n’a constitué une obligation qu’à partir du 1er novembre 2023. La clémence du Gouvernement aura duré 3 années consécutives. Ladite loi impose aux voitures d’adopter un équipement particulier à une période donnée. Cependant, les automobilistes ont repoussé l’échéance toujours à plus tard et se retrouvent maintenant au pied du mur.

La procrastination des automobilistes #

Bien que la loi Montagne date de 2021, les automobilistes traînent des pieds pour l’appliquer. En effet, à 3 ans de son vote, elle ne paraît pas encore intégrée dans les habitudes des conducteurs.

À lire Le détail que les automobilistes ne doivent pas oublier au risque d’une lourde amende

Au début, les autorités ont pris parti d’adopter la tolérance. Après tout, ces mesures demandent un réel temps de préparation et il fallait choisir la clémence. Cette largesse finit par un peu trop durer au goût des habitants des communes concernées. En effet, ils assistent fréquemment à des obstructions de la route à cause de la réticence de certains automobilistes.

Ils savent qu’ils finiront par se soumettre à cette mesure, mais ils remettent son application toujours à plus tard. 82 % des automobilistes l’estiment pourtant utile.

Une mesure pour les automobilistes #

Les automobilistes tardent à accepter la nouvelle mesure alors qu’elle les concerne directement. En effet, si on a voté pour elle au parlement, la visée se tournait vers eux.

Les initiateurs de cette loi ont tenu à souligner l’importance de la sécurité et qu’elle primait sur tout le reste. Les mesures de cette loi protègent à deux niveaux.

À lire Automobilistes : la règle à ne surtout pas oublier en hiver au risque d’une amende salée

Tout d’abord, la sécurité concerne l’automobiliste lui-même, car l’adoption de certains équipements rajoute à sa protection. D’autre part, en se conformant à la législation, il ne met pas les autres en danger non plus.

Enfin, rouler sans encombre et sans gêner les autres même dans les parties pénibles devient possible. Il existe donc un véritable intérêt à adopter ces mesures.

Que dit cette loi ? #

La loi Montagne exige que tous les véhicules qui circulent en hiver dans un certain nombre de départements changent d’habitude. En effet, elle demande aux véhicules de se parer d’équipements spéciaux entre le 1er novembre et le 31 mars.

Il s’agit de recouvrir les pneus de chaussettes spéciales ou de les changer en pneus adaptés à l’enneigement. Tous les véhicules qui circulent de manière permanente ou occasionnelle dans les 48 départements définis sont concernés.

À lire Chèque carburant : la mauvaise nouvelle est tombée pour ces automobilistes, les concernés

Pour les automobilistes, il devient donc urgent de changer les pneus aux normes hivernales avec la mention 3PMSF ou M+S. Ce dispositif doit rester en place, même sans neige, sous peine de payer 135 euros d’amende et risquer bien plus encore.

Des automobilistes sanctionnés #

Les automobilistes risquent gros en dérogeant à cette mesure. En dehors de l’amende de deuxième classe, ils risquent l’immobilisation de leur véhicule. Comme il n’existe pas encore de décret relatif à cette loi, les policiers peuvent tolérer.

Cependant, les assureurs, eux, n’iront pas avec le dos de la cuillère pour se défausser de leurs obligations. Là, cela coûtera bonbon !