Retraite Agirc-Arrco : cette bonne ou mauvaise nouvelle au 1er mars concernant votre pension

Les pensions de base ne vont pas évoluer à la hausse pour tous les retraités en 2024. Certains vont souffrir d’une baisse.

© Africadiligence.com - Retraite Agirc-Arrco : cette bonne ou mauvaise nouvelle au 1er mars concernant votre pension

L’année 2024 commence mieux pour les retraités que l’année précédente. Et pour cause, ils profitent enfin d’une revalorisation des pensions de base de 5,3%. Une très bonne nouvelle alors que l’inflation fait rage dans le pays. Les Français s’attendent donc à profiter d’une pension plus importante. Malheureusement, cela ne sera pas le cas pour tout le monde. 

Mais comment expliquer la future baisse de certaines pensions malgré l’inflation ? Elle vient simplement du fait d’une autre revalorisation, celle de la Contribution sociale généralisée. Dans certains cas, cette hausse peut conduire à une baisse des pensions pour certains seniors.

Retraite : des revalorisations pour des pensions plus intéressantes #

Chaque année, le 1er janvier est l’occasion pour les retraités de découvrir le nouveau montant de leur pension pour les mois à venir. En effet, les pensions de base suivent l’inflation. Alors, si l’indice des prix à la consommation augmente, les pensions augmentent aussi.

À lire Retraite : toutes les aides méconnues ou oubliées que vous pouvez réclamer d’urgence

Et cette année, la hausse est particulièrement intéressante. En effet, les pensions de retraite profitent d’une revalorisation de 5,3%. Les seniors profitent de cette revalorisation depuis le mois de février durant lequel sont versées les pensions du mois précédent. 

On peut dès lors penser légitimement que toutes les pensions vont évoluer à la hausse. Mais ce serait trop simple. A vrai dire, les pensions de certains retraités ne vont pas augmenter. Elles risquent de baisser. Pour une raison toute simple de trois lettre, la CSG. 

Qu’est-ce que la CSG ? #

La CSG, ou Contribution sociale généralisée, est l’un des prélèvements sociaux obligatoires appliqués aux pensions, notamment aux pensions complémentaires. Ce prélèvement est automatiquement retenu sur votre pension, après déduction de la cotisation d’assurance maladie. Il est donc pris en charge par votre caisse de retraite.

Les retraités les plus modestes ne paient pas la CSG. Enfin, ils profitent d’un taux à 0%. Pour les autres, ce taux évolue en fonction des revenus. 3,8 %, 6,6 % et, enfin, 8,3 %. L’bjectif principal est de financer la Sécurité sociale et de contribuer à la solidarité pour l’autonomie.

À lire Retraite : bonne nouvelle pour 400 000 assurés de l’Agirc-Arrco, à quoi vous attendre

Suite à la revalorisation du 9 février 2024, les bénéficiaires de pensions complémentaires peuvent s’attendre à des ajustements sur leurs pensions. L’augmentation ou la diminution de votre pension complémentaire dépend de l’évolution de vos revenus et du taux de prélèvement social appliqué. En effet, le taux de CSG varie en fonction de votre Revenu Fiscal de Référence (RFR).

Ces taux sont révisés chaque année en fonction de l’inflation. Pour l’année 2024, ils se basent sur le RFR de 2022, déclaré et imposé en 2023, et revalorisé de 5,2 %, selon l’Insee.

Des retraites en baisse pour certains Français ? #

Si vos revenus ont considérablement varié entre 2022 et 2023, il est possible que votre taux de CSG augmente ou diminue en conséquence. Par conséquent, le montant de votre pension complémentaire peut évoluer.

Pour faire simple, certains retraités peuvent changer de seuil d’imposition et passer de 6,6% de prélèvement à 8,3%. Cela dépend de l’évolution de leurs revenus. Mais, pour qu’un changement de taux soit effectif, l’évolution de ressource doit se faire sur deux années consécutives. Une évolution temporaire, à la hausse comme à la baisse, n’aura pas d’incidence.

À lire Retraite : attention à cette mauvaise nouvelle à prévoir qui vise le montant de votre pension

L’actualisation des taux de CSG sur les pensions complémentaires est déjà en cours, avec une prise d’effet à partir du 1er mars 2024. Si votre taux de CSG diminue, vous profiterez d’une augmentation de votre pension. En outre, vous recevrez un remboursement des cotisations déduites en trop pour les mois de janvier et février.

En revanche, une augmentation du taux de CSG entraînera une diminution de votre pension à partir du 9 février, et cette baisse se poursuivra pour les versements suivants.