AAH : très mauvaise nouvelle pour les bénéficiaires de l’aide de la CAF, à quoi vous attendre

La fin attendue de l’ASS aura des répercussions négatives pour les Français qui touchent aussi l’AAH. On vous dit pourquoi.

© Africadiligence.com - AAH : très mauvaise nouvelle pour les bénéficiaires de l’aide de la CAF, à quoi vous attendre

Lors de son récent discours pour présenter sa politique, le Premier ministre Gabriel Attal a fait savoir sa volonté de supprimer l’allocation de solidarité spécifique (ASS). C’est une très mauvaise nouvelle pour les Français qui la touchent chaque mois. Et qui cotisent grâce à elle. Mais c’est aussi une annonce qui ne va pas réjouir les bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés (AAH).

En effet, et c’est le site spécialisé Faire-face.fr qui s’en désole, cette décision impacte directement environ 350 000 individus, dont ceux bénéficiant à la fois de l’AAH et de l’ASS. 

AAH : la fin de l’ASS a des répercussions inattendues #

Gabriel Attal veut redonner au travail toute sa valeur. Le Premier ministre, millionnaire à 26 ans par héritage, souhaite que les Français travaillent. Ses plans pour y parvenir ne font pas l’unanimité. Pour caricaturer, on pourrait dire que le but est que les citoyens cotisent pour le chômage sans pour autant pouvoir le toucher.

Il souhaite supprimer les ruptures conventionnelles, forcer les bénéficiaires du RSA à travailler en échange du versement de l’aide, et supprimer l’ASS. Cette dernière permet aux Français éligibles de percevoir un faible revenu par mois lorsqu’ils n’ont plus droit aux allocations chômage. Ce revenu a beau être faible, il permet cependant de cotiser.

Un avantage qui ne plaît pas à Gabril Attal qui souhaite donc remplacer l’ASS par le RSA, un minima social qui ne permet pas de cotiser. Or, cette suppression à venir aura des conséquences pour certains Français qui touchent l’AAH.  

En effet, jusqu’ici, une exception permettait à certains de cumuler l’AAH (d’un montant de 971 euros par mois) et l’ASS (d’un montant de 545 euros par mois). Cependant, cette possibilité prendra fin le 31 décembre 2026 pour ceux qui en bénéficiaient déjà.

Cette mesure affectera près de 15 000 personnes qui touchent l’AAH et qui perçoivent jusqu’à 1 516 euros par mois en combinant ces deux allocations. Toutefois, le nombre de bénéficiaires diminue rapidement. En effet, il n’y a plus de nouveaux entrants depuis 2017, précise le site d’information sur le handicap.

Les bénéficiaires de l’AAH vont perdre de l’argent #

Par ailleurs, la suppression de l’ASS complique davantage la situation des bénéficiaires de l’AAH. En effet, ils ne pourront pas se tourner vers le revenu de solidarité active (RSA).

En effet, les critères de revenus pour l’ASS sont plus élevés que ceux du RSA. Par exemple, une personne seule ne doit pas gagner plus de 1 271,90 euros pour prétendre à l’ASS, tandis que ce seuil est fixé à seulement 607,75 euros pour le RSA. 

De plus, le calcul du RSA tient compte d’autres ressources, dont l’AAH elle-même. Or, le montant de l’AAH dépasse le plafond du RSA pour une personne seule ou en couple. Cela exclut ainsi les bénéficiaires de l’AAH du RSA.

En d’autres termes, les bénéficiaires de l’ASS et de l’AAH vont donc tout simplement perdre de l’argent. 

Des ajustements encore possibles #

Il s’agit de la présentation de politique générale. Un discours qui permet d’en savoir plus sur la couleur politique du Premier ministre. Rien n’est donc inscrit dans le marbre pour les bénéficiaires de l’AAH et du RSA.

Dans l’attente de la mise en œuvre de cette mesure, Faire-face.fr espère que le gouvernement prendra en considération la situation particulière de ces allocataires et leur accordera éventuellement une seconde dérogation. 

Il est aussi possible que le gouvernement décide de retarder l’application de cette mesure. Cela permettra de ne pas pénaliser les Français qui touchent l’AAH et l’ASS.