Impôts : cette nouveauté peu connue peut vous faire économiser beaucoup d’argent

Les Français peuvent réduire les impôts qu’ils doivent payer mais, souvent, ils ignorent comment s’y prendre.

© Africadiligence.com - Impôts : cette nouveauté peu connue peut vous faire économiser beaucoup d’argent

Tous les Français ne comprennent pas bien le Code des impôts. Et il n’est pas question de les blâmer. En effet, naviguer dans ces méandres n’est pas chose facile. Cependant, il est essentiel de se renseigner au mieux pour faire des économies. En effet, certains citoyens peuvent réduire le montant de leurs impôts s’ils apportent les bons justificatifs.

Aujourd’hui, nous nous focalisons sur certains Français, ceux qui ont des enfants. Les parents s’accorderont tous pour dire que les enfants coûtent cher. Et ce, même s’ils sont majeurs. Il faut les accompagner dans l’indépendance, et cela passe, entre autres, par des versements d’argent.

Payer moins d’impôts quand on est parents #

Les articles 205 à 207 du Code Civil évoquent l’obligation alimentaire entre ascendants et descendants. Ainsi, même pour un enfant majeur, les parents peuvent continuer à subvenir à ses besoins s’il est dans l’incapacité de le faire lui-même, notamment s’il poursuit ses études ou s’il est au chômage.

Aujourd’hui, les jeunes sont nombreux à se tourner vers des études longues. Et tous ne veulent pas travailler en marge de ces études. Pour une raison simple et évidente que tous les experts confirment. Les étudiants qui travaillent réussissent moins.

Alors, ils comptent sur les parents pour leur venir en aide, surtout s’ils doivent prendre un appartement dans une autre ville. Cela fait des dépenses très importantes pour les parents.

Cependant, pour les parents, les sommes versées dans ce cadre sont déductibles sur les impôts. Les montants maximaux ont d’ailleurs été révisés pour l’année 2024 dans le cadre de la loi de finances, applicable à la déclaration 2024 des revenus de 2023.

Impôts : comment bénéficier de cette déduction ? #

Pour bénéficier de cette déduction sur vos impôts, il faut remplir plusieurs conditions. Tout d’abord, l’enfant ne doit plus appartenir au foyer fiscal pour la déclaration d’impôt sur le revenu. Ensuite, il doit être sans ressources ou incapable de subvenir à ses besoins élémentaires par son propre travail.

Selon que l’enfant vive encore chez ses parents ou non, les modalités de déduction d’impôts diffèrent. Dans le premier cas, une somme forfaitaire de 3 968 euros par enfant peut être déduite au titre du logement et de la nourriture. Pour cela, il n’est pas nécessaire de joindre des justificatifs.

En revanche, il vous faut justifier les frais de scolarité et de santé pour une déduction qui peut atteindre 6 674 euros par enfant.

Des déductions à ne pas oublier #

Si l’enfant ne réside plus chez ses parents, seules les dépenses que vous engagez réellement (et que vous justifiez) peuvent réduire le montant des impôts. Le plafond maximum est de 6 674 euros par enfant.

Cependant, ce montant peut doubler dans certaines situations particulières. Par exemple, lorsque les parents subviennent seuls aux besoins d’un enfant célibataire chargé de famille.

Ces dispositions, que beaucoup de Français ignorent, offrent pourtant la possibilité de réduire significativement l’impôt à payer. Par ailleurs, des déductions sont également envisageables pour les pensions alimentaires que vous versez aux ascendants, qu’il s’agisse de parents, de grands-parents ou de beaux-parents.

Vous l’avez compris, pour payer moins d’impôts, le plus important est de se renseigner.