Ces retraités mariés depuis 50 ans sont forcés de faire une chose déchirante pour survivre

Le sort de ces deux amoureux âgés est déchirant. Ils subissent une retraite misérable et une loi absurde. Une histoire poignante…

© Africadiligence.com - Ces retraités mariés depuis 50 ans sont forcés de faire une chose déchirante pour survivre

Quel est le prix à payer pour une retraite digne ? Quelle est la valeur de l’amour face à la loi ? Quelle est la place des retraités dans la société ? Ce sont les questions que soulève cette histoire, qui raconte le destin de ce couple qui choisit le pire pour vivre dignement.

Cette histoire dénonce la précarité des retraités. Mais elle rend aussi hommage à leur courage, à leur solidarité, à leur résilience. Une réalité qui interpelle les pouvoirs publics, mais qui invite aussi à réfléchir, à s’émouvoir, à s’engager. Une décision difficile qui ne laisse pas indifférent.

Un constat alarmant sur les retraités #

La plupart d’entre eux ont travaillé toute leur vie, mais ils n’ont pas le droit à une retraite décente. Ils sont 17,7 millions en France. Et 1,3 million d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté, avec moins de 1 102 euros par mois.

Chaque année, ils sont plus nombreux à rejoindre les rangs des laissés-pour-compte, des exclus du système, des fantômes de la société. Ils sont pourtant les chanceux, si on les compare à ceux qui vivent dans d’autres pays.

En 2018, en France, seuls 8 % des plus de 66 ans étaient considérés comme « pauvres ». Un chiffre bien plus bas que celui du Canada (12,3 %), du Japon (20 %), des États-Unis (23,1 %) ou de la Corée du Sud (43,4 %). Un pourcentage qui rivalise aussi avec celui de la Suisse, pays connu pour son niveau de vie élevé.

Une faille dans la loi sur la retraite #

Même en Suisse, pays riche et moderne, la pauvreté des retraités n’est pas une légende. Selon une étude récente de Pro Senectute, plus de 200 000 personnes âgées vivent avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté. C’est soit près de 14 % des retraités. 100 000 autres se trouvent à la limite.

Ainsi, un senior sur cinq est en situation de précarité, alors que ce risque ne touche que 6 % des actifs. Cette inégalité s’explique par une loi qui date de 1948.

À cette époque, le but était de protéger les femmes au foyer pour qu’elles ne se retrouvent pas sans rien à la retraite. C’est pourquoi l’idée de donner une pension et demie aux couples mariés à la retraite a vu le jour. En effet, il y avait toujours une des deux personnes, souvent la femme, qui était au foyer et qui ne cotisait pas.

Un choix radical pour ce couple #

Ils sont à la retraite, mais ils n’ont pas assez pour vivre. Alors, ils ont décidé de divorcer, sans pour autant se quitter. C’est le choix de ce couple, qui espère ainsi toucher une meilleure pension de retraite. Ils profitent ainsi d’une faille dans la loi de 1948, qui accorde une pension et demie aux couples mariés à la retraite.

Ce système était juste il y a soixante-dix ans, quand la femme restait au foyer. Pourtant, aujourd’hui cela est d’une totale absurdité. Pierre Mauron, un avocat spécialisé, explique que « depuis des décennies, chaque personne dans le couple travaille. Donc chaque personne cotise et est susceptible d’avoir une rente pour elle-même ».

Tout ce que l’on pourrait dire est que ce couple a fait preuve d’un acte de révolte, mais aussi d’amour. Ils se sont aimés, ils s’aiment encore, mais ils sont obligés de renoncer à leur statut de mari et femme. Ils sont obligés de briser le lien sacré du mariage, pour sauver leur dignité.