Retraites Agirc-Arrco : mauvaise nouvelle concernant le montant de votre pension en mars

La pension de retraite de certains Français pourrait baisser en 2024. Et ce, malgré la récente revalorisation de 5,3%.

© Africadiligence.com - Retraites Agirc-Arrco : mauvaise nouvelle concernant le montant de votre pension en mars

Les retraités profitent depuis le début de l’année d’une revalorisation de leur pension. En effet, du fait de la forte inflation, ils bénéficient d’une hausse de 5,3% de la pension de base de retraite. Une bonne nouvelle en ces temps de crise. Cependant, malgré cette hausse conséquente, la pension de certains Français ne va pas augmenter. Pire, dans certains cas, elle va même baisser.

Mais comment expliquer cette possible baisse ? La raison réside dans la revalorisation de la Contribution sociale généralisée (CSG). En effet, cette hausse peut entraîner une baisse des pensions pour certains retraités, malgré l’augmentation générale des pensions. Mais rassurez-vous, seule une partie des seniors est concernée.

Les retraités doivent payer un prélèvement social  #

La CSG, ou Contribution sociale généralisée, est un prélèvement social appliqué aux pensions, y compris les pensions complémentaires. Son taux varie en fonction des revenus des retraités.

Ainsi, les seniors les plus modestes n’ont pas à la payer. Quant à ceux qui appartiennent à la plus haute tranche, le prélèvement est de 8,3%. Son objectif principal est de financer la Sécurité sociale et de contribuer à la solidarité pour l’autonomie.

Des ajustements qui ont des conséquences #

Suite à la revalorisation des pensions de retraite en 2024, les bénéficiaires de pensions complémentaires peuvent s’attendre à des ajustements. Ces ajustements dépendent de l’évolution des revenus et du taux de prélèvement social appliqué. Le taux de CSG varie en fonction du Revenu Fiscal de Référence (RFR), réévalué chaque année en fonction de l’inflation.

Si les revenus des retraités ont varié entre 2022 et 2023, leur taux de CSG peut augmenter ou diminuer en conséquence, ce qui peut influencer le montant de leur pension complémentaire. Certains retraités pourraient ainsi passer d’un taux de prélèvement de 6,6 % à 8,3 % en fonction de l’évolution de leurs revenus sur deux années consécutives.

L’actualisation des taux de CSG sur les pensions complémentaires est en cours, avec effet à partir du 1ᵉʳ mars 2024. Une diminution du taux de CSG entraînera une augmentation de la pension, tandis qu’une augmentation du taux de CSG entraînera une diminution de la pension à partir du 9 février, avec effet sur les versements suivants.

Par conséquent, malgré la hausse des retraites, certains Français n’en profiteront pas. Ils pourraient même toucher une pension plus faible qu’en 2023.

Une revalorisation moins intéressante pour les retraités en 2025 ? #

Les retraités savent que, chaque année, au 1ᵉʳ janvier, ils profitent d’une revalorisation en fonction de l’inflation. Le but est d’ajuster les pensions en fonction du coût de la vie. D’où, en 2024, une hausse de 5,3%. Car le pays traverse une période historique de crise.

Mais le gouvernement cherche à faire 10 milliards d’économies avant 2025. Par conséquent, il pourrait décider de ne plus aligner la revalorisation sur l’inflation. 

En d’autres termes, la future revalorisation pourrait être inférieure à la hausse de l’inflation. Une très mauvaise nouvelle pour les retraités qui perdraient donc en pouvoir d’achat. Reste à savoir si des ajustements seront mis en place, pour protéger notamment les plus modestes. 

Par exemple, le gouvernement pourrait décider de limiter la revalorisation pour les pensions supérieures à 2 000 euros par mois.