Ils achètent du boudin chez Leclerc et font une découverte impensable dedans, c’est écœurant

Deux clients d'un hypermarché Leclerc font une mauvaise découverte en achetant du boudin. L'enseigne réagit et se défend.

© Africadiligence.com - Ils achètent du boudin chez Leclerc et font une découverte impensable dedans, c’est écœurant

Leclerc est une enseigne de taille dans la grande distribution. Chaque jour, des milliers de Français y font leurs courses. Même pendant la crise, l’enseigne savait comment fidéliser la clientèle avec des offres anti-inflation très intéressantes. Mais comme toutes les autres, elle craint aussi les bad buzz. Ceux qui ternissent une image de qualité. Ceux qui peuvent faire mal à la réputation.

Alors, quand des clients ne sont pas satisfaits, pour une raison ou pour une autre, Leclerc agit. Et l’enseigne agit généralement vite. Pas forcément pour étouffer l’affaire, mais surtout pour correspondre aux attentes des clients. 

Leclerc : la mauvaise surprise d’un couple #

Les faits se déroulent dans le Lot. Un couple fait ses courses chez Leclerc et décide d’acheter du boudin. Mais, au moment de déguster leur achat, les deux amoureux ont une bien mauvaise surprise. À l’intérieur du boudin se trouve un mégot de cigarette. Puisqu’il s’agit d’un boudin blanc, il est, par chance, parfaitement visible. 

Leur achat vient d’un magasin Leclerc près de Cahors. Pour éteindre rapidement la polémique, le directeur du magasin, Jean-Paul Marty, clarifie à l’AFP que le boudin est produit par un fabricant. Par conséquent, le « magasin (n’a) aucune action sur le produit« .

Le couple, habitant le petit village de Vers près de Cahors, explique à un correspondant de l’AFP qu’ils avaient trouvé l’objet indésirable dimanche soir alors qu’ils s’apprêtaient à déguster le boudin acheté peu de temps auparavant au rayon charcuterie de l’hypermarché Leclerc.

Un choc pour les clients du magasin Leclerc #

Comme vous pouvez vous en douter, cette découverte ne réjouit pas les deux amoureux, alors qu’ils allaient manger.

« L’incident nous a profondément dégoûtés« , déclare l’homme. Pas question d’en rester là. Alors, les clients retournent le mercredi suivant dans le magasin où la direction leur a proposé un simple remboursement. 

Mais ce n’est pas à la hauteur. En effet, le couple espérait davantage, comme une bouteille de champagne, « vu le préjudice« . Cependant, la direction du magasin Leclerc a refusé cette demande. Pourquoi ? Car les deux clients ne souhaitaient pas présenter et abandonner le morceau incriminé par crainte de perdre leur preuve.

Finalement, ils ont changé d’avis et ont remis jeudi ces éléments à un huissier. Grâce à eux, « nous avons pu retrouver le numéro du lot, déterminer l’origine du produit et demander aux services vétérinaires du Lot et à la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) de Montpellier de réaliser des analyses« , a souligné M. Marty.

Le magasin souligne sa non-responsabilité #

Pour Leclerc, le plus important dans cette histoire est évidemment de s’excuser auprès des clients. Mais l’enseigne souligne qu’elle n’est pas totalement responsable de cet incident.

« En tant que distributeurs, nous ne sommes pas responsables du produit, mais de sa commercialisation« , a-t-il expliqué. Étant donné que les deux extrémités du boudin étaient fermées, il est impossible d’insérer un objet après sa fabrication.

« Il est hors de question de dissimuler cette affaire » et l’enquête permettra « d’améliorer la sécurité alimentaire ».

On rappelle cependant que les enseignes de grande distribution sont malgré tout responsables de la qualité des produits qu’elles vendent. On peut donc comprendre la colère du couple envers Leclerc.