[Africa Diligence] Les brasseurs de bières artisanales ont le vent en poupe au Kenya. Ils tentent de conquérir avec des techniques de fabrication un marché occupé en grande partie par des brasseries industrielles.

Savourer des bières artisanales made in Kenya, c’est possible, et à Nairobi. Aleem Ladak, fait visiter sa micro-brasserie située en plein cœur du Brew Bistro, un bar devenu en quelques années l’un des lieux favoris de la classe moyenne kényane.

« Alors on a ouvert Brew Bistro en décembre 2009 pour introduire cette bière différente, une bière artisanale. On a commencé en 2009 à produire 2000 ou 3000 litres par mois. Aujourd’hui on produit 30 000 litres par mois. Et je pense que dans les 5 à 10 prochaines années c’est vraiment un marché qui va se développer. Surtout à cause des jeunes qui ont beaucoup voyagé, et qui aiment essayer des choses différentes. »

Brew Bistrot distribue maintenant sa bière en fût dans une centaine de restaurants et d’hôtels dans le pays et vient d’ouvrir un nouveau bar dans un quartier chic de Nairobi. Un succès qui en inspire plus d’un.

Comme la micro brasserie Bateleur, ou encore la 254 Brewing Company qui testent actuellement des dizaines de recettes de bières avant d’entrer prochainement sur le marché. Eoin Flinn, Irlandais installé à Nairobi en est l’un des fondateurs…

« Nous, nous allons beaucoup plus loin dans la palette des saveurs, avec des IPA ( India Pale Ale ) très fortes, ou des bières brunes par exemple. En tout cas nous avons jusqu’ici acheté le houblon, l’orge maltée et tout notre équipement ici au Kenya. Et ça, ce n’était pas possible il y a de cela un ou deux ans. C’est donc bien plus facile d’entrer sur le marché maintenant. Tout le monde  peut ouvrir une micro-brasserie maintenant. »

254 Brewing compagny vise 0,5 % du marché de la bière au Kenya dominé par la multinationale East African Breweries, en partie détenue par Diageo. Et si la bière artisanale reste encore très marginale, ses adeptes misent sur la diversification du marché de l’alcool. Francis Kuria, vendeur de spiritueux.

« Le marché de la consommation d’alcool est en expansion. De nombreux nouveaux produits entre sur le marché kényan, comme des whiskys, ou du vin d’Afrique du Sud. »

East African Breweries a ainsi commencé à investir près de 12 millions d’euros dans les spiritueux, et produira bientôt du rhum Captain Morgan au Kenya…

La Rédaction (avec Laure Broulard)

_____

Dans le même ordre d’idées, lire :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici